Friedman Kinky - Le vieux coup de la sauterelle (1989-Rivages 1994)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Friedman Kinky - Le vieux coup de la sauterelle (1989-Rivages 1994)

Message par edmond Gropl le Mar 22 Sep - 13:47

"Je n'avais pas revu John Morgan depuis peut-être cinq ans... Mais quand on a passé deux années entières dans la jungle avec un gars, on finit par le connaître sous toutes les coutures, et lorsque le croque-mort me conduisit ce matin-la devant le cercueil ouvert, je compris immédiatement que quelque chose clochait... J'ai regardé autour de moi le reste de la famille et des amis, debout près de la bière devant le trou qui béait dans la terre. Le chagrin qui creusait leur visage paraissait authentique et profond. J'étais désemparé, mais je me doutais que le moment était mal choisi pour lever le doigt et demander un point d'éclaircissement. J'ai gardé pour moi mes réflexions, tout en les regardant descendre le cercueil dans la terre gelée. Certes, cinq ans peuvent changer un bonhomme. Mais pas à ce point... Pour quelle raison le corps, qu'ils étaient en train d'ensevelir n'était-il pas celui de John Morgan ?"
Un faux cadavre, une fiancée qui sort d'un pays où les gens disparaissent, des skinheads, de vrais nazis, la jungle de Bornéo, les rues de New York...


C'est mon premier Kinky et je regrette de ne pas avoir commencé par le premier de la série car il m'a manqué la généalogie des personnages, Kinky et ses potes. Je le nomme par son prénom car le fait qu'il soit lui même le héros de ses aventures le rend très famillier.
Ce qui apparait immédiatement à la lecture, c'est que l'auteur ne s'embarrasse pas avec la théorie romanesque du privé, il se met lui même en scène, lui et ses souvenirs de chanteurs de country (lu à quelque part qu'il est surnommé "le Zappa de la country").
Donc, il se met en scène et c'est parti pour 305 pages de délire sans concession autour d'une intrigue rocambolesque (en l'occurrence, une histoire de néo nazis et d'un pote disparu dans la jungle, ce qui sert beaucoup à l'auteur pour nous raconter ses souvenirs de volontaire du "peace corps" à Bornéo).
C'est du délire de haut niveau. ( comme un Ken Bruen, mais beaucoup moins sophistiqué)

C'est un régal si on adhère à son humour, si vous ne riez pas dès les premiers paragraphes, vaut mieux laisser tomber.

avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum