Wim Delvoye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Wim Delvoye

Message par stalker le Mar 4 Aoû - 3:59

Wim Delvoye est un artiste plasticien belge né à Wervik (Flandre Occidentale) en 1965.

Il s'est fait connaître pour son installation Cloaca (2000), dite "machine à caca" : avec l'apparent sérieux d'un laboratoire scientifique, la machine de Delvoye reproduit le processus de la digestion. On y entre des aliments et, en bout de chaîne, en sortent des excréments. Cloaca fonctionne véritablement et, comme l'envisageait l'artiste initialement, elle crée polémique et fait partie de ses oeuvres marquantes dont on peut parler sans forcément les avoir vues.

Ironie, dérision, provocation, déconstruction.
Qui a dit "oeuvre d'art" ? Certainement pas l'auteur de Cloaca. Et si l'installation figure dans le registre de l'art, c'est sans doute parce qu'on ne pouvait pas envisager de l'inscrire dans celui du sport, ni celui du tourisme, ni encore des arts culinaires. Alors disons l'art du XXIème siècle, quoi qu'en diront les nostalgiques des momies impressionnistes ou cubistes, coincés dans un chapitre de l'histoire, comme des moucherons piégés et écrasés par la vitesse des pages qui tournent et du temps qui se transforme à vive allure.



Wim Delvoye, c'est aussi les cochons tatoués.
Peut-on manger un animal qui porte un nom et qui, par son tatouage, se rapproche un peu plus de l'homme ?
Le cochon, c'est la tirelire par excellence. Le symbole est aisément lisible par les temps capitalistes qui courent.

La Chine est un paradis pour les entrepreneurs désireux d’économiser de l’argent et de passer outre certaines contraintes européennes. Il n’est donc pas surprenant de voir Wim Delvoye s’envoler pour la Chine pour y ouvrir sa ferme d’art, Art Farm. Dans les alentours de Beijing, il élève une vingtaine de cochons qui sont chouchoutés par des villageois locaux. Comme tous les chefs d’entreprise, il emploie des ouvriers qu’il rémunère, et gagne de l’argent en vendant la production de sa ferme.

Le bien et le service que fournit cette entreprise consistent en des œuvres d’art. Voici comment elles sont produites : dans leur jeune âge, les cochons sont tatoués une fois par semaine, sous une légère anesthésie, par les employés ou par Wim Delvoye. Les motifs des tatouages s’inspirent de la culture populaire et vont des motifs des prisonniers russes aux princesses Disney, en passant par le logo de Cloaca ou celui de Louis Vuitton.
Ensuite, les cochons grandissent et grossissent, allant parfois de 30 à 200 kg. Leur tatouage devient lui aussi de plus en plus grand au fur et à mesure que le cochon vieillit. Une fois arrivé à sa taille idéale, le cochon est abattu. A ce moment là, la peau est retirée, tendue, tannée, encadrée et vendue. Parfois le cochon est empaillé. Il y a œuvre quand le cochon est mort. Avant cela, quand le cochon est en vie, il y a art. Art vivant.




La suite en images :











Site de l'artiste : http://www.wimdelvoye.be/
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum