California Gothic - Dennis Etchinson.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

California Gothic - Dennis Etchinson.

Message par edmond Gropl le Mar 17 Juin - 13:28

LA quatrième de couverture

« Je vis dans un film d'horreur. Sauf que cette horreur n'a rien à voir avec la nécrophilie, les messes noires ou les croix fichées à l'envers. Ni avec des vampires aquaphobes ou des zombies employés dans des champs de canne à sucre qui se jettent aveuglément du haut d'une falaise dès qu'un type avec un accent de concasseur le leur ordonne. Non, il s'agit de la vie réelle ! »
Une lettre signée d'une militante extrémiste qui a jadis péri par le feu, un crime accompagné de signes mystérieux, l'incendie d'un cimetière de voitures... et voici Dan et Evie Markham plongés dans une aventure où le réel et l'impossible, comme dans les films d'épouvante tant prisés de leur jeune fils Eddie, s'ingénient à faire monter leur angoisse, à transformer une journée californienne apparemment comme les autres en une spirale cauchemardesque.

L'auteur
Dennis Etchison, né en 1943 en Californie, s'est d'abord imposé comme un maître de la nouvelle de terreur. Il a d'ailleurs composé des anthologies marquantes dans ce domaine, avant de livrer des romans comme Le démon de l'ombre (précédemment paru chez Denoël), où le réel est saisi à travers le prisme du fantastique. Scénariste pour le grand et le petit écran, il a notamment travaillé avec John Carpenter. Pour Stephen King, il est tout simplement « un écrivain diabolique ».







Je suis loin d''être un connaisseur de la littérature d'horreur ou de S.F. (puisque ce livre est paru en premier dans la collection Présence du futur) alors peut-être que les amateurs du genre trouveraient ce livre moyen (encore que Si S. King dit qu'il est diabolique..)

Pour ma part j'ai été totalement emballé par ce texte, assez proche du polar d'angoisse à la W. irish ou Diane Ramsay, à part que ça se déroule de nos jours, à Los Angeles, et que ça met en scène un couple de la classe moyenne, plutôt intello avec un fils adolescent amateur éclairé de film d'horreur.
Le scénario pourrait servir de base à une fiction du soir pour M6, il est simple. On suit trois personnages , le père, la mère et le fils lors d'une journée qui démarre ordinairement et qui bascule pernicieuxement dans l'angoisse, sans qu'on sache vraiment de quoi il s'agit.

Le grand talent de l'auteur est de débusquer avec constance les moindres failles d'une existence formatée et d'en faire surgir à dose homéopathique, des éléments angoissants. Par exemple on suit un père qui veut repeindre la chambre de son fils, il va recouvrir les meubles avec une bâche de plastique transparent. Ca n'a rien d'horrifiant, sauf si le soir, avec une petite brise, la bache commence à bouger et que subitement on se met à penser qu'il pourrait y avoir autre chose dessous... Il y a dans ce texte, peut-être toutes les trente lignes, des élements comme ça, des petites choses pas normales qui, organisées avec virtuosité par l'auteur, nous plongent dans un univers parrallèle absolument terrifiant d'autant plus qu'un des personnages, le fils adolescent, apprenti cinéaste de terreur, semble vous regarder en souriant et vous dire" mais enfin, tout est normal", d'autant plus également qu'il y a dans le texte, des zombies, des morts vivants mais ceux là, ne font pas peur.

Bref, je crois bien que c'est un grand texte, un modèle d'organisation symphonique de l'angoisse

Edité par présence du futur
puis par Rivages/effroi.

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum