Williams, Charles - Et la mer profonde et bleue (1971 - Rivages 1990)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Williams, Charles - Et la mer profonde et bleue (1971 - Rivages 1990)

Message par edmond Gropl le Ven 3 Juil - 11:32



Un naufragé, un navire battant pavillon panaméen, de drôles de passagers, dont deux femmes. Une traversée sans histoires, jusqu'au jour où un passager en tue un autre, dans un accès de folie. Mais le meurtre semble trop parfait pour deux témoins. Ils ont l'impression que se déroule, devant leurs yeux, un scénario criminel qui ne cesse de s'emballer. Et lorsque le feu éclate à bord, les passions et la violence explosent également, transformant le bateau en un lieu clos infernal. Autour des hommes qui s'entretuent, la mer profonde et bleue...
L'avant-dernier roman de Charles Williams qui s'est suicidé en mer en 1974.



Je pensais, avant lecture, que c'était une autre version de l'excellent et anxiogène "Calme blanc" du même Charles Williams, publié à la Série noire où on retrouve les mêmes éléments, un naufragé, un navire en feu et les situations de huis clos maritimes. Mais non, c'est une histoire qui n'a aucun rapport, si ce n'est l'exploitation du personnage du naufragé.


Un cinéaste hollywoodien, suite à un drame épouvantable, prend la mer, son bateau sombre (formidable scène de naufrage) et il est recueilli sur un cargo avec de drôles de passagers. A partir de là, une bonne et originale intrigue se déroule avec des personnages bien en place. En valeur ajoutée, j'ai eu l'excellente surprise d'une astuce scénaristique de haut niveau, où comment un crime peut se réveler d'une manière tout à fait inopinée. Les deux premiers tiers du récit sont impeccables, la situation est vraiment originale et on se demande dans quelles eaux on navigue (à vue), tout cela étant, de surcroît, ancré dans un fort contexte historique mais également baignant dans un moite érotisme. Le dernier tiers est une suite de scènes d'actions époustouflantes mais on y perd un peu en finesse psychologiques, mais je ne bouderais pas mon plaisir (je n'ai d'ailleurs pas souvenir d'avoir été déçu par un Charles Williams).

Le héros a des correspondances biographiques avec Charles Williams lui même. Je pense qu'il s'est vraiment mis en scène dans ce livre, ce qui prend une tournure noirissime si on en croit cette version selon laquelle Charles Williams se serait suicidé en mer, j'avais lu je ne sais plus où qu'il aurait embarqué pour une traversée en solitaire du pacifique, n'emportant que la moitié des réserves d'eaux et de nourriture nécessaire. Sur Wikipédia, cette version est jugée infondée, au conditionnel, Charles Williams se serait suicidé dans son appartement.

P.S. Je conseille vivement ce roman ainsi que calme blanc" aux amateurs de navigations et à tous les fans de Georges Pernoud .
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum