The Fog - John Carpenter (1980)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Fog - John Carpenter (1980)

Message par Varg le Ven 3 Juil - 9:34



Antonio Bay, petite ville sur la côte californienne, s'apprête à fêter le centenaire de son installation. Un vieux marin raconte à des enfants autour d'un feu de camp, l'étrange histoire du Elizabeth Dane, un clipper qui se fracassa sur des récifs, un siècle plus tôt, à cause d'un feu allumé sur la plage, et dont toutes les personnes à bord périrent. Il prédit de grands malheurs au retour du brouillard. Minuit sonne et d'étranges phénomènes commencent à se produire en ville


On apprend bien sûr par la suite que le feu allumé par les fondateurs d'Antonio Bay était placé de telle façon que le vaisseau ne pouvait que s'écraser sur les récifs. Il y avait à bord des lépreux qui devaient rejoindre la colonie et dont celle-ci ne voulait pas, juste s'accaparer les richesses que les malheureux apportaient avec eux. Nous avons donc une situation de fondation civilisatrice très semblable aux mythes universels, basée sur la violence, l'expulsion unanime des stigmatisés et leur mort. De cette expulsion et de ces morts vont jaillir la vie et la richesse relative de la communauté. Carpenter organise alors le désordre dans celle-ci, sous prétexte de centenaire et ce désordre (les personnages parlent même d'effondrement) ne peut cesser, et la communauté se régénérer, que dans le renouvellement du sacrifice, c'est-à-dire une nouvelle expulsion, un nouveau sacrifice, une violence répliquée et identique.

Où cela devient intéressant pour les cinéphiles est que cette expulsion n'est pas le produit de la communauté mais celle des anciens expulsés, revenant sous formes zombiales et mortes-vivantes dans le brouillard électrique et lumineux qui pénètre en ville. Ces formes resteront des ombres, menaçantes, dont on ne saisira finalement à l'écran que les extrémités mortelles (crocs de boucher, couteaux sommaires, serpes rouillées) et sauf dans la scène finale de l'église (où le chef zombie possède un regard rouge comme des braises). Tout le reste de la terreur s'organise autour d'évènements affectant la communauté, annonciateurs des troubles tant et si bien que les habitants d'Antonio Bay peuvent légitimement croire à des hallucinations. Le brouillard qui porte/dissimule les morts-vivants vengeurs est un acteur à part entière du film, il a une stratégie de conquête de ce territoire tout à fait particulière, il amène les trainards à se réfugier là où il le souhaite afin de réclamer son dû...

C'est une bonne série-B, un peu fauché malheureusement. Film de terreur (pas d'hémoglobine qui éclabousse tout l'écran, seulement de la suggestion) intelligent où la patte Carpenter (photo, cadrage, montage) est pertinente de bout en bout. On retrouve pas mal de comédiens habitués à travailler avec Carpenter dont Adrienne Barbeau (qui était alors son épouse) qui joue le rôle de sentinelle dans son phare/studio de radio et Jamie Lee Curtis, l'héroïne d'Halloween (qui est même venue avec sa maman, la délicieuse Janet Leigh) dans celui d'une pauvre petite fille riche en route vers le Canada et qui, passant par là, avait trouvé l'atmosphère d'Antonio Bay plutôt sympa.

Un remake, autorisé par Carpenter, sera tourné en 2006, avec un budget conséquent et des effets spéciaux modernes mais sans aucun succès auprès de la critique ou du public...
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Fog - John Carpenter (1980)

Message par stalker le Sam 4 Juil - 4:51

Je n'ai pas encore vu ce Fog de Carpenter.
Ton commentaire met l'eau à la bouche, Varg, je trouve.
L'affiche résonne avec.
Et j'ai pris goût aux films de ce réalisateur au cours de nos chroniques en série.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Fog - John Carpenter (1980)

Message par Varg le Sam 4 Juil - 11:01

C'est vraiment un beau film où l'on ne sent pas le temps passer... Évidemment parce qu'il y a une vraie mise en scène, épaulée par un cadre et une photo intelligents, au service d'une idée de départ qui semble toute simple.

Je crois que c'est cela en partie, la force de Carpenter. C'est un vrai metteur en scène et il peut susciter, à partir de cela, de sa maîtrise de l'outil cinéma et d'un script d'apparence banale et évidente, des abîmes de complexité chez ses spectateurs.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Fog - John Carpenter (1980)

Message par hoel le Sam 18 Juil - 19:57

stalker a écrit:Je n'ai pas encore vu ce Fog de Carpenter.

Et bien tu vas pouvoir te rattraper dès ce soir si tu captes France 3 et que tu as le courage de voir un film qui débute à 23h50.
avatar
hoel

Messages : 26
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 29
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur http://hanniballelecteur.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Fog - John Carpenter (1980)

Message par stalker le Sam 18 Juil - 20:06

Merci pour l'info, Hoel. Mais je ne regarde pas la télé.
Je finirai bien par me procurer Fog.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Fog - John Carpenter (1980)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum