Two lovers - James Gray (2008)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Two lovers - James Gray (2008)

Message par txoa le Jeu 18 Juin - 20:58



Léonard est un jeune homme instable et suicidaire vivant à New York. Un peu poussé par sa famille juive très présente, un peu par amour aussi, il se promet à la fille d'un associé de son père. Puis il rencontre sa nouvelle voisine Michelle, très instable aussi, et en tombe éperdument amoureux.

Depuis Little Odessa, je suis amateur du cinéma de James Gray. J'aime la manière dont il filme New York, ses quartiers "communautarisés". Dans tous ses films, James Gray parle de la famille, source de toutes les pathologies. Ici, on est dans la névrose, celle de Léonard. Ici, il n'est pas question de gangster. Juste d'un jeune homme égaré, d'une fille égarée, d'une autre amoureuse. On ne sait pas comment cela va finir et d'ailleurs, je ne sais pas si ça finit bien ou mal. Joaquin Phoenix est bouleversant, mais c'est presque un lieux commun de le dire. Dire qu'il a dit arrêter le cinoche (alors que Vincent Cassel continue). Gwyneth Paltrow aussi, avec son regard de lapine prise dans la lumière des phares.
J'aime les films d'amour mais je n'en aime que peu, tellement de vulgarités et de clichés peuvent en découler: Frankie et Johnny (faudrait que je le revois, histoire de voir comment ça a vieilli), Sur la route de Madison (la scène où Meryl Streep effleure la main de Eastwood tout en téléphonant est une des rares scènes qui me tire les larmes). Two lovers est de ceux là.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum