Punishment park / Peter Watkins (1971)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Punishment park / Peter Watkins (1971)

Message par txoa le Lun 1 Juin - 19:37


Punishment Park est un film qui présente deux originalités, l'uchronie et le faux reportage (un peu comme Cloverfield ou Blair witch project). Mais il reste avant tout un formidable brûlot politique.
1971, la guerre du Viet Nam s'enlise et Nixon décide de déclarer un état d'urgence (ce qui n'a pas été fait) qui donne aux autorités militaires et policières toutes latitudes pour arrêter, torturer, emprisonner qui ils souhaitent au mépris de la Constitution et de ses articles fondateurs. Lorsque sont arrêtés les "déviants", ils ont le choix entre une peine d'emprisonnement énorme (perpétuité le plus souvent) ou un séjour à Punishment Park. Là-bas, en plein désert, ils doivent trouver un drapeau situé à 85 kms, à pied bien entendu. Une meute de militaires les suit de près et à ordre de les arrêter.
Une équipe de télévision allemande scindée en trois suit les évènements:
- D'un côté un groupe de jeunes passe au tribunal. Ils ne sont coupables que de délits d'opinion: on trouve là un membre radical noir, des objecteurs de conscience, des pacifistes, un intellectuel noir, des féministes. Le jury est constitué de membres bien pensants et conservateurs de l'Amérique profonde; église, association familiale, etc... L'avocat, dépité, n'est là que pour faire de la figuration et tout ce qui est à décharge est, par principe, rejeté. Tous sont condamnés avant même d'être jugés ou simplement écoutés.
- Une chasse à l'homme à Punishment Park où les dés sont pipés pour les victimes. Condamnés, encore... La violence s'exerce dans les deux camps, les jeunes justifiant les agissements des militaires en en tuant ou en les prenant en otage.
- Une équipe suit les "chasseurs", militaires ou flics conditionnés à tuer qui ne se posent guère de questions sur leurs missions, obéissant aveuglément ou avec zèle aux consignes.

C'est un film passionnant et impressionnant (et complètement paranoïaque, aussi) par le fait qu'on a l'impression d'assister à un reportage: caméra qui saute, interviewes au débotté. Le film est aussi pertinent en 1971 que dans les années Bush tant au niveau politique que sociologique, notamment sur l'influence des médias dans l'opinion publique.
Le film d'un anglais très très en colère, d'une colère salutaire.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum