Invasion Los Angeles - John Carpenter (1989)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invasion Los Angeles - John Carpenter (1989)

Message par stalker le Lun 1 Juin - 1:18



John Nada débarque à Los Angeles, muni d’un sac à dos, et tente de trouver un boulot. Il en dégote un sur un chantier de construction de buildings et y rencontre Franck qui, voyant bien que le nouveau venu n’a nulle part où dormir, l’invite à Liberty-Ville, un bidon-ville, où lui-même est installé.

Peu à peu, des petits signes bizarres se manifestent : un programme télévisé brouillé par moments par les propos délirants d’un quidam, un tag sur un mur, les paroles d’un Noir aveugle dans un square, des va-et-vient curieux dans un bâtiment proche du bidon-ville, surmonté d’une croix chrétienne.

La curiosité de John le pousse à vérifier ce qui se passe exactement dans ce bâtiment où, soi disant, on organise des chorales. En y pénétrant, il réalise que les chants en question sont diffusés sur bande magnétique et que les locaux servent de laboratoire pour fabriquer des… verres de lunettes noires.

Tout dégénère lorsque John s’empare d’une paire de lunettes et la chausse.

Au cours des 20 premières minutes, on peut se demander si Carpenter est bien l’auteur de ce film, tant il pourrait s’agir du début de n’importe quel autre film américain tourné à la fin des années 80, à l’heure où l’écart entre les riches et les pauvres se creuse, et où le capital roi culmine au-dessus de la cité des anges sous forme de buildings bardés de reflets et environnés d’une brume teintée aux gaz d’échappement.
Disons que rien dans cette introduction ne laisse pressentir la suite, sinon ces petits signes discrets et le comportement bizarre de certains personnages. Mais Carpenter sait où il veut en venir. C’est ainsi qu’il nous embarque dans sa métaphore ; celle d’une virulente critique du capitalisme, des yuppies qui prolifèrent, d’une déshumanisation masquée au bénéfice de l’argent et du pouvoir.

Carpenter ira plus loin que le simple corps critique, puisqu’il attribuera les causes du mal qui ronge cette société à des créatures venues d’ailleurs – ridicules, grotesques, mais dangereuses – auxquelles seront associés des citoyens bien humains et de plus en plus nombreux (puisque le mal en question vise à répandre l’envie de réussite au sein d’une société – auparavant équilibrée et guidée par la parole du seigneur…) et les forces de l’ordre dans lesquelles se seront déjà glissées suffisamment de créatures.
La mission qui s’impose à John est la suivante : venir à bout de ce réseau de monstres. S’en suivent poursuites dans les rues de L.A., baston (celle entre John et son ami Franck est assez remarquable), rafales de coups de feu (à travers lesquelles passent toujours les héros), traques, pièges, trahisons, feux d'artifices.

Entre autres anecdotes, Frank Armitage, co-scénariste de John Carpenter, n’est autre que Carpenter lui-même. Frank Armitage est le nom d’un personnage créé par HP Lovecraft.

Carpenter a pu, grâce à Invasion Los Angeles (titre original : They live, ou John Carpenter’s they live), compenser le flop de ses deux précédents films : Prince des ténèbres (1987) et Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin (1986). Il semblerait que la métaphore de Invasion Los Angeles ait également été adressée aux toutes puissantes forces hollywoodiennes, comme un pied de nez.

Et ça ne les a visiblement pas perturbées.
Amusées pendant une heure et demi, sans aucun doute.
Mais c’est bien tout.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Invasion Los Angeles - John Carpenter (1989)

Message par txoa le Lun 1 Juin - 18:25

La première moitié du film est du grand art de cinéma politique et engagé. La seconde, une fois le message anti Reaganien asséné, est plus onforme à de la série B traditionnelle. Un bon Carpenter.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Invasion Los Angeles - John Carpenter (1989)

Message par stalker le Mar 2 Juin - 1:42

J'en ai nettement préféré d'autres, de Carpenter. Ghosts of mars ou Vampires, par exemple. Mais il est clair que la première partie de Invasion L.A est surprenante, loin de ce qu'on attend de Carpenter. C'est réussi. La seconde m'a ennuyé.

Même si la fin est intéressante. Ambiguë, je dirais. Tout à l'air de finir bien, au premier abord, en surface, mais en fait elle révèle le monde tel qu'il est encore aujourd'hui, et de façon encore amplifiée : l'origine du mal, à la fin du film, n'exige plus qu'on porte des lunettes noires pour la percevoir. Elle est là, sous nos yeux, au quotidien. On y contribue, plus ou moins ; on vit avec. Ce mal, que désigne Carpenter sous la forme d'une origine extra-terrestre, on le tolère, on s'y est adapté. Il nous mécontente, mais c'est comme ça. Il est plus fort que nous, probablement parce qu'il n'a pas grand-chose d'humain.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Invasion Los Angeles - John Carpenter (1989)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum