Diary of the dead (Chronique des morts vivants) - George Romero (2008)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Diary of the dead (Chronique des morts vivants) - George Romero (2008)

Message par txoa le Mar 19 Mai - 13:39



Le dernier en date (2008). Fidèle à ses convictions, à sa démarche, Romero, par le biais d'un film de zombies nous livre sa vision de certains sujets.

Le synopsis: des étudiants en cinéma tournent en forêt un film d'horreur à petit budget. Ils tombent sur un mort vivant et apprennent par tous les moyens techniques dont ils disposent à bord de leur camionnette (télé numérique, internet, You Tube et webcams) que le monde entier est en proie au même fléau, l'invasion des morts vivants. Ils décident alors de quitter le film et de rentrer chez eux. L'un d'entre eux prend la décision de ne plus arrêter de filmer ce qui l'entoure afin d'inonder le monde de son témoignage via le numérique et les nouveaux moyens de communication. Il ne cache pas sa recherche de célébrité et cela tourne vite à l'obsession. Le voyage s'avèrera dangereux.

Il y a dans "Diary of the dead" un paradoxe ironique: c'est filmé comme un film d'amateur contant les aventures de cinéastes amateurs souhaitant faire un film professionnel ou presque.
Que nous dit Romero (de manière appuyée) avec cet opus ? Peut être que la surinformation, en expédiant à travers le monde des images de tout et du contraire de tout annihile l'analyse et la réflexion. Et le fait qu'il s'agisse de très jeunes gens résonne comme un avertissement. Mais pas comme une leçon pontifiante de vieux con revenu de tout puisque le film porte en lui une fraicheur et une spontaneité qu'avait un peu perdu "land of the dead": Romero est revenu à un petit budget (10 millions de dollars, trois fois moins que le précédent) et son casting fait de nouveau confiance à des acteurs inconnus (et qui n'impriment guère la pellicule, il faut bien l'avouer).
Même en caméra numérique, Romero s'avère être un sacré cinéaste puisque il n'y a pas de temps mort et le choix des plans s'avère toujours judicieux. Comparé à ses prédécesseurs, "Diary of the dead" est moins excessif dans le gore et le trash. Pour la première fois aussi, Romero filme un road movie quand il avait pris l'habitude de filmer des assiégés sédentaires mais assiégés, les héros le sont encore, dans leur van. L'humour aussi est présent, comme d'habitude: la rencontre avec l'Amish muet (et éloigné par définition de toute technique) est un régal.
Je soutiens que, depuis le début, la question noire est un fil dans l'ensemble de l'oeuvre et je le maintiens: Une bande de noirs a pris le contrôle d'une partie de la ville de manière autoritaire mais humaine et leur chef explique que, puisque dorénavant règne le chaos, leur tour est venu de prendre ce qu'ils n'ont jamais eu, le pouvoir. Un clin d'oeil supplémentaire à l'actualité.

En conclusion: En 5 films pour autant de décennies, Romero a su créer un cinéma d'une intelligence et d'une pertinence remarquable. Certes, ses propos sont assénés mais l'ironie qui le caractérise a toujours mettre à distance le pontifiant. Qu'il aborde le racisme, la guerre du vietnam, la surconsommation, le militarisme, l'immigration ou la surinformation, Romero se pose en moraliste, jamais en moralisateur. Et comme, pour ce qui est de la forme, Romero est un grand réalisateur, il a toujours su associer fond et forme. On ne peut que saluer l'artiste.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Diary of the dead (Chronique des morts vivants) - George Romero (2008)

Message par stalker le Mer 20 Mai - 16:23

J'ai trouvé ce Zombie là moins riche en métaphores que les précédents. Je le trouve même assez pédagogique, lourd dans le fait que la voix off de cette fille (qui sortira vivante du carnage, on le sait) nous souffle des façons d'interpréter, des constats, des états de faits ; elle nous indique où veut en venir le réalisateur dans les doutes qu'il pose sur notre époque : l'ère technologique, son extraordinaire potentiel en terme de communication et de représentation du monde ; la multiplication de l'information, sa profusion invraisemblable ; le fait que la presse soit sur le point de ne plus détenir le monopole de l'information, mais qu'il soit au contraire confié à quiconque, n'importe qui, le premier venu, etc.
C'est un débat qu'on a développé ailleurs sur le forum (la table ronde de Rue89).

La forme du film résonne évidemment avec ce propos. Je ne vais pas répéter ce qu'en dit Txoa. De nombreuses invraisemblances se glissent néanmoins dans ce parti pris de la caméra, de cette absence de mise en scène, comme c'est le cas dans Le projet Blair Witch ou, plus récemment, Cloverfield.
Invraisemblances dans le sens où les films manquent cruellement de trous noirs, de morceaux manquants. Tout est filmé, assemblé et monté. Tout est donné au spectateur. Aucune scène n'échappe à la caméra et c'est là l'erreur, à mon sens. Il y a absence de zones d'incertitude.

Une chose me semble évidente si on compare le Zombie de 1968 et celui-ci : ils collent étroitement à leur époque ; il restituent tout : le grain (ou l'absence de grain), l'esthétique marquée, les comportements, le type de montage au regard d'un genre, les codes. Romero témoigne, ici et maintenant. Ce n'est pas un vieux de la vieille qui nous propose des vieilles rengaines ou des propos poussiéreux.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Diary of the dead (Chronique des morts vivants) - George Romero (2008)

Message par stalker le Mer 20 Mai - 16:40

Les affiches seules parlent d'elles-mêmes d'ailleurs.

avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Diary of the dead (Chronique des morts vivants) - George Romero (2008)

Message par txoa le Mer 20 Mai - 17:26

Je ne suis pas tout à fait OK avec toi. Le seul point de comparaison avec les films dont tu causes est la façon de filmer qui peut génèrer une absence de mise en scène. Trouves tu que celui ci manque de mise en scène ? Je retiens principalement de Blair witch et cloverfield la façon de filmer. Là, pas du tout. Je retiens le fond du propos, la forme ne fait que le servir.
Oui, c'est vrai, c'est un peu asséner, comme souvent chez Romero.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Diary of the dead (Chronique des morts vivants) - George Romero (2008)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum