Le jour des morts vivants (Day of the living deads) - George Romero (1986)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le jour des morts vivants (Day of the living deads) - George Romero (1986)

Message par txoa le Lun 18 Mai - 13:17



"Le jour des morts vivants" est le dernier volet d'une trilogie avant que Romero ne "remette le couvert" en 2005. Il date de 1986.

Sarah est une jeune scientifique optimiste qui espère éradiquer le fléau qui transforme les morts en morts vivants. Elle est l'une des dernières survivantes de la civilisation. Avec quelques chercheurs et militaires, un pilote d'hélico et un radiophoniste, elle a trouvé refuge dans l'antre souterraine d'un silo à missiles.
Les zombies sont omniprésents et contenus difficilement aux alentours. Il n'y a plus de contact radio, vivres et munitions viennent à manquer. Cette situation anxiogène rend les rapports entre les survivants de plus en plus difficiles. La mort du Major Cooper qui, jusque là, maintenait un semblant d'équilibre, favorise la prise de pouvoir par la force des militaires emmenés par le capitaine Rhodes.
Les scientifiques sont dirigés par le docteur Logan, sorte de savant fou, qui a oublié le but de ses travaux au profit d'une expérimentation faisant fi de toute éthique.
Sale tableau: des militaires partagés entre bestialité et dépression (incarnée par Miguel, le petit ami de Sarah), des scientifiques sans éthique, des techniciens au service de qui voudra bien d'eux (cette position évoluera). Une métaphore des pouvoirs en cette fin de guerre froide ?
Plus encore que dans les deux volets précédents, Romero scrute à la loupe les rapports entre humains assiégés par le danger.
"Le jour des morts vivants" apparaît plus sérieux que ses prédécesseurs: la mise en scène est classique, le scénario laisse la part belle aux dialogues quand "Zombie" faisait dans l'exubérance et le trash. L' exubérance ici, se cantonne au gore (il est le plus gore des cinq) mais c'est pour nous faire horreur, il n'y a plus le côté ricanant de "Zombie". Toutefois, ces scènes gore n'apparaissent jamais comme une contemplation malsaine; elles tombent toujours à propos.
C'est aussi la première fois qu'un zombie paraît doté de quelque chose qui pourrait s'apparenter à une forme de conscience en la personne de Boubou (Bub en V.O), apprivoiser par le bon Docteur Logan et qui, à la mort de ce dernier aura la volonté de le venger retrouvant des réflexes militaires enfouis en un clin d'oeil ironique.
Les personnages des techniciens (avec un noir, bien sûr), si au début nous semblent égoistes, deviennent peu à peu les tenants d'une relative sagesse hédoniste, aménageant au fond du souterrain un pauvre paradis surnommé "le Ritz" avec vue sur la mer et transat dans lequel ils trouvent refuge humblement et de façon individualiste et sans philantropie mais opposés à toute forme de tyrannie.

L'aspect série B demeure (il y a le zombie "lambda" grimé partiellement, sans les mains notamment, et ceux qui ont une place plus importante, Boubou bien sûr, où tout est fort bien maquillé) et Tom Savini fait encore un travail remarquable, effets spéciaux garantis sans numérique, bien entendu.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour des morts vivants (Day of the living deads) - George Romero (1986)

Message par txoa le Lun 18 Mai - 13:19

Je précise que c'est celui que je préfère.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum