La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par txoa le Sam 16 Mai - 20:35

J'ai choisi de traiter des cinq films dans une suite que j'espère pouvoir tenir parce que j'estime qu'un fil les réunit quatre décennies durant.
Chacun d'eux sera chroniqué de manière succinte. Appel à tous pour rendre vivant cet hommage au cinoche de série B.

J'aime la série B américaine lorsque, sous couvert de monstres, aliens, maison hantée ou autre zombie, le cinéaste en profite pour glisser une analyse de la société dans laquelle il vit. J'aime le cinoche de série B et son côté punk, ce truc de dire "j'ai pas les moyens, j'ai pas forcément les capacités mais je le fais quand même et je vous em.... !".
J'aime ce poing tendu ou ce doigt dressé, au choix, et Romero, au travers de ces 5 films sur 4 décennies illustre à merveille le cinoche de série B. C'est parti...

La nuit des morts vivants 1968 (Night of the living deads)

Barbara et Johnny vont fleurir la tombe de leur père, comme chaque année. Mais cette fois ci, tout va aller de travers: une drôle de créature suivie d'autres vont tenter de les attaquer. Il s'agit de morts sortis de leur tombe afin de se rassasier de chair humaine. Ils se réfugient dans une maison en compagnie de quelques personnes, un "lâche" qui ne pense qu'à se réfugier dans la cave, un "courageux" (un noir, c'est très important) qui veut affronter les zombies. A la radio, ils apprennent que le phénomène gagne tout le pays. A l'intérieur de la maison, les hommes s'affrontent pour une cohabitation impossible nous renvoyant à une vision pessimiste de l'Humanité.
La nuit des morts vivants a couté 114.000 dollars (et en a rapporté plus de 20 millions). Alors, bien sûr, les effets spéciaux sont un peu cheap, les maquillages approximatifs, et le film est tourné un peu comme un documentaire et en temps réel et le noir et blanc (très contrasté, très beau), tout en estompant un peu la pauvreté du budget, rend hommage à ses prédécesseurs (Tourneur, "White zombie" avec Bela Lugosi que je n'ai jamais vu).

1968: Malcom X a été assassiné, Martin Luther King le sera cette année là, la question raciale est au coeur de l'actualité aux USA. Et le héros de la nuit des morts vivants est un noir courageux mais qui n'hésitera pas à abattre de sang froid celui qui s'opposera à lui. Et lorsque, à la fin, le noir, héroïque, parvient à survivre et à sauver ce qui peut l'être, il sera, comme n'importe quel zombie, abattu par quelque abruti, ce qui nous renvoie aux faits divers racistes qui gangrènent les USA à cette époque.
Il est noter que la question noire sera, jusqu'au dernier (diary of the ded), au coeur des films de Romero. Nous en reparlerons....


Dernière édition par txoa le Sam 16 Mai - 20:53, édité 1 fois
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par novi le Sam 16 Mai - 20:49

"j'ai pas les moyens, j'ai pas forcément les capacités mais je le faire quand même et je vous em.... !".

Vu sous cet angle, je ne peux qu'adhérer...

Et puis je plussois aussi sur le fond, il n'y a pas que les chefs d'oeuvres qui ont le droit de vivre...je dirais même qu'autant on peut cracher sur une merde qui prétendrait alors que...autant un gentil petit film qui s'affiche série B d'entrée de jeu, c'est honnête et sympathique comme proposition.

Bon comme je dois avouer n'avoir pratiquement rien vu, ni connu de ce dont parle Txoa,( hormis le truc à Clooney bien connu) je vais suivre ce fil avec attention pour apprendre !
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Varg le Sam 16 Mai - 20:59

Très belle et attendue initiative ami txoa !

Je rappelle que ce premier volet est dans le domaine public depuis le début de l'année, les droits n'ayant pas été renouvelés par les juristes de Romero.

On peut trouver ici trois downloads totalement légaux bien entendu de la version NB de 1968 (puisqu'il y eut un remake colorisé) :

http://www.archive.org/details/night_of_the_living_dead

Je papote avec vous sur ce thème passionnant demain ou lundi, le temps de me repasser l'épisode.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par stalker le Sam 16 Mai - 21:41

Je vais tacher de suivre l'expérience aussi.
Varg, je viens de trouver Fall of the house of Usher, de Jean Epstein (1928), grâce à ton lien. Thanks.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Varg le Sam 16 Mai - 21:47

Également dans le domaine public, White zombie dont parlait txoa. Pas de sous-titres sauf espagnols ou polonais. L'adresse :

http://www.archive.org/download/WhiteZombie/White_Zombie_512kb.mp4

une version moins cheap :

http://www.archive.org/download/WhiteZombie/White_Zombie.mpeg (1,6 Gb)

Les sous-titres :

http://www.opensubtitles.org/en/imdbid-0023694
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Varg le Sam 16 Mai - 21:52

stalker a écrit:Je vais tacher de suivre l'expérience aussi.
En fait, je me rends compte qu'il faut se faire au moins la trilogie initiale d'affilée... Je ferais cela demain mais du coup, en les recherchant, je suis tombé sur le Ténèbres de Dario Argento qui, dans mon souvenir, est tout à fait excellent. Je vais m'envoyer cela ce soir, avec un petit musical derrière au cas où j'aurais peur cette nuit...

stalker a écrit:Varg, je viens de trouver Fall of the house of Usher, de Jean Epstein (1928), grâce à ton lien. Thanks.
C'est super... Il y a quelques bonnes affaires à faire dans cette période libérée...
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Varg le Lun 18 Mai - 8:24

Le grand mérite de Night of the living dead est désormais essentiellement historique car le film a beaucoup vieilli. Disons que son côté cheap est parfois gênant et daté, surtout en ce qui concerne la prise de son, sans relief et très amateur.

Visuellement, il tire encore son épingle du jeu dans tout le premier quart d'heure : la scène d'exposition dans le cimetière reste un très grand moment et la première attaque, ainsi que la fuite de Barbra, bénéficient d'un rythme de montage qui nous plonge vraiment dans l'angoisse. Celle-ci est encore accentuée par la découverte de la maison par la jeune femme, avec de superbes ombres qui m'ont fait penser (en moins élaboré quand même, question de moyens) à ce qu'un grand chef opérateur comme Nicholas Musuraca obtenait sur les films de Tourneur ou de Siodmak. Le cadre est assez travaillé, pas mal de mignardises de prises de vue désaxées, etc. L'irruption du personnage de Ben, dont on ne sait sur l'instant s'il est ou non humain est une pure merveille.

Toute la partie ensuite opposant Barbra et Ben dans la maison qu'il faut consolider m'a paru (mais je m'étais fait déjà la remarque lors de ma dernière vision il y a de nombreuses années) la plus faible du film, surtout parce que la tension "raciale" qui pourrait ou devrait naître de la promiscuité entre une jeune blanche et un jeune noir (et qui était une des réalités de cette époque ségrégationniste) n'existe pas pour Romero. Il est vrai que l'on peut supposer que Barbra est plus préoccupée par son traumatisme initial que par son isolement avec Ben mais, à ce moment du film, elle ne sait rien du caractère monstrueux de ce qu'elle vient de vivre.

Il faut donc attendre que ceux de la cave apparaissent pour que le huis-clos devienne étouffant, par la pression exogène des zombis, par la pression endogène née de l'affrontement entre le lâche petit blanc Cooper (le père de famille omnipotent, défenseur des siens est proprement dynamité ici, surtout dans la contestation de son rôle par son épouse Helen) et le courageux et autoritaire noir Ben (jolies plongées et contre-plongées pour accentuer cette opposition) et surtout l'irruption du monde extérieur via la radio et la télévision, dans les non-réponses que celles-ci apportent aux réfugiés. C'est là que Romero crée le cinéma d'horreur moderne : qui sont-ils et surtout pourquoi font-ils ça ? se demandent surtout les habitants dans la maison. D'ordinaire, le film d'horreur répondait à ces questions. Là, on ne saura que le factuel (il s'agit de personnes mortes, elles mangent les chairs), rien des motivations et rien sur l'émergence du phénomène.

Un fléau qui touche tout le monde sans jamais se préoccuper des mérites respectifs des uns et des autres... Un fléau où un enfant dévore son père et assassine sa mère, ou un frère s'empare de sa sœur pour la livrer aux "monstres", sans raisons... C'est grand, tout simplement.

La violence des milices qui clôt le film, cette violence aveugle et satisfaite d'elle-même qui détruit l'altérité sans jamais oser finalement se confronter à elle, finit de donner son sens plein à cette critique sociale de l'Amérique, qui désertera bon nombre des films qui vont maintenant s'inspirer de celui de Romero.

Mention spéciale à la musique et aux bruitages, qui sont réellement l'une des composantes actives et pertinentes du film, y compris dans leur outrance (les tadada.... aux moments fatidiques, c'est booooon....).
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Varg le Lun 18 Mai - 17:25

Je me suis posé une question que ne résout pas le film. Dans quelles conditions un mort devient-il un mort-vivant ? L'émission de télévision semble dire que c'est le destin de tous les morts (ou de ceux qui ont été mordus) or nous voyons que certains morts du film ne le deviennent pas :
1) la personne au 1er étage de la maison
2) Tom et Judy.

Pourquoi à votre avis ?
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par txoa le Lun 18 Mai - 17:31

Il y a une réponse à la question ou la réponse est elle dans le côté série B avec ce qui faut de petites incohérences ?
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Varg le Lun 18 Mai - 17:34

txoa a écrit:Il y a une réponse à la question ou la réponse est elle dans le côté série B avec ce qui faut de petites incohérences ?
Ben peut-être est-ce une incohérence du scénario mais j'avoue qu'elle me tourmente quand même.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par edmond Gropl le Mar 19 Mai - 15:06

Varg a écrit:
txoa a écrit:Il y a une réponse à la question ou la réponse est elle dans le côté série B avec ce qui faut de petites incohérences ?
Ben peut-être est-ce une incohérence du scénario mais j'avoue qu'elle me tourmente quand même.

Peut-être, j'ai vu ce merveilleux film il y a trop longtemps pour pouvoir l'affirmer, que rentre en compte l'idée de Karma?
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit des morts vivants - George Romero (1968)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum