La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par novi le Mer 1 Avr - 11:00

(plutôt que de nous montrer des énièmes truands d'opérette)

Mais, mais ...mais et je m'étouffe ! Mais le polar actuel ne parle absolument pas de truands, comment pourrait-il le faire d'ailleurs puisqu'aucun truand, ni des gens proches, n'écrivent des polars - exception notable avec un certain Francelet Marc qui en fit écrire un ou deux en se servant d'un ami journaliste( je ne sais ce que ça vaut ne l'ayant pas lu mais je l'evoque puisque son nom a deja étè cité publiquement par la presse ).

Et ce n'est pas une question de dire, Je ou IL, ou Nous ! Puisque je rappelle que l'on sait que Giovanni fut condamné à mort en son temps et c'est à peu prés tous ce que l'on sait de lui et tant mieux , que c'était un petit homme timide et reservé qui n'aimait pas apparaitre en public, que Lebreton n'a jamais précisé son parcours et surtout : qu'au jour d'aujourd'hui avec tous ces salons du polar, ces clubs d'auteurs par affinités, bref le marketing de l'auteur-livre associate ; c'est devenu impossible de séparer l'auteur de son livre, et que dans ces conditions, l'on n'est pas près de voir ce genre d'ouvrage voir le jour, du moins dans l'édition de type classique. Peut-étre que c'est le lectorat remarquez ! Qui réclame subliminalement des auteurs qui lui ressemble, un prof, un employé de mairie, un flic, etc

Dans le même esprit, je suis trés content ce matin d'avoir attendu sous les jupes d'Edmond car son post sincére et étayé vaut toutes les rhétoriques du monde. Bien sur que des profs vont au boulot avec la trouille au ventre, que la société a peur, et que ce film ne remonte que ça sans chercher à philosopher, à expliquer, à démontrer...
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Mer 1 Avr - 11:49

Edmond, je me doutais parfaitement du contenu de ta réponse, qui est une expérience vécue que je respecte tout à fait, mais qui n'est pas une défense du film. C'est-à-dire que tu mets dans ta défense des choses qui ne sont pas dans le film et qui ne sont donc pas partageables avec ceux qui le regardent. Et cela me pose évidemment problème.


Gropl a écrit:
Ensuite: Tout le monde en prends pour son grade: A l'interieur: les jeunes A l'exterieur: les profs, les flics, les parents, les politiques, le proviseur, les journalistes, les rappeurs etc.. Il manque le penseur, (mais heureusement tu es là pour nous livrer tes analyses sur l'école et nous expliquer le problème), moi je t'aurais mis dans le film...

Il est nécessaire d'abord de rectifier une chose qui semble anodine pour l'instant mais qui pourrait devenir pernicieuse. Je ne suis pas penseur et encore moins théoricien de l'école venant donner des leçons aux travailleurs sociaux et autres professeurs. Je n'ai d'ailleurs pas parlé de l'école dans mes diverses interventions, que j'ai tenté de limiter à ce que j'avais vu dans ce film. J'ai évoqué annexement le fait qu'on n'avait jamais autant dépensé d'argent pour l'enseignement pour d'aussi piètres résultats et que la solution n'était peut-être pas de remettre encore et encore au pot mais sans doute de réfléchir sur la question, comme l'avait fait Ivan Illich il y a trente ans. Tout le reste est ma lecture du film, qui vaut ce qu'elle vaut, mais du film seul. Je sais que tu n'es pas du genre à vouloir opposer une "expérience de l'intérieur" qui sait à "une pensée de l'extérieur" qui n'a pas idée de... mais ce n'est pas le cas de tous ceux qui pourraient lire nos échanges.

Je ne me satisfais pas de ces visions extérieures car les caricatures de profs, de flics, de politiques ou de parents ne me semblent pas pertinentes. C'est tellement à la fois énorme, léger et surtout accessoire (traité justement en extériorité) que c'en est insignifiant s'agissant du problème qui se joue à l'intérieur. Mais si les autres spectateurs pensent comme toi et trouvent que tous ces gens (parties au problème comme je l'ai dit dès le départ) "en prennent pour leur grade" eh bien, considérons que le cinéaste a atteint son but et donc que je suis un mauvais coucheur.

Ce que le film montre, c'est la violence et l'irrespect de ces jeunes à l'égard de leur prof, puis à l'égard d'eux-mêmes et qui finit par générer cette situation de pétage de plomb. D'où vient cette violence et cet irrespect et d'où vient le pétage de plomb ? Pas un instant ce qui se passe à l'extérieur ne me semble signifiant quant à ces questions sauf alors à y apporter son vécu : c'est la faute aux profs, aux flics, aux politiques, aux parents, à l'inspection académique... Quand c'est la faute de tout le monde, c'est bien évidemment la faute à personne et c'est en quoi, même si cette vision extérieure était ce que tu penses qu'elle est, elle ne me dirait rien, rien de plus. C'est pourquoi je l'ai trouvé tout à fait inutile.

Je n'insiste pas sur la suite de ton commentaire qui est une illustration de ton expérience et que je respecte tout à fait. Je rebondis juste sur une de tes phrases :

Gropl a écrit:Un chauffeur de bus qui en a marre de se faire cracher sur la gueule prenne son bus en otage et tout y passerait, les incivilités, le racisme, la poltique des transports, l'"urbanisme, les ghettos, ça serait pas mal.
Justement (voir ma dernière intervention), La journée de la jupe n'aborde jamais les questions strictement politiques mais laisse tout à un niveau individuel. Parler de la politique de transports, d'urbanisme et de ghettos, c'est toujours déjà traduire la question de la violence en termes politiques. Ce que le film dont nous parlons ne fait jamais (sûrement pas via ses caricatures de la vie extérieure).
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par limbes le Mer 1 Avr - 14:10

Du coup, j'ai envie de le voir, ce film...
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Mer 1 Avr - 14:36

Varg a écrit: Pas un instant ce qui se passe à l'extérieur ne me semble signifiant quant à ces questions .

Mais oui, c'est exactement ça.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Mer 1 Avr - 14:37

Varg a écrit:Justement (voir ma dernière intervention), La journée de la jupe n'aborde jamais les questions strictement politiques mais laisse tout à un niveau individuel. .

Mais oui, voila, c'est génial.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Mer 1 Avr - 14:51

Varg a écrit:
Il est nécessaire d'abord de rectifier une chose qui semble anodine pour l'instant mais qui pourrait devenir pernicieuse. Je ne suis pas penseur

Allons..allons...
quand j'ecris une critique, c'est quand même pour avoir des avis contradictoires et si possible pensés.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Mer 1 Avr - 15:20

edmond Gropl a écrit:
Varg a écrit:Justement (voir ma dernière intervention), La journée de la jupe n'aborde jamais les questions strictement politiques mais laisse tout à un niveau individuel. .

Mais oui, voila, c'est génial.

C'est donc contradictoire avec ton exemple du chauffeur de bus qui lui aurait droit aux questions de politique de transports, d'urbanisme, de ghettoisation... Mais peut-être ne sommes-nous plus à cela près dans cet échange ?
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Mer 1 Avr - 20:23

Varg a écrit:
edmond Gropl a écrit:
Varg a écrit:Justement (voir ma dernière intervention), La journée de la jupe n'aborde jamais les questions strictement politiques mais laisse tout à un niveau individuel. .

Mais oui, voila, c'est génial.

C'est donc contradictoire avec ton exemple du chauffeur de bus qui lui aurait droit aux questions de politique de transports, d'urbanisme, de ghettoisation... Mais peut-être ne sommes-nous plus à cela près dans cet échange ?

Non, le chauffeur n'aurait droit à rien, pas plus que le profeseur, je disais juste qu'on aurait pu faire le même film avec le même principe, catalogue de choses.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Mer 1 Avr - 21:24

edmond Gropl a écrit:Non, le chauffeur n'aurait droit à rien, pas plus que le profeseur, je disais juste qu'on aurait pu faire le même film avec le même principe, catalogue de choses.

Alors pourquoi écrire ceci ?

edmond Gropl a écrit:Un chauffeur de bus qui en a marre de se faire cracher sur la gueule prenne son bus en otage et tout y passerait, les incivilités, le racisme, la poltique des transports, l'"urbanisme, les ghettos, ça serait pas mal.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Mer 1 Avr - 22:01

Mais enfin, c'est pourtant clair. Le chauffeur prends son bus en otage, il n'aura droit à rien, c'est à dire qu'il finira comme I. Adjani, aucune reconnaissance et dans le film, tout le catalogue de responabilité collective sera traité de la même manière.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par novi le Mer 1 Avr - 22:30

Des anecdotes qui auraient pu servir de point de départ à ce film, on en a tous des tonnes - exemple rapide, j'ai deux gamins qui font le con hors ring à la boxe, l'un deux percute une glace et s'ouvre l'epaule méchant, on appelle le Samu et surprise, c'est deux fourgons de poulets armés j'usqu'au dents qui débarquent. Vu que c'était point le RAID, ils ont pas sauté la cloture. Ils diront plus tard que c'est les pompiers qui leur ont demandés de les devancer - sic, hystérique Adjani, pas si sur !
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Jeu 2 Avr - 8:13

Je pense que le véritable problème de compréhension entre nous est là : vous ne voyez (ou voulez voir) dans ce téléfilm que son côté anecdotique alors qu'il possède volontairement (c'est-à-dire que ce n'est pas moi qui l'invente) un côté édifiant sur lequel vous ne dîtes pas un mot (et quand je dis édifiant je pense presque "moral").

Ce n'est pas un hasard si le personnage de Sonya est prof ET fille d'immigrés et les réponses qu'elle apporte aux enfants - ainsi que le périmètre des questions qu'elle aborde - est entièrement contenu dans ces deux propositions (ce qui est un des reproches que je lui fais).
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par novi le Jeu 2 Avr - 10:54

Ce n'est pas un hasard si le personnage de Sonya est prof ET fille d'immigrés

Oh que si et c'est même sans doute, un choix inspiré par une certaine méconnaissance du contexte de ce genre de lycée où l'on croise de moins en moins de profs fonctionnarisés, mais de plus en plus de profs natifs et précaires...

Une stratégie de recrutement qui a explosé ces deux dernières années et que la société française occulte complétement.

Je peux assurer que la confrontation de profs réellement d'origine étrangére et non point de seconde génération avec des élèves de seconde, troisiéme génération, remet plus durement les pendules à l'heure et pas que celle d'étè, que ce que l'on assiste dans le film.
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Jeu 2 Avr - 11:28

A force, cela en devient lassant...

Dans ce film dont on parle, ce n'est pas un hasard si...

Dans le vécu de chacun et dans le vaste monde, il y a toujours au moins une expérience ou une anecdote pour a priori infirmer un point de vue et une autre pour infirmer l'infirmation...

La stratégie de recrutement, qui ne s'arrête pas à la précarisation du personnel enseignant et qui n'a pas seulement cours depuis quelques années (je l'ai vu se modifier dès mes années militantes donc il y a plus de trente cinq ans de cela) EST un des aspects non traités du film, ou seulement sous l'angle individuel/particulier de Sonya.

novi a écrit:
Je peux assurer que la confrontation de profs réellement d'origine étrangére et non point de seconde génération avec des élèves de seconde, troisiéme génération, remet plus durement les pendules à l'heure et pas que celle d'étè, que ce que l'on assiste dans le film.
Et ?
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Jeu 2 Avr - 11:50

[quote="Varg"]Je pense que le véritable problème de compréhension entre nous est là : vous ne voyez (ou voulez voir) dans ce téléfilm que son côté anecdotique alors qu'il possède volontairement (c'est-à-dire que ce n'est pas moi qui l'invente) un côté édifiant sur lequel vous ne dîtes pas un mot (et quand je dis édifiant je pense presque "moral").
quote]
Je crois que le veritable problème de comprehension entre nous, c'est la cyber communication.

Incontestablement, ce film est édifiant et moral (je dirais aussi pédagogique), c'est même sa raison d'être mais il n'est pas simpliste. (c'est pour ça que je disais dans mon premier message que la seule conclusion qui émergeait avec certitude était qu'il fallait sauver l'école).
Ce qui est bien c'est que le message "moral", si message il y a (pour moi il s'agit surtout d'une remise à l'heure des pendules) ne s'adresse pas qu'aux jeunes mais à tous.

Sur l'aspect de l'immigration: La révélation du personnage de Sonia 'est le moment qui a le plus interpellé les jeunes d'origines arabes avec qui j'ai parlé du film, ca été le rebondissement qui tue. En remuant le couteau dans la plaie, ça va jusqu'au traumatisme. Je n'y vois qu'un moyen du réalisateur d'atteindre la conscience de ses spectateurs, de la grosse ficelle efficace.
Maintenant sur cet aspect là, enfin tout ce qui est relatif à l'islam (un des thêmes du film): quel est le message exact? et d'ou vient-t-il?. Comme je n'y vois qu'une "remise à l'heure des pendules (remarquons d'ailleurs que chez les juifs, chretiens et musulmans, l'heure est encore la même, enfin je crois ) ", je ne saurais trop m'étendre sur ce sujet.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Jeu 2 Avr - 12:16

edmond Gropl a écrit:Je crois que le veritable problème de comprehension entre nous, c'est la cyber communication.

Incontestablement, ce film est édifiant et moral (je dirais aussi pédagogique), c'est même sa raison d'être mais il n'est pas simpliste. (c'est pour ça que je disais dans mon premier message que la seule conclusion qui émergeait avec certitude était qu'il fallait sauver l'école).

Je n'ai jamais affirmé évidemment que le film était simpliste mais qu'il était réducteur, ce qui n'est pas du tout la même chose. La conclusion que tu vois émerger - sauver l'école - je continue de ne pas du tout la voir dans ce film et tu ne m'as toujours pas expliqué où cela se trouvait... Par contre, le message "donnez du sens à votre vie" est évident mais les modalités sont à discuter.

edmond Gropl a écrit:Ce qui est bien c'est que le message "moral", si message il y a (pour moi il s'agit surtout d'une remise à l'heure des pendules) ne s'adresse pas qu'aux jeunes mais à tous.
Comme Novi, tu utilises cette formule "remettre les pendules à l'heure" mais moi, je ne sais pas ce que cela veut dire. C'est quoi l'heure, c'est quoi les pendules ?

edmond Gropl a écrit:La révélation du personnage de Sonia 'est le moment qui a le plus interpellé les jeunes d'origines arabes avec qui j'ai parlé du film, ca été le rebondissement qui tue. En remuant le couteau dans la plaie, ça va jusqu'au traumatisme. Je n'y vois qu'un moyen du réalisateur d'atteindre la conscience de ses spectateurs, de la grosse ficelle efficace.
Comme je l'ai déjà écrit, c'est là que tout prend son sens et que tout se complique aussi et je n'y vois pas par contre une grosse ficelle. Si Sonya est vraie, c'est dans cette ambiguité par rapport à ses origines et dans la violence des choix qu'elle a fait pour donner à sa vie un sens choisi par elle (et qui est l'exemple, le modèle qu'elle aimerait proposer aux enfants) et non par la tradition ou son environnement.

La grosse ficelle par contre, c'est la mort finale.

edmond Gropl a écrit:Maintenant sur cet aspect là, enfin tout ce qui est relatif à l'islam (un des thêmes du film): quel est le message exact? et d'ou vient-t-il?. Comme je n'y vois qu'une "remise à l'heure des pendules (remarquons d'ailleurs que chez les juifs, chretiens et musulmans, l'heure est encore la même, enfin je crois ) ", je ne saurais trop m'étendre sur ce sujet.
Là encore, tu laisses filer cette métaphore de l'heure et des pendules que je ne comprends pas, pardonne-moi.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par novi le Jeu 2 Avr - 12:54

Je peux assurer que la confrontation de profs réellement d'origine étrangére et non point de seconde génération avec des élèves de seconde, troisiéme génération, remet plus durement les pendules à l'heure et pas que celle d'étè, que ce que l'on assiste dans le film.
Et ?


Autrefois et encore dans un passé trés récent, disons une génération d'enseignants, ceux qui s'apprétent massivement à partir en retraite ( voir dans certains colléges, la moyenne d'age, les momes disent les cranes d'oeufs en parlant des hommes, c'est dire si )- récemment donc et pas depuis trente ans , un prof était titulaire, n'avait jamais fait autre chose que d'enseigner ( ma propre fille enseigne les sciences éco en fac et école de commerce tout en n'ayant jamais, oh grand jamais , mis les pieds dans une entreprise ; comme Manotti lorsqu'elle nous parle du Sentier ). Or aujourd'hui, la nouvelle génération de précaires qui arrive, pas titularisée, a eu souvent une vie avant d'enseigner, parfois à l 'etranger. La fameuse superiorité de profs dits natifs lorsqu'ils s'adressent à des élèves qui voudraient revendiquer ce genre de posture mais sont dans l'imposture justement.

J'ai le cas d'une amie prof Argentine qui a débuté en zone dites spéciales, en a gardé des souvenir pleins d'émotions, des gosses attachants dit-elle , et qui a bien aimé ce film parce qu'elle a bien compris qu'il ne fallait surtout pas intellectualiser ce qui se voulait simplement spectaculaire à fin d'étre vu en tant que film.
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Jeu 2 Avr - 12:57

"remettre les pendules à l'heure", ce film est en temps réel.

On veut débattre sur les banlieues? On peut pendre ce film comme base, on est dans le vrai. Ce film n'est PAS DU TOUT réducteur. Certes il élague à la tronçonneuse mais il nous permet de ramasser les branches et de se demander ce qu'on peut en faire. Il te permet également d'essayer de nous expliquer quelque chose, un pont de vue dont je n'ai pas encore exactement saisi la pertinence.

Ce que tu dis sur Sonya, Ou est le problème?
Ce que tu dis, qui est vrai (elle est dans un engagement, un parcours de vie, elle est prof et elle a des éleves qui representent une sorte de contraire, enfin, c'est la base du film, c'est clairement montré), je peux le voir encore comme une tentative de la disqualifier exactement comme certains intervenants dans le film, ou alors tu cherches à nous dire qu'il faut que nous lisions Y. Illitch (que je ne connais pas, enfin de nom) pour saisir les véritables enjeux du film. Mais oui, certainement, remercions donc ce film de permettre ces interrogations et ces pistes.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Jeu 2 Avr - 17:26

edmond Gropl a écrit:"remettre les pendules à l'heure", ce film est en temps réel.

La définition la plus courante est : signifie "faire une mise au point", afin que les choses soient claires pour tout le monde. Donc là, je ne saisis plus du tout...

edmond Gropl a écrit:On veut débattre sur les banlieues?

Non moi je veux débattre du film, ce que je fais depuis le départ. Tu ne saisis sans doute pas la pertinence de ce que je dis qui, je te rassure, n'est pas une pub déguisée pour lire Illitch. Quand à moi, je n'ai rien à me mettre sous la dent à part des affirmations péremptoires puis des métaphores vagues, par exemple :

Ce film n'est PAS DU TOUT réducteur. Certes il élague à la tronçonneuse mais il nous permet de ramasser les branches et de se demander ce qu'on peut en faire.

qui ne veut rien dire du tout. J'ai expliqué en quoi l'approche du film était, à mon sens, réductrice en ne centrant les problèmes et leurs résolutions que sur les seuls individus. Tu ne m'expliques en rien en quoi je me trompe.

edmond Gropl a écrit:Ce que tu dis sur Sonya, Ou est le problème?
Ce que tu dis, qui est vrai (elle est dans un engagement, un parcours de vie, elle est prof et elle a des éleves qui representent une sorte de contraire, enfin, c'est la base du film, c'est clairement montré), je peux le voir encore comme une tentative de la disqualifier exactement comme certains intervenants dans le film, ou alors tu cherches à nous dire qu'il faut que nous lisions Y. Illitch (que je ne connais pas, enfin de nom) pour saisir les véritables enjeux du film. Mais oui, certainement, remercions donc ce film de permettre ces interrogations et ces pistes.
Je pense que tu es depuis le départ dans le stade de l'émotif qui fait que tu ne souhaites pas entendre ce que je dis. Tu confonds le réel, ton vécu et la représentation qu'en donne le film et toute critique contre celui-ci te semble être une critique contre toi-même. Ce qui n'est pas le cas, je ne me le permettrai en aucun cas parce que je n'ai pas à gérer tout ceci dans mon quotidien et que je tire mon chapeau à ceux qui le font.

PS : Ma référence à Illitch, pour revenir là-dessus, était en réponse à ton affirmation (encore une toujours pas étayée) comme quoi le message du téléfilm était "de sauver l'école".
PPS : Tu devrais aller lire sur le web certaines critiques contre ce film, de la part de gens qui parfois reconnaissent même ne l'avoir pas vu.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Jeu 2 Avr - 19:03

Ce qui se passe c'est plus tu me sors des arguments de derrière les fagots ( le dernier: l'émotif, oui ce film m'a ému mais Bambi aussi peut me faire pleurer et je sais que Bambi n'existe pas) plus j'aime ce film. il est blindé.

Tu dis que ce film est reducteur car il centre les problèmes et leur résolution sur l'individu. Mais oui, c'est bien de ça qu'il s'agit, mais c'est pas le film qui est réducteur, c'est la réalité qui est réduite. Tu ne te trompes pas. Le film montre quand même bien que tout ce qui est collectif a échoué, tout les intervenants exterieurs (au théâtre) qui representent un peu le collectif (les autres profs, les politiques....jusqu'aux penseurs) n'ont plus aucune prise sur ce qui se passe réellement c'est à dire, un individu qui fait son travail jusqu'au bout, jusqu'à la folie. C'est pas une intention du film, c'est la réalité: dans certaines écoles ou autres lieux collectifs, les gens agissent seuls pour le meilleur ou pour le pire.
Si toi tu y vois une intention, explique moi laquelle et transmets moi les liens de critiques susceptibles de me faire comprendre ce qui, malgré tes tentatives m'échappe toujours..

(Si mes arguments ne sont pas étayés, c'est parce qu'ils sont solides, blindés, comme le film)
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Varg le Jeu 2 Avr - 20:27

Je n'ai absolument aucune envie de te convaincre de quoi que ce soit. Je pensais discuter d'un film tout simplement.

J'ai passé pas mal de temps à formuler et préciser mes avis. Je ne pense pas que le thème et les perspectives d'échange qui en résulteraient désormais méritent plus que cela.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par novi le Jeu 2 Avr - 20:41

C'est un peu ça l'illusion internet, tous le monde a un avis, sur tout, même sur ce qu'il ne connait pas et à ce niveau ; est-ce important de convaincre lorsque le buzz est lancé...

D'autant que l'on sait que pour deux ou trois intervenants qui discutent, il y a souvent dix lecteurs anonymes qui se contentent de parcourir : qu'en font-ils ?

Ca nous raméne forcément au film, au livre : pourquoi en réalise-t-on ? pourquoi écrit-t-on des livres dont on ne sait ensuite comment ils seront perçus ? Serait-ce l'explication du fameux retrait de l'acteur ( exception bréve de la part d'Adjani pour cette fois) et de qui a écrit le scénar au départ, pour qui, comment, pourquoi...
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par edmond Gropl le Jeu 2 Avr - 21:05

Varg a écrit:Je n'ai absolument aucune envie de te convaincre de quoi que ce soit. Je pensais discuter d'un film tout simplement.

Tout simplement? J'ai trouvé que c'était tres compliqué. Et j'ai toujours rien compris, mis à part les remarques formelles (que je ne partage pas) a ce que tu reprochais exactement au film.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par stalker le Ven 3 Avr - 0:00

novi a écrit:C'est un peu ça l'illusion internet, tous le monde a un avis, sur tout, même sur ce qu'il ne connait pas et à ce niveau ; est-ce important de convaincre lorsque le buzz est lancé...

Sauf erreur de ma part, les personnes (oublie les pseudos, Novi) qui parlent ici de La journée de la jupe, ont toutes deux vu le film en question. Je ne pense pas que quiconque cherche à convaincre quiconque. C'est un télescopage de points de vue. Point barre. J'ose estimer que c'est là tout l'intérêt d'un forum comme Noir Bazar.

novi a écrit:D'autant que l'on sait que pour deux ou trois intervenants qui discutent, il y a souvent dix lecteurs anonymes qui se contentent de parcourir : qu'en font-ils ?

Va savoir...
Tu peux aussi décider de cesser de poster des messages sur le forum, puisque le doute t'effleure : "A quoi ça sert un forum pareil ?" Chacun se fait sa propre réponse, ou bien on n'y pense même pas. Là, dans ce fuseau, ce que je vois c'est deux types passionnés qui ne sont pas d'accord. Je doute qu'ils se soucient qu'on les lise ou non. Ils pourraient aussi le faire sur MSN ou par téléphone, tu me diras, mais pourquoi pas ici, puisque que l'un des deux à pris le temps d'écrire une critique initialement.

Je te sens complètement largué, Novi.
Et je ne vois vraiment pas l'intérêt de ton message dans le débat en cours.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par txoa le Ven 3 Avr - 9:51

Vu hier soir, "la journée de la jupe", délaissant Dexter.
Quelque chose m'a troublé: une sorte de mélange de genre, assez gênant à mon sens. On passe du très réaliste au n'importe quoi en permanence. Le réalisme de la situation avec des acteurs convaincants (Adjani, bien sûr, hystérique nuancée, mais surtout les jeunes, avec mention au gamin qui incarne Moussa) à des choses invraisemblables ou malvenues: déjà Podalydès en super keuf, c'est dur, mais ces affaires de coeur, qu'est ce qu'on en a à battre !! Si dans la classe, tout va bien, tout ce qui est de l'extérieur de la classe est proche de la série polar du vendredi soir. (dommage, j'aime bien Yann Colette, ici sous employé). Le plan final des nanas en jupe sur fond de musique dégoulinante, c'est indigne. La sortie de Berroyer, pourtant prometteur, laisse un goût de mal fichu.

Le propos, quant à lui, me semble assez juste. Je dis ça rapport avec ce que je vis au quotidien, tout comme Gropl, ce retour à la barbarie sous couvert de "respect" (mot que je suis arrivé à détester) mâtinée de religion à 3 balles, dont au final, ces jeunes ne connaissent rien.
Je suis assez OK avec Gropl sur ce qu'on peut retirer du film, un éloge à une école laïque qui fonctionne, même si je pense, contrairement au personnage d'Adjani, que la Laïcité ne doit pas empêcher de parler religion à l'école.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La journée de la jupe - J.P. Lilienfeld (2009)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum