De la distance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la distance

Message par stalker le Ven 13 Fév - 6:09

Pour rebondir encore sur cette remarque de Gropl à la fin d'une critique de roman :

Et puis ça fait deux polars français contemporains que je lis et deux fois que je tombe sur des trucs pro-peine de mort. Ca doit être signe de quelque chose dans le polar Français.

Je me demande dans quelle mesure un roman de fiction (polar ou autre) ne parvient pas à relativiser l'importance des sujets qu'il aborde, tout simplement parce que c'est de la fiction au départ. Même si les sujets sont d'actualité, même s'ils sont graves et touchent directement à la vie humaine (la vie tout court, d'ailleurs), même s'ils sont en plein dans la réalité.
Je ne mets pas forcément en doute l'implication, voire l'engagement de l'auteur lui-même à l'égard de ces sujets, mais plutôt l'effet produit par le support littéraire. La critique d'un roman qui traite de l'euthanasie, ici et maintenant, par le biais d'une fiction, peut très bien côtoyer un article de presse consacré au même sujet, je pense que même si le roman parvient à pénétrer le sujet - tandis que l'article le survolera en livrant juste une information, plus ou moins détaillée - il restera dans le domaine de la fiction, donc du divertissement et du plaisir. On ne lui accordera pas le même crédit.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la distance

Message par novi le Ven 13 Fév - 11:44

L'engagement des auteurs ! ah bon ?

Moi qui croyais que de nos jours, la ""production"" littéraire était faite par de petites mains, salariés intérimaires déguisés en tacheron et répondant à des appels d'offres éditoriaux.

Mais me trompant sans nul doutes quant à cette réalité soit disant ressentie par des millions de lecteurs dont le cerveau n'est justement plus disponible quant à des ouvrages peu passionnants - je propose de lire avec attention tous les arguments pouvant prétendre le contraire ( ? )

Mais bon : j'ai comme un doute ! puisque tu le dis si bien toi même cher Stalker, avec ces deux mots : divertissement et loisir.
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la distance

Message par edmond Gropl le Ven 13 Fév - 14:43

il me semble que ces questions se posent pour les romans ratés. Soit ceux ou les idées (politiques ou autres intentions) transparaissent trop pour qu'on puisse être saisi par autre chose (dans ce cas, autant lire un article, un tract ou une étude), soit ceux ou aucune idée n'apparait, sans que recherche esthétique, style, recherche architecturale, découverte d'un univers particulier, sincérité du propos ou valeur poétique ne comblent ce vide.

Ensuite, il y a toujours eu des romans de consommation courante qui se périment assez vite ( plus personne ne parle de tel livre de M.H. Clark, Du premier grangé (pourtant le meilleur), de Carter Brown etc..) alors qu'on va encore parler de Manchette, de Thompson, d'Héléna, de Chandler, de Simenon ou de San Antonio pendant des décénnies.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la distance

Message par novi le Ven 13 Fév - 16:14

il me semble que ces questions se posent pour les romans ratés.

J'avoue n'avoir pas osé et m'étre contenté de souligner l'aspect : divertissement et loisir !
avatar
novi

Messages : 681
Date d'inscription : 19/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la distance

Message par stalker le Sam 14 Fév - 1:02

C'est probablement parce que je fantasme sur un monde où la littérature (et autres formes de créations, tels que le cinéma et les arts plastiques, par exemple) aurait autant d'impact et d'influence que la parole d'un homme politique ou d'un canard.
Un monde où acquérir un roman impliqué dans son époque (quelque soit le registre d'implication, à partir du moment où il explore son temps et l'interroge avec quelques arguments et, effectivement, une forme d'écriture, un univers singulier, etc.) aurait autant de sens que glisser un bulletin de vote dans une urne.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la distance

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum