I comme Icare - Henri Verneuil (1979)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I comme Icare - Henri Verneuil (1979)

Message par stalker le Dim 18 Jan - 16:45



À la suite de l'assassinat du Président Marc Jarry récemment réélu, une commission d'enquête dirigée par le président de la Haute Cour de Justice, Frédéric Heiniger est instituée afin d'élucider les circonstances de l'attentat. Le rapport final de cette commission précise qu'il n'y a eu qu'un seul tireur, Karl-Erich Daslow, ayant agi seul, par folie et avec préméditation. Ces conclusions ne satisfont pas le procureur Henri Volney à qui sont remis les pleins pouvoirs afin de continuer l'enquête.

Dès le départ, le spectateur possède des clés que le procureur, incarné par Yves Montand, ne possède pas. Inversement, l’énigme demeure des deux côtés. L’objet du film est une enquête qui va s’avérer passionnante et inquiétante.
L’histoire se déroule dans un pays qui peut aussi bien être la France que les Etats-Unis, l’Angleterre ou encore l’Italie, par exemple. Ce n’est pas indiqué, et nous nous posons la question dès le départ. Nous nous la posons jusqu’au bout, et c’est sur ce doute que joue Verneuil – ce doute qui nous permet à la fois de nous identifier et de nous tenir à distance du système politique interrogé.

Nul n’est propre dans l’histoire. Le procureur Volney le sait, et lui-même n’hésite pas à employer des méthodes douteuses pour parvenir à ses fins. Nul n’est propre au sein de cette société « imaginaire » que plante Verneuil, puisqu’elle est peuplée d’humains et régie par des lois qui reposent sur un principe d’autorité et de soumission, vieux comme le monde. En cela, dans le film, la séquence du test scientifique est révélatrice, autant qu’effrayante. Volney en tirera des réponses à certaines de ces questions. Peut-être faisons-nous de même. Nous méprisons ces individus au pouvoir et ces hommes en blouse blanche qui jouent avec les ficelles et, une fois de plus, nous nous identifions, ou nous choisissons de nous tenir à distance.

Je ne fais qu’obéir aux ordres en enfermant des centaines de prisonniers dans les wagons d’un train, nous dit le film. Je ne fais qu’obéir aux ordres en conduisant la locomotive de ce train en direction d’un camp lointain. Je ne fais qu’obéir aux ordres en accueillant les prisonniers dans ce camp. Nous connaissons l’Histoire.

Volney est un obstiné. Il est méthodique est perspicace. Mais l’allégorie d’Icare est la suivante : à vouloir trop s’approcher de la vérité, on se brûle les ailes.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum