Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par stalker le Lun 22 Déc - 23:41



Profondément marqué par le départ de Marie, son enfant, avec son épouse lors de leur rupture, « L'œil » (Michel Serrault), détective privé, se passionne difficilement pour les enquêtes que lui confie son agence. En amalgamant sa vie privée et sa vie professionnelle, une nouvelle enquête va bouleverser son quotidien. Parce qu'il imagine retrouver en Lucie Brentano (Isabelle Adjani), 20 ans, meurtrière d'un riche héritier, sa propre fille, il file la jeune femme sans mots dire dans la randonnée assassine qui la mène aux quatre coins de l'Europe.

Deux ans après Garde à vue, réalisé par le même Claude Miller, Michel Serrault se retrouve au cœur d’une intrigue bizarre. Au cœur ou en périphérie ; en quête d’une explication à des faits inquiétants survenus dans le sillage d’une jeune femme déroutante, insouciante et dangereuse.
Le synopsis l’indique : cette quête est double pour le détective privé. Le parcours qu’elle implique multipliera les rencontres, de toutes sortes. C’est un engrenage compliqué pour le personnage qui l’a lui-même créé et s’y engouffre à chaque instant davantage, puisant les réponses d’une énigme intime et passée dans les indices d’une énigme étrangère qui se déroule en direct, sous ses yeux.
Pas de panique, ni de coup de théâtre. Le film coule sur un même rythme jusqu’à son terme. On le suit ou on ne le suit pas. Si on le suit, c’est certainement grâce à la qualité de la mise en scène et au charisme du tandem étonnant, Adjani / Serrault.
On retrouvera ce rythme, deux ans plus tard, dans On ne meurt que deux fois, de Jacques Deray, où Serrault et Charlotte Rampling, splendide, nous clouent littéralement. On en reparlera.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par edmond Gropl le Mar 23 Déc - 17:36



Ci joint l'édition originale française.
Un des série noire les plus recherché. Un de ceux qui m'a le plus marqué.
C'est vrai que le tandem Serrault/Adjani incarne bien les personnages et que le film est, dans la mesure du possible, fidèle et respectueux du livre.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par txoa le Mar 23 Déc - 20:23

Voui pour Mortelle randonnée, on verra pour "on ne meurt que deux fois" car pas d'accord sur la qualité du film.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par stalker le Mer 24 Déc - 1:48

Je reporte souvent le moment où je vais revoir On ne meurt que deux fois, pour être bien disponible. Je me souviens surtout du personnage incarné par Charlotte Rampling (cloué, je te dis), mais j'ai peu de souvenirs de la qualité globale du film. La nana mange tout dans mon esprit.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par stalker le Mer 24 Déc - 3:01

J'ai oublié de mentionner que les dialogues de Mortelle randonnée sont signé Michel Audiard.
Je ne suis pas sûr que le film ait été réédité en DVD. Je l'ai maté sur une vieille VHS qui couine.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par Chewie le Dim 14 Nov - 18:45

Je viens de découvrir ce film et j'ai compris que Marc Behm n'est définitivement pas un auteur pour moi. Après m'être ennuyé en lisant "Et ne le dis à personne", je me suis ennuyé en regardant ce film, consultant le timer du DVD toutes les 5 mn au-delà de la première demie-heure.

Je comprends que le film ait été boudé à sa sortie. Son onirisme lent est assez rebutant et le film est au final plutôt inintelligible. Ma fille me posait des questions et j'étais bien incapable de lui répondre : aussi égaré qu'elle dans les méandres du film et des personnages. Certains vont peut-être me dire que c'est pour cela que c'est un chef d'oeuvre, la part d'incertitude, l'abolition de la frontière entre réalité et imaginaire, et tout ça. Bof. On est pas très loin non plus de la branlette intellectuelle.

Du coup, je comprends aussi qu'il soit devenu petit à petit un film "culte" dans la filmo de Claude Miller, ce genre de pépite baroque et inclassable qu'affectionne une minorité de fans. Sans qu'il n'y ait de rapport, le film m'a fait pensé au Dune de D.Lynch, pour son côté bizarre, son faux rythme, sa narration hachée, et cette façon de faire parler tout seul le personnage principal de façon un peu grotesque, qui rappelle la voix off assez ridicule dans le film de Lynch.

Ce qui est quand même plus grave que l'ambiance ou la mise en scène qui reste au final une affaire de sensibilité et de goût, c'est qu'au lieu que la tension n'augmente au cours du film, elle finit par se diluer, se délayer totalement, et la fin m'a paru assez médiocre au regard de l'ambition narrative. Ce qui, à mon sens, est tout de même un échec pour un film noir, aussi décalé soit-il.
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par stalker le Dim 14 Nov - 18:54

Chewie a écrit:(...) branlette intellectuelle. (...)
On retrouve souvent ces deux mots associés, un peu partout, de plus en plus souvent d'ailleurs. Dire que c'est étonnant serait naïf, mais l'intellect par définition demeure bien une activité du cerveau. A croire que cette activité est facultative, qu'elle demande trop d'efforts.
Ou que certains s'en servent et d'autres non ?
Pas impossible.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par Chewie le Dim 14 Nov - 19:07

Je pense que c'est une expression qui cherche surtout à désigner une sur-intellectualisation de concepts, dont on peut penser par ailleurs qu'ils sont assez simples, où dont les grilles de lectures n'ont pas tant de niveaux que ça.

Un homme hanté par le souvenir de sa fille disparue qui croise le chemin d'une femme hantée par le souvenir de son père disparu, est-ce que c'est si complexe que ça "mérite" un traitement narratif aussi surchargé et intellectualisé ?

C'était ça le sens de ma question et le recours à cette expression que tu n'apprécies pas.

Mais, en ce qui me concerne, ça n'a jamais voulu dire que la réflexion ou l'utilisation des neurones est une perte de temps.
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par dark horse le Dim 14 Nov - 23:46

je me souviens avoir veillé un soir bien tard il y a quelques années pour voir l'adaptation de ce Marc Behm... Je me souviens aussi de n'avoir pas tenu jusqu'à la fin, tellement j'ai trouvé que le film avait mal vieilli, que le rythme était mortel et les meurtres à la limite du grand guignol...
La recherche père/fille est un des deux principaux thèmes des bouquins de Marc Behm. Tantôt c'est le père, qui tente de retrouver sa fille absente ou disparue, comme ici dans mortelle randonnée, tantôt, c'est la fille en quête d'un père absent, comme dans la reine de la nuit... En tous les cas le livre lui même reste fluide, toujours étonnant; j'ai toujours eu envie de savoir "comment cela finirait".

Marc Behm avait su survoler cette randonnée assassine pour soudainement piquer sur les scènes de meurtres... La tueuse (bisexuelle comme beaucoup d'héroïnes de Behm) gardait son mystère sans tomber dans la caricature. La froideur, ou la distance entre les personnages et l'action sonnait bien dans le livre, peut être qu'un film doit être plus didactique, plus clair, car on le voit d'une traite, il ne nous imprégne pas autant qu'un roman qui s'étend sur quelques jours, ou quelques semaines, nous laissant le temps de remplir personnellement les blancs, si on en a besoin.

Au commecement, Mortelle randonnée était un scénario refusé. Behm en a fait un roman qui, lui, a donné envie d'être adapté. De la peut être la fidélité au livre, malgré la transposition de l'action en Europe...
Adjani jouait la même année l'été meurtrier, dans lequel elle avait aussi le rôle d'une silencieuse... Meurtrière aussi, mais par procuration... Un film qui lui a bien vieilli. Peut être que les deux interpétations se sont phagocytée au détriment d'un de ces deux films...

Quant à "ne le dit à personne" ne penses tu pas plutôt à "et ne cherche pas à savoir" ?
avatar
dark horse

Messages : 26
Date d'inscription : 29/11/2009
Age : 47
Localisation : villeurbanne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par stalker le Lun 15 Nov - 1:55

C'est sans doute encore un peu cette vieille histoire (vieille, parce qu'on s'est déjà pris la tête ici, et ailleurs, plein de fois, mais ça peut durer encore une décennie ou deux, avec plaisir) de la fidélité du film au roman qu'il adapte. Elle revient à laisser bien peu de marge de manoeuvre aux réalisateurs. C'est peut-être aussi oublier que le cinéma ne consiste pas à reproduire des livres sur un écran.

avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mortelle randonnée - Claude Miller (1983)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum