Le contrat - Bruce Beresford (2007)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le contrat - Bruce Beresford (2007)

Message par stalker le Lun 27 Oct - 16:01



Les chemins de Frank Carden, dangereux tueur à gages, et Ray Keene, éducateur sportif pour les jeunes, n'auraient jamais dû se croiser. Mais lorsque Ray part en randonnée avec son fils pour resserrer des liens distendus par la mort de sa femme, les destins de ces trois hommes ne feront plus qu'un. Commence alors une traque où le risque encouru est la mort.

Morgan Freeman, John Cusack, voilà un duo prometteur. Mais il faudra près de trois quarts d’heure pour que la promesse donne de vagues fruits. Le début de ce film est une collection de clichés et de prétextes à couper la lecture. Tout y passe : cascades à gogo, caméra prétentieuse, musique hollywoodienne plate, psychologie à deux dollars cinquante, truands passe-partout sur lesquels on peut miser dès leur apparition : ces trois-là vont mourir, c’est écrit dessus, contrairement à celui-ci.
Quant au film global, c’est un feu d’artifice d’invraisemblances.

Le fil de l’histoire nous mène dans un vaste parc naturel, sauvage et hostile, où s’organise une traque. Trois clans sont lâchés dans cet univers fabuleux où il pleut des cordes : le tueur entre les mains d’un père et son fils initialement partis en randonnée (pour resserrer des liens) ; les trois complices du tueur (dont un traître) qui les cherchent ; puis les autorités (qui comportent quelques parasites aussi) à leurs trousses. Un couple de randonneurs apparaîtra en cours de route (également venu ici pour resserrer des liens...).

L’invraisemblable permanent gâche un scénario qui aurait pu s’avérer intéressant dans un tel contexte, même s’il n’a rien d’original, et mieux mettre en valeur les rares qualités du film qui touchent précisément au tandem Freeman / Cusack.
Mais ça ne fonctionne pas. Dès le départ, les rapports humains et les comportements sont bancals. Hollywood nous raconte des sornettes. Le personnage incarné par Morgan Freeman (qui joue très rarement le rôle du méchant) n’est pas crédible, tout simplement parce que Freeman, dans ce film, joue le rôle de Freeman, et non celui de Franck Carden. Tout ceci pour parvenir à une fin étonnante, certes, mais minée à la base par des intentions morales déplorables, tirées par les cheveux, artificielles.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum