Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par GuillaumeClarets le Mar 7 Oct - 11:09



Guillaume Clarets

Sur la route de Dijon
vol.1, Les fontaines du Malin
Editions du Grand Frisson, 791 pages



Diego doit disparaître. Il n'a que sept ans mais incarne un incroyable destin. Qui est vraiment cet enfant ? Pourquoi les grands de ce monde veulent-ils sa mort ?
Un suspense haletant pour cet époustouflant thriller historique qui vous emmènera aux confins de l'occultisme, de la science, de l'Histoire et de la raison, et vous plongera au coeur des grands courants philosophiques et religieux qui ont construit notre Monde. Dans la lignée des meilleurs, à la façon d'Umberto Eco, Guillaume Clarets nous captive avec un style ensorcelant et un sens de la narration qui ne laisse aucun répit jusqu'à la dernière ligne
.

Une légende immémoriale prédit qu'un enfant mâle, né le jour de la Saint Parfait, sauvera la chrétienté assiégée de toutes parts et règnera sur un monde apaisé. Dans le village de Montsalvon, le temps s'arrête ce 18 avril de l'an de grâce 999, sous le règne de Louis le Pieux. Une servante d'auberge entre en douleurs alors que sept colombes tournoient au-dessus de l'église. Deux jours plus tard, comme une foule immense s'amasse au pied des collines du lieu sacré, une mystérieuse compagnie d'archers masqués de noir massacre avec une violence insoutenable la population terrorisée, tue la mère et enlève l'enfant nouveau-né.
Mille ans s'écoulent. Le 18 avril 1999 la jeune Myriam Astra accouche en secret dans la mansarde de l'hôtel-restaurant de Montsalvon. Elle y loge et travaille depuis qu'elle s'est enfuie du Foyer des Trois Roses en compagnie de son amie Madeleine. Sept colombes tournoient inlassablement au dessus de l'église du village. Personne ne les remarque, sauf un homme au visage émacié, vêtu de hardes loqueteuses, flanqué d'un molosse couleur de ténèbres .

.

GuillaumeClarets

Messages : 2
Date d'inscription : 07/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par Replay le Mar 7 Oct - 15:07

Rien que dans cette [trépidante] quatrième de couverture, tout est dit.
Il ne m'a pas échappé que le nom de cet enfant, Diego Astra, n'est autre que l'anagramme de Deo Gratias. Ce qui nous en promet de belles.
Quant à saint Parfait (injustement connu), il s'est illustré dans la défense de la vraie foi en combattant les mahométans, ce qui lui valut d'être décapité le 18 avril 850. Son invocation dans cette intrigue tend un ressort dramatique particulièrement présent dans notre histoire contemporaine.

Tu vois, ici aussi on sait des choses.


Dernière édition par Replay le Mar 7 Oct - 16:30, édité 1 fois

Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par stalker le Mar 7 Oct - 15:10

Si quelqu'un trouve un extrait de ce roman prometteur, je veux bien y jeter un oeil.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par Varg le Mar 7 Oct - 18:59

Hélas, G. ne connait ni les Éditions du Grand Frisson ni le roman Sur la route de Dijon. Par contre, il y a une comptine ainsi nommée dont je te livre les premiers couplets, parce que je déteste rentrer bredouille d'une chasse au roman nouveau...

J'ai arrêté après la rencontre de la belle et du bataillon afin d'épargner à notre ami auteur qui lit toujours la Rose un passage trop torride...

- Sur la route de Dijon
La belle diguedi, la belle diguedon
Sur la route de Dijon
La belle diguedi, la belle diguedon
Il y avait une fontaine
La diguedondaine
Il y avait une fontaine
Aux oiseaux, aux oiseaux
- Près d’elle un joli tendron
La belle diguedi, la belle diguedon
Près d’elle un joli tendron
La belle diguedi, la belle diguedon
Pleurait comme une madeleine
La diguedondaine
Pleurait comme une madeleine
Aux oiseaux, aux oiseaux
- Passe par là un bataillon
La belle diguedi, la belle diguedon
Passe par là un bataillon
La belle diguedi, la belle diguedon
Qui chantait à perdre haleine
La diguedondaine
Qui chantait à perdre haleine
Aux oiseaux, aux oiseaux

Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par stalker le Mar 7 Oct - 19:00

Ouah dis-donc, c'est trop glauque...

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par GuillaumeClarets le Mer 8 Oct - 12:33

.


La lune était pleine et sa lumière livide inondait la vallée endormie. Les squelettes dénudés des grands châtaigniers se tordaient d'une façon sinistre, et les pierres claquaient sous le gel. De l'autre côté du ravin, le donjon de Mirelac se dressait comme un index décharné accusant la voûte céleste.

L'enfant, épuisé, trébucha sur une souche. La vieille lui lança un regard terrible.
Un coup de bâton lui cingla les mollets.
‒ Avance, monseigneur, fils de rien, siffla la vieille femme en brandissant sa badine. On te soignera les pieds, là-bas. La putain de ton oncle s'occupera de toi, tu pourras te gaver de pain blanc et de rôtis juteux.
‒ Laisse-le se reposer un peu, rétorqua Larsonneur. S'il crève avant qu'on nous paie, tu seras bien flouée.
L'homme se délesta de sa lourde besace. La vieille extirpa un quignon rassis des profondeurs puantes de ses jupes empesées de boue.
‒ Il faudra m'attendre en bas, derrière le pont, dit-il. Je montrerai le sceau et demanderai la réponse. Ils viendront quérir l'enfant et nous donner le gage que demande notre maître.
‒ Et nos pièces d'or, ricana la vieille en crachant sur la croûte du pain pour l'attendrir avant d'y planter son unique incisive.

L'innocent s'était endormi. On devinait sous la crasse qui maculait son visage une peau fine, des traits harmonieux. Sa bouche pâle au dessin délicat s'incurvait en grimace triste et souffreteuse. Ses poignets graciles et ses bras nus étaient zébrés de griffures, ses pieds saignaient. Le pauvret n'entendait plus ses bourreaux, il rêvait. Il rêvait qu'une femme au sourire doux se penchait sur lui et le prenait dans ses bras. Une mère ? Il n'en avait jamais connu. C'était la Mort, alors, la mort enfin tendre au sort des miséreux?

La Mort était occupée ailleurs. Dans la grande salle du château, Richeut d'Orcemont regardait son frère, qu'il avait fait empoisonner la veille, rendre son dernier soupir dans un ultime soubresaut. (Page 47)

.

GuillaumeClarets

Messages : 2
Date d'inscription : 07/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route de Dijon - Guillaume Clarets

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum