Polar et alcool

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par edmond Gropl le Mar 23 Sep - 19:01

Jim Thompson me parait être une bonne illustration du débat polar/alcool.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Varg le Mar 23 Sep - 19:21

edmond Gropl a écrit:Jim Thompson me parait être une bonne illustration du débat polar/alcool.
Oui, ou bien Latimer... Je n'ai jamais lu de polars où les héros - à l'instar de leur géniteur - picolaient autant... Dans The Lady in the Morgue (je ne me souviens plus du titre en série noire) je crois que Bill Crane, Doc Williams et le troisième larron dont j'ai oublié le nom (un irlandais cogneur) sont bourrés de la cinquième à la dernière page. C'était déjà le cas dans le premier roman (là encore titre français plus en mémoire) qui se passait dans une clinique psychiatrique...

Bien qu'alcoolique, Jonathan Latimer vécut quand même 77 ans sans faire tintin (<-gag) sur la dive bouteille...
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Mar 23 Sep - 23:51

Chez ADG aussi, on piccole pas mal. Les héros ont la cuite virile et boivent des vins de Loire au Petit Tonneau.

Il y a quelques années, je suis allée au salon "Etonnants Voyageurs", à Saint-Malo. Les écrivains de polars, presque tous les "grands" français étaient là et pas mal d'étrangers aussi. La bière coulait à flots et beaucoup étaient dans un sale état dès le début de la soirée. ça contrastait étonnamment avec le self control des auteurs de SF.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Mar 23 Sep - 23:52

Stephen King parle de son alcoolisme dans "Ecritures".
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Varg le Mer 24 Sep - 18:29

stalker a écrit: En terme de boisson, j'ai une faiblesse pour le jus de raisin, et là, je vais me faire trois semaines au régime châtaignes et champignons.
J'ai également une faiblesse pour le jus de raisin...
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Jeu 25 Sep - 23:05

edmond Gropl a écrit:
Choisir de ne boire que du vin ou de la bière biologique.
Ca n'est pas dérisoire.

Tout d'abord, ça va operer une mutation culturelle au niveau des papilles et des synapses concernés par l'ivresse. Ca veut dire boire sans être malade, donc, hop, fini la culpabilité des lendemains de cuite.
C'est que tu n'as pas tenté la quantité à partir de laquelle bio ou pas bio, le foie n'en veut plus!
edmond Gropl a écrit: C'est le lien direct avec la terre-nourricière, experience nécessaire à l'avenement du nouveau poivrot, sans cela, nous sommes condamnés a regarder Groland à la télé.
(quand tu as bu, on regarde Gropland (nettement supérieur) sur le forum.

edmond Gropl a écrit: Mais la question qui me préoccupe immédiatement c'est: Que serait l'oeuvre de Jim Thomson s'il n'avait pas passé sa vie à boire, dès 11 ans, des alcools frelatés?
Il est mort de quoi ? Et passée une certaine dose, tu crois que l'alcool aide à écrire des trucs qu'on n'écrirait pas sans lui ?
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Ven 26 Sep - 0:56

Varg a écrit: l'intervention groplienne que je plussoie jusqu'à plus soif...
.

Eh ben voyons!

Pas beaucoup de lune ce soir, un croissant fin comme une lame.
Je regarde l'ampoule de l'enseigne et j'imagine les pavés luisants dans la rue d'un port comme à Ostende et comme partout. Presque plus personne, je laisse les buveurs au bar, avec la serveuse fatiguée aux yeux verts, et je rentre chez moi.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par edmond Gropl le Ven 26 Sep - 3:12

Replay, je t'invite à faire l'experience. Trouve toi un vin biologique ou de la bière biologique (je suis prêt à participer aux frais, ca reste encore un peu cher ), l'ivresse est vraiment differente, beaucoup plus somptueuse et provoque elle même la satiété. Le foie accueille avec beaucoup de tolérance ce liquide sans pesticide (juste un peu de souffre)

Ce qui est surtout intéressant, c'est que ça ne laisse aucune séquelle migraineuse. C'est peut-être la même chose avec les grands vins mais souvent ceux ci sont servis dans des circonstances se prêtant assez peu à l'ivresse créatrice. Souvent le type qui sert ne peu s'empêcher de faire des commentaires oiseux de types œnologiques quand il ne fait pas sentir à son convive le prix de chaque gorgée de son nectar officiel. Rares sont les occasions, pour le modeste travailleur que je suis, de pouvoir réellement apprécier un grand vin indépendamment de la personne qui me l'offre.

Quand au cas Jim Thompson, il faut avoir lu ses nombreux textes autobiographiques (Vaurien, ici et maintenant, écrits perdus, les alcooliques..) ainsi que le fabuleux livre de Mac Cauley (jim Thompson, coucher avec le diable) pour constater que d'une part, il a été alcoolique toute sa vie ( je ne me souviens plus exactement mais il a du faire une trentaine de séjour en clinique pour sevrage, il me semble que c'est même plus) et d'autres part, ce qui est assez fabuleux, c'est que son entourage, sa femme et sa belle mère, n'ont céssé de l'encourager à écrire comme si écrire était un truc qui calmait son manque.
Son œuvre polardeuse est vraiment écrite du fond du trou (ou de l'interieur du flingue , comme dit Ken Bruen)
Il y a des scènes terribles d'alcoolisme, de coma éthylique, de délirium dans son oeuvre.
Il est mort de dénutrition dans un hospice, exactement comme son père.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Ven 26 Sep - 9:52

Bien reçu pour Thompson, je vais lire Les alcooliques ou ceux que tu recommandes plus haut.

Sinon, j'ai fait de la bière, avec des résultats plus ou moins heureux. (genre explosion de bouteilles et quasi implosion de buveurs). Certains crûs se rapprochaient d'une honnête bière de garde. Je ne sais plus le houblon était biologique, mais la migraine résultant de l'excès était garantie label rouge.

"Il y a des scènes terribles d'alcoolisme, de coma éthylique, de délirium dans son oeuvre"
Tu n'en recopierais pas une ou deux, pour voir ?
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par edmond Gropl le Ven 26 Sep - 10:39

Replay a écrit:Bien reçu pour Thompson, je vais lire Les alcooliques ou ceux que tu recommandes plus haut.

Sinon, j'ai fait de la bière, avec des résultats plus ou moins heureux. (genre explosion de bouteilles et quasi implosion de buveurs). Certains crûs se rapprochaient d'une honnête bière de garde. Je ne sais plus le houblon était biologique, mais la migraine résultant de l'excès était garantie label rouge.

"Il y a des scènes terribles d'alcoolisme, de coma éthylique, de délirium dans son oeuvre"
Tu n'en recopierais pas une ou deux, pour voir ?

Je te conseille de lire "Vaurien" en deux volumes chez Rivages (son autobiographie jusqu'a 40 ans, en outre, formidable livre sur la vie au Texas et le capitalisme sauvage du debut du siecle avec des personnages invraisemblables)

C'est sur que si tu fais de la bière pour empoisonner tes contemporains...mais je l'aurais bien gouté quand même.

Tu peux lire les alcooliques chez rivages (plutot qu'a la série noire). C'est pas un polar mais plutot des intrigues secondaires au sein d'un centre de désintoxication. Mais ce qui est terrible, c'est qu'il dissèque, avec son point de vue d'ecrivain et son style caustique au grand coeur, tout le phénomène de l'alcoolisme, de la thérapie et de la guerison, il maitrise tout le circuit, rien de ce qui concerne l'alcoolisme ne lui échappe, il explore toutes les empathies possibles, toutes les astuces des malades en plein déni, mais ça ne l'a jamais incité à ne pas boire.

J'aime bien la phrase de Stephen King "Jim Thomson n'est pas toujours bon, mais quand il l'est, c'est le meilleur"
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Ven 26 Sep - 12:59

Un petit ballon de poésie noire?

Le vin de l'assassin

Ma femme est morte, je suis libre !
Je puis donc boire tout mon soûl.
Lorsque je rentrais sans un sou,
Ses cris me déchiraient la fibre.

Autant qu'un roi je suis heureux ;
L'air est pur, le ciel admirable...
Nous avions un été semblable
Lorsque j'en devins amoureux !

L'horrible soif qui me déchire
Aurait besoin pour s'assouvir
D'autant de vin qu'en peut tenir
Son tombeau ; - ce n'est pas peu dire :

Je l'ai jetée au fond d'un puits,
Et j'ai même poussé sur elle
Tous les pavés de la margelle.
- Je l'oublierai si je le puis !

Au nom des serments de tendresse,
Dont rien ne peut nous délier,
Et pour nous réconcilier
Comme au beau temps de notre ivresse,

J'implorai d'elle un rendez-vous,
Le soir, sur une route obscure.
Elle y vint ! - folle créature !
Nous sommes tous plus ou moins fous !

Elle était encore jolie,
Quoique bien fatiguée ! et moi,
Je l'aimais trop ! voilà pourquoi
Je lui dis : Sors de cette vie !

Nul ne peut me comprendre. Un seul
Parmi ces ivrognes stupides
Songea-t-il dans ses nuits morbides
A faire du vin un linceul ?

Cette crapule invulnérable
Comme les machines de fer
Jamais, ni l'été ni l'hiver,
N'a connu l'amour véritable,

Avec ses noirs enchantements
Son cortège infernal d'alarmes,
Ses fioles de poison, ses larmes,
Ses bruits de chaîne et d'ossements !

- Me voilà libre et solitaire !
Je serai ce soir ivre mort ;
Alors, sans peur et sans remord,
Je me coucherai sur la terre,

Et je dormirai comme un chien !
Le chariot aux lourdes roues
Chargé de pierres et de boues,
Le wagon enragé peut bien

Écraser ma tête coupable
Ou me couper par le milieu,
Je m'en moque comme de Dieu,
Du Diable ou de la Sainte Table !

Charles Baudelaire
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Ven 26 Sep - 13:14

Et, pour faire bonne mesure, un polar à vocation hygiéniste:

Cocktail d'enfer - Carnet 103. Ce thriller dénonce les redoutables stratégies mises en œuvre par de grands groupes de cigarettiers et d'alcooliers pour capter les plus jeunes.




http://www.editionspascal.com/dev/f/index.php?sp=liv&livre_id=80
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Ven 26 Sep - 14:40

"Dans le roman noir, presque tous ceux que je connais , prends en trois: Chandler, Thompson, Goodis, c'étaient tous des ivrognes. Où ont-ils passé leurs vies ? dans les bars!"
La suite dans cette vidéo de Robin Cook


avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Ven 26 Sep - 15:08

L'alcool soluble dans l'encre - un dossier du magazine Lire (2001)


Extraits

Boire ou écrire? Il faut choisir... Beaucoup d'écrivains ne se posent plus la question tant l'alcool fait partie de leur panoplie.

Parmi les géants des lettres beaucoup sont notoirement alcooliques: James Joyce, Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald, Malcolm Lowry... Buvaient-ils parce qu'ils avaient du génie ou avaient-ils du génie parce qu'ils buvaient? S'il suffisait de s'enivrer pour devenir génial, les cafés regorgeraient d'écrivains de haut parage. N'empêche que dans Visions de Cody, Jack Kerouac fit l'apologie des liquides enchanteurs qui lui ont permis d'écrire à la manière de Miles Davis jouant de la trompette. L'ivresse lui permettait de maintenir le débit de son écriture automatique tandis qu'au fond de lui il trimbalait le cadavre de son frère mort à neuf ans. Jack London, quant à lui, tenait la cruauté de la société pour responsable de sa déchéance. Il haïssait les donneurs de leçons qui le poussaient à boire encore davantage.

L'alcool sert d'encre sympathique à ceux qui redoutent la panne sèche. Illusion de se rapprocher de la vérité. James Ellroy raconte son parcours d'ancien buveur sous le titre Ma part d'ombre: «Le propre de l'écrivain est de vivre uniquement de son obsession d'écrire.»

En fait, l'alcool a le même défaut que le voyage: il faut en revenir. Près de nous, Céline ne buvait pas peut-être parce qu'il produisait lui-même sa propre toxicité. Si, pour jouer les premiers rôles, beaucoup d'écrivains se mettent en état second, aucun n'a jamais écrit «Le journal d'un alcoolique heureux».

L'intégrale ici
http://www.lire.fr/enquete.asp/idC=37911/idTC=15/idR=200/idG=8
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par txoa le Ven 26 Sep - 18:34

Qu'est ce qui amène à la boisson ? J'ai toujours envie de parier sur la culpabilité. Gropl, tu connais l'oeuvre de JT mieux que moi. La culpabilité n'est elle pas toujours au centre ?

Et n'oublions pas Ken Bruen et son Jack Taylor à la saoulographie douloureuse.

J'ai tenté le pastis bio à forte dose (un de Forcalquier), une catastrophe...
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par edmond Gropl le Sam 27 Sep - 13:20

txoa a écrit:Qu'est ce qui amène à la boisson ? J'ai toujours envie de parier sur la culpabilité. Gropl, tu connais l'oeuvre de JT mieux que moi. La culpabilité n'est elle pas toujours au centre ?

J'aurais tendance à penser que c'est plutôt l'alcoolisme qui amène la culpabilité. On est souvent qualifié et reconnu comme alcoolique dès lors qu'on veut arrêter de boire. Là oui, dans un processus de désintoxication, la culpabilité prend une place centrale. Il semblerait, dans le cas de Big Jim Thompson et ce qu'il écrit dans "les alcooliques" que toute la thérapie se doit de faire fi de toute cette culpabilité et que la guérison se passera sans toucher à cet énorme sentiment. Mais comme Jim Thompson n'a jamais arrêté de boire ( ou si peu), ses idées sur le problème sont discutables (tout comme les miennes) d'un point de vue thérapeutique.

Fabuleuse, cette vidéo de Robin Cook. (Dire que je l'ai rencontré il y a yne vingtaine d'année et que je ne savais pas qui c'était)
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par rotko le Sam 27 Sep - 20:16

Les serpents de la frontière de James Crumley sont bien imbibés, les personnages aussi, et on dit même que l'auteur...

dans les serpents, les protagonistes boivent pour ...

se rappeler leurs anciennes cuites. De la culpabilité ? point du tout ! de la nostalgie :-)
avatar
rotko

Messages : 26
Date d'inscription : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://grain-de-sel.cultureforum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par txoa le Dim 28 Sep - 13:52

edmond Gropl a écrit:

J'aurais tendance à penser que c'est plutot l'alcoolisme qui amène la culpabilité. On est souvent qualifié et reconnu comme alcoolique dès lors qu'on veut arrêter de boire. Là oui, dans un processus de désintoxication, la culpabilité prend une place centrale. Il semblerait, dans le cas de Big Jim Thompson et ce qu'il ecrit dans "les alcooliques" que toute la thérapie se doit de faire fi de toute cette culpabilité et que la guerison se passera sans toucher à cet énorme sentiment. Mais comme Jim Thompson n'a jamais arrêté de boire ( ou si peu), ses idées sur le problème sont discutables (tout comme les miennes) d'un point de vue thérapeutique.

Je ne crois pas...Disons que c'est un phénomène complexe, du style la poule et l'oeuf. Evidemment que l'alcoolisme nourrit la culpabilité, mais originellement, qu'est ce qui pousse quelqu'un à boire, à retourner au stade oral, comme disent les psychanalystes ? N'est ce pas un refus de soi tel qu'il est au profit d'un oubli de sa conscience ?
Dans tous les bouquins de big Jim que j'ai lu, le rapport à la culpabilité m'a marqué.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par stalker le Dim 28 Sep - 16:59

txoa a écrit:
(...) originellement, qu'est ce qui pousse quelqu'un à boire, à retourner au stade oral, comme disent les psychanalystes ? N'est ce pas un refus de soi tel qu'il est au profit d'un oubli de sa conscience ?


Pourrais-tu développer un peu cette idée de "soi tel qu'il est" ?
Ne peut-on pas plutôt dire un refus de moi tel que je me vois dans cette société qui tente de m'empêcher d'être moi, de penser par moi-même, d'agir en fonction de mes convictions et non de convictions générales admises ? Dans ce sens, l'alcool, comme d'autres formes de drogues, peut permettre de se façonner une bulle où ce "soi tel qu'il est" est susceptible de ressortir.
Bien sûr, globalement, la dépendance à l'alcool, ou son usage régulier et intensif, m'apparaît plutôt comme une fuite. Mais une fuite de quoi ? Je crois que cette question regarde chacun. Dresser des généralités sur ce point me paraît réducteur.
Fuir ou se protéger. Favoriser un état et l'exploiter.
Je pense qu'on mélangerait tout en comparant l'alcoolisme d'un écrivain prolifique à celui d'un pilier de comptoir qui ne produit rien et n'a rien à dire.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par txoa le Dim 28 Sep - 18:11

Je ne suis pas sûr que le mal soit différent.

Evidemment loin de moi de généraliser. Disons qu'il y a, dans ce que je dis là (et n'affirme point), beaucoup d'observation d'homme avec un vécu et aussi de travailleur social.
Je dirais une inadaptation du Moi à la société. Contrairement à toi, je ne la vois pas comme extérieure à moi et oppressive (et Moi comme victime, c'est plus facile), mais comme deux corps qui ne sont pas compatibles.

Je parlais de la culpabilité. Pas de celle qui est liée à un fait, mais une plus sournoise, diffuse et omniprésente. Une culpabilité paralysante qui fait que, lorsque quelque chose déconne, on estime que c'est toujours soi même le coupable. On trouve les causes de ce mal dans la petite enfance, une impression inconsciente de ne jamais répondre aux désirs de la mère (puis du père, plus tard).
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par edmond Gropl le Dim 28 Sep - 19:02

[quote="txoa"]
edmond Gropl a écrit:
mais originellement, qu'est ce qui pousse quelqu'un à boire? .

Ce qui pousse quelqu'un a boire, c'est la soif, phénomène magnifiquement illustré par cet ouvrage écrit par un russe. Il me semble que les russes boivent dans une division superieure. Les cuites peuvent durer plusieurs semaines.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par edmond Gropl le Dim 28 Sep - 19:14

Txoa, que dire, d'un point de vue psy, des gens qui ne boivent pas?
Ne sont ils pas eux même un peu angoissé? (et angoissant)
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par txoa le Dim 28 Sep - 19:54

Je ne parle pas de boire de façon récréative mais bien de façon pathologique. Je crois qu'il faut prendre garde, dans un élan romanesque, à ne pas glorifier l'alcoolisme. L'ivresse pourquoi pas. Je ne dis pas ça d'un point de vue moral, bien entendu. Ken Bruen nous le rappelle avec Jack Taylor.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par stalker le Dim 28 Sep - 22:29

txoa a écrit:
Je ne suis pas sûr que le mal soit différent.


Je pense qu'il est complètement différent.
Mais notre différence de perception provient sans doute, premièrement du fait que toi, tu appelles ça le mal ; et deuxièmement du fait que tu manipules des éléments propres à la sphère psychanalytique, alors que je l'interroge pour ma part sous l'angle de la créativité.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Replay le Lun 29 Sep - 13:01

Quand on parle de Polar et alcool, ce n'est pas de Polar et alcoolisme...
L'alcool littéraire est enjolivé. Le personnage du poivrot est sympathique quand c'est un clochard anarchiste et gueulard, la tête dans les étoiles. Le type en deuil aussi, on comprend sa douleur, sa femme s'est fait la malle ou son pote a été dessoudé lors d'un flag raté. L'alcoolique de polar est soit rigolo, soit sublime, mais ce n'est pas celui qu'on rencontre dans les couloirs de l'HP après sa troisième cure de désintoxication ratée. Dans les romans noirs américains du temps de la prohibition, faire boire de l'alcool au héros était une provocation, une résistance. Mais maintenant ?
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Polar et alcool

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum