La neige était noire - Malcolm Braly (1965)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La neige était noire/ Malcolm Braly (1965) Serie noire n°937.

Message par edmond Gropl le Dim 21 Sep - 0:15




Ce qu'il y a de bien avec la serie noire, c"est qu'on y découvre toujours quelque chose.

Malcolm Braly, le dictionnaire de la série noire (beaucoup plus rigoureux que le DILIPO) n'en dit pas grand chose si ce n'est que trois de ses romans sont traduits à la série noire, qu'ils sont plutôt bon et qu'a la lecture de scènes carcerales, on pense qu'il a connu la prison, ce qu'atteste cette courte biographie glanée sur le web:

Malcolm Braly
Malcolm Braly (1925–1980) was born in Portland, Oregon. Abandoned by his parents, Braly lived between foster homes and institutions for delinquent children, and by the time he was forty had spent nearly seventeen years in prison for burglary, serving time at Nevada State Prison, San Quentin, and Folsom State Prison. He wrote three novels behind bars, Felony Tank (1961), Shake Him Till He Rattles (1963), and It's Cold Out There (1966), and upon his release in 1965 began to work on On the Yard. When prison authorities learned of the book they threatened to revoke his parole, and he was forced to complete it in secret. Published in 1967, after Braly's parole had expired, On the Yard received wide acclaim. It was followed by his autobiography, False Starts: A Memoir of San Quentin and Other Prisons (1976), and a final work of fiction, The Protector (1979). Malcolm Braly enjoyed fifteen years of freedom before his death in a car accident at age fifty-four.




Shake him till he rattle, titre original, que je m'autorise a traduire par "secoue le jusqu'a ce qu'il tremble" ou peut-être plus exactement"secoue le jusqu'a ce que ses os trembent"(mais vous pouvez proposer meilleure traduction, je suis piètre anglophone) a été traduit par " la neige était sale".

Ce problème de traduction continue. J'ai l'impression que le traducteur (F-M Watkins), sans doute préssé, a traduit à mesure qu'il lisait et a commencé à comprendre le livre et les personnages à mi travail. C'est tres curieux, ça commence avec des personnages et des dialogues plutôt bourrin ( un peu mieux que Carter Brown) et tres vite on sent que quelque chose cloche car les personnages sont plutôt complexe. Le traducteur a alors changé de point de vue et semble-t-il a harmonisé son travail. Bizarre, ou alors c'est mon état d'exprit qui a changé en cours de lecture, possible. Vous me direz.

Une photo du gars.



3La neige était sale" se déroule à San Fransisco dans les années soixante, dans le milieu des musiciens blancs de Jazz, des toxicomanes et des bas-fonds du quartier de North Beach ( pour ceux qui connaissent). C'est la periode pré "Summer of love". TOut gravite autour de Gabiness, un musicien de jazz, de ses amis et de personnages tres "beat generation". C'est tres interessant, on ne parle pas encore de hippie et ces personnages font un peu figure d'avant gardistes. L'auteur, s'il connait bien la prison, connait également bien deux choses, la musique jazz et le monde de la toxicomanie. Il y a de tres bonne pages la dessus.

Le roman est un peu décousu (on peut légitimement se demander s'il ne manque pas un ou deux chapitres, il semblerait qu'un dénouement soit passé à la trappe mais je n'en suis pas certain) mais garde sa cohérence. Il met en scène un flic véreux qui ne supporte pas les "beatnick" et qui veut néttoyer le quartier.Il va corrompre un nommé Sullivan, auteur de théâtre d'avant garde, qui va devenir son indic, tout cela sous fond de trafic de drogue.

Un roman tres attachant.

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum