La faille - Gregory Hoblit (2007)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La faille - Gregory Hoblit (2007)

Message par stalker le Jeu 21 Aoû - 20:15



C’était un rôle taillé pour Antony Hopkins, à l’évidence.
L’intrigue repose sur une machination diabolique qui joue sur la rigidité des lois, leur lourdeur et leurs failles. Hopkins s’éclate dans la peau d’un assassin qui, quelques minutes après le crime et sur les lieux mêmes, une arme à la main et en présence du corps, admet que c’est bien lui l’assassin.

Comme dans bien des réalisations de cette veine-là, c’est l’intrigue qui fait le film. On y croise par ailleurs nombre de profils de personnages attendus et nombre de ficelles mille fois usées, mais qui maintiennent encore la chose debout, curieusement.
La dimension sonore d’un film m’importe beaucoup et, pour le coup, nous avons droit à une fanfare de clichés en la matière. C’en est presque assourdissant et ridicule, quand on s’y penche, alors mieux vaut penser à autre chose. Mais, en dehors de l’intrigue et du personnage incarné par Hopkins – qui ne sont au fond qu’un squelette et un cœur (scientifiquement, ça se casse la figure) – quel intérêt peut-on trouver à ce film ?

Bien entendu, on passe un moment agréable ; on se détend, on se tend, on se marre même, à un moment donné ; c’est distrayant, on se demande si l’assassin va se faire coincer ou pas à cause d’une faille, ta ta tan, et on nous laisse mijoter jusqu’à la fin. Mais encore ?
Colombo nous l’a déjà faite, à la télé.
De la même façon, il y a tellement de livres dont tout l’intérêt réside dans la consistance de l’intrigue. Mais une intrigue, aussi « bien ficelée » soit-elle, comme on dit, ne fait pas la littérature. Tout comme celle de La faille ne fait pas le cinéma. Voilà une production américaine nourrie au suspens d’un soir et à l’acteur qui colle au rôle. Au vu des résultats, il y en a qui aiment ça et en redemandent, visiblement - ou bien ils ne demandent rien, mais on leur en redonne quand même. Et ils y reviennent. Alors on leur en redonne, forcément.

Popcorn, cacahuètes, soda...

.


Dernière édition par stalker le Mer 3 Sep - 15:42, édité 1 fois
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La faille - Gregory Hoblit (2007)

Message par dahud le Mer 3 Sep - 13:41

J'ai trouvé ce film très léger, il repose sur la performance de l'acteur qui on le sait est très bon. Personnellement, j'ai trouvé l'intrigue légère et Antony Hopkins m'a un peu énervée à réutiliser, abuser ses tics d'Hannibal Lecter ( sauf que là, il était meilleur.) Pour moi, c'est un film qu'on oublie vite, loin d'être le meilleur dans les films qu'il a tourné.
avatar
dahud

Messages : 57
Date d'inscription : 02/09/2008
Age : 37
Localisation : Bordeaux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum