Cloaque - Henri frederic Blanc (1998)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cloaque - Henri frederic Blanc (1998)

Message par edmond Gropl le Sam 16 Aoû - 17:24




Un chômeur céleste et glorieux éremiste, qui lit les présocratiques "le menteur est dans le verbe comme le poisson dans la mer, tandis que le diseur de vérité semble une tortue marchant sur le sable" Anaximandre emmène sa copine, la pulpeuse Karine, en vacance à Rome. Ils font du stop et se font prendre par une jaguar conduite par Thibaud, un scénariste de télévision, friqué et ivre de pouvoir. Ce dernier n'est pas insensible au mini-short et au décolleté de Karine, qui elle-même en a un peu marre de partager sa vie avec un glandeur philosophe et inadapté social.
Les voila parti pour Rome, la jaguar avalant des kilometres de bitume tandis que les deux mâles s'affrontent, l'un étant la tortue diseuse de vérité, l'autre le poisson menteur, tels que les met en scène la sentence d'Anaximandre.

C'est un peu la même confrontation que dans "le jardin du bossu" de F. Bartelt, en bien mieux réussi pour moi, car chaque phrase de H.F. Blanc fait mouche. Le livre est un long monologue. Le narrateur dit la vérité, tel un philosophe cynique dans une langue riche, inspirée (et un ton rageur et jouissif) tandis que sa copine se rapproche de plus en plus du point de vue du puissant et du pouvoir de l'argent.

Un texte noir et "Diogenisiaque".

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum