Pierre Soulages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 7 Juin - 5:13

En 2002, au cours d'un entretien avec Françoise Jaunin, Pierre Soulages dit :

Je suis allergique au passéisme. L'art du passé me passionne, mais toutes les tentatives de retour en arrière ne sont que des simulations. Et toute simulation n'est qu'une tromperie. L'idée de progrès n'a rien à voir avec l'art, mais l'art change constamment, parce que le monde change et la situation de l'homme aussi.

Ce que j'appelle forme, c'est un ensemble couleur-surface-matière qui produit des tensions, des concentrations, des accents, des points forts, des stries qui dynamisent la surface, des poids ou des profondeurs qui se modulent avec la lumière (les Outrenoirs) et qui se met en relation avec l'ensemble plus vaste dont elle fait partie.




Je n'aime pas les couleurs qui se jettent sur vous et vous sautent au visage pour tout faire remonter au niveau de la sensation. Je préfère infiniment les couleurs suggérées qui se devinent et se révèlent lentement. Qui nous invitent à les intérioriser.



Dans ces peintures, les Outrenoirs, la toile se fait devant vous, en fonction de vous, au moment de votre regard et à l'endroit où vous la découvrez. Si vous faites un pas de côté, ou si l'éclairage change, que le soleil tourne ou que le soir tombe, la lumière et son espace s'en trouvent complètement transformés.




On est toujours guetté par deux choses aussi dangereuses l'une que l'autre : l'ordre et le désordre. Il y a des ordres stériles et des désordres féconds. Et vice versa.

(extrait de Noir lumière, entretien - la bibliothèque des arts, 2002)
Pierre Soulages est né le 24 décembre 1919 à Rodez.
http://www.pierre-soulages.com/
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Replay le Sam 7 Juin - 16:20

Soulages a fait quelque chose de très beau: les vitraux de la cathédrale Ste Foy, à Conques.
De l'extérieur, on voit du beige sur gris, ça ne paie pas de mine



Et de l'intérieur, quand il fait nuit, c'est la ville qui éclaire la cathédrale, et c'est comme ça:






Dernière édition par Replay le Sam 7 Juin - 16:44, édité 5 fois
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 7 Juin - 16:39



110 vitraux de Soulages dans une cathédrale, c'est audacieux, ça change des saints. Le blanc ne cesse pas d'émettre des reflets colorés différents, en fonction de la lumière extérieure. C'est une des Commandes publiques les plus coûteuses du Ministère de la culture.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Thursday Next le Sam 14 Juin - 15:45

Magnifique. Je ne crois pas qu'il y ait d'autres commandes de ce genre de la part de l'état avant longtemps...
avatar
Thursday Next

Messages : 13
Date d'inscription : 04/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 14 Juin - 16:07

La plupart du temps, la demande vient d'institutions locales. Ici, c'était une municipalité, je crois. Des budgets de l'Etat leur sont attribués pour la réalisation de ces commandes, mais l'examen des projets s'effectue en partenariat avec les DRAC en région.

Dans la cathédrale de Tulle, en Corrèze, il y a une commande publique réalisée par Roman Opalka (en 1999, je crois). C'est une très grande tapisserie qui a été fabriquée à Aubusson, tout près de là. Elle se compose de plusieurs fils d'or différents (trois tons, il me semble) qui créent des reflets changeants tout le long de la journée. C'est assez subtil, presque imperceptible même. Au début, les gens croyaient que c'était une bâche jaune. Lorsqu'on leur a expliqué, ils sont restés sur leur première opinion : ce truc est hideux.
Malgré qu'ils aient fini par percevoir les reflets qui se transformaient avec la lumière extérieure, rien à faire : ce truc est hideux.
Forcément, ça ne représente rien. Ce sont juste des formes dorées qui ondulent et non des Saints et des Saintes qui nous racontent des histoires de petit Jésus. Donc c'est hideux.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Thursday Next le Sam 14 Juin - 17:10

J'ai essayé de trouver des images de cette tapisserie sur le net mais j'ai fait chou blanc. J'irai voir en vrai !
Souvent les premières réactions sont d'incompréhension... faut de la patience, du temps, laisser l'oeil s'accoutumer, laisser les réactions issues du cerveau reptilien s'évacuer...
avatar
Thursday Next

Messages : 13
Date d'inscription : 04/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

soulages re-revisited

Message par stalker le Ven 3 Oct - 14:09

Au cours d'un périple tout frais, je suis revenu voir la tapisserie d'Opalka, à Tulle, juste avant de passer un moment dans la librairie Préférences située en face de la cathédrale.
Puis je suis revenu à Conques, pour reparcourir le village lui-même, et pour les vitraux de Soulages. Le contraste est toujours étonnant entre l'architecture, le ton de la pierre d'Aveyron, les trésors religieux conservés et les lignes, les formes que Soulages a choisi pour occuper les 110 ouvertures du monument.
On doit pouvoir parler de collision, aussi bien que de lien ou d'harmonie entre les époques. Soulages, à propos de son oeuvre, n'emprunte jamais le biais religieux. En revanche, sa dimension spirituelle la traverse et l'anime sans cesse. A Conques, c'est d'autant plus évident, mais ce n'est pas du goût de tout le monde.
Allez donc savoir pourquoi.

avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Jean-Michel le Sam 4 Oct - 0:31

Nous avons la chance d'avoir une exposition permanente des oeuvres de Soulages au musée Fabre de Montpellier. Je m'y suis rendu quelques fois (pas uniquement pour Soulages) et j'avoue que je n'arrive pas à rentrer dans sa peinture. J'ai l'impression, cela est dû certainement à ma méconnaissance, de revivre la pièce "Art" mais en négatif.

Existerait-il par bonheur un mode d'emploi qui me permettrait d'apprécier Soulages à sa valeur ?
avatar
Jean-Michel

Messages : 27
Date d'inscription : 22/08/2008
Localisation : Montpellier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 4 Oct - 0:47

La meilleure méthode me semble se trouver dans tes propres termes, Jean-Michel. Ce n'est peut-être pas à toi d'entrer dans cette peinture-là, mais plutôt à toi de te laisser pénétrer par elle, en positif et non en négatif. Je crois que face à une oeuvre de Soulages, il faut parvenir à faire le vide en soi. Le vide le plus total possible, c'est à dire toujours relatif, en fonction de soi-même.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 4 Oct - 0:56

Il existe une monographie de Pierre Soulages, réalisée par Pierre Encrevé, en 3 volumes aux éditions du Seuil, présentant la presque totalité des oeuvres de l'artiste.
Ainsi qu'un entretien de Soulages avec Françoise Jaunin (Bibliothèque des arts, collection Paroles vives), beaucoup plus concis. Je te le recommande si tu souhaites vraiment saisir la démarche de Soulages. C'est clair, car instantané et très humain.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 4 Oct - 2:07

Cela dit, il faut bien admettre que le travail de Soulages est très hermétique, donc difficilement "pénétrable".

En 1999 (ou 2000, je ne sais plus...), je suis allé voir une rétrospective consacrée à Soulages, à Toulouse. J'y suis resté suffisamment pour découvrir toutes les toiles présentées et écouter aussi les réactions autour de moi.
Les gens avertis (je ne vais pas dire les gens "initiés", sinon on va les prendre pour les privilégiés issus d'une élite) étaient les plus discrets. Les gens qu'on entendait le plus étaient ceux qui ne comprenaient pas et envisageaient bien de le faire savoir, notamment en prétendant être aussi capable de recouvrir une toile de peinture noire, tous les matins en se levant.
Je suis friand de ce genre de remarque, qu'on peut en particulier recueillir en présence d'oeuvres d'une multitude d'artistes postérieurs à la première guerre mondiale - mais soyons indulgent : disons à mi-chemin entre les deux guerres.

Soulages, c'est des coups de pinceau noir sur de la toile, et basta.
Klein, c'est des coups de pinceau bleu (de Klein) sur de la toile, et basta (quel gaspillage de toile...)
Rotko était nettement plus évolué, il a barbouillé ses toiles de plusieurs couleurs (mais vraiment n'importe comment, hein)
Picasso ? (la voiture, Robert, la voiture !)
Marcel Duchamp ?

L'urinoir de Marcel Duchamp (Fontaine, 1917)

Oui, on avait autre chose à faire en 1917 que se préoccuper du délire d'un timbré qui prétendait qu'une simple signature sur un objet commun pouvait constituer une oeuvre. D'ailleurs, on a fichu la paix au timbré, qui en a profité pour bouleverser l'histoire de l'art et déterminer son orientation jusqu'à aujourd'hui (et probablement demain).
Je comprends très bien qu'on ne puisse pas pénétrer l'urinoir de Duchamp, mais Soulages, à côté, formellement j'entends, c'est de la crème anglaise. Et l'histoire de l'art n'a jamais attendu l'approbation du peuple pour poursuivre son bonhomme de chemin ; pour continuer d'explorer les voies offertes. Offertes par l'Histoire tout court, et non pas simplement celle de l'art.
L'art a toujours reflété son temps, et il continue de le faire, quitte à devenir indigeste, voire répugnant ; bien souvent absurde et parfois insultant, cynique, dénonciateur.

Mais qu'attend-t-on de l'art, au juste ?
Qu'il nous ravitaille juste les pupilles et les sens ? Dans ce cas, effectivement, il faut rembobiner jusqu'à la fin du XIXème siècle et ne plus en bouger. Qu'il nous émerveille en restituant les beautés de la nature, y compris celles de notre corps tout nu-tout rose, cette création d'un dieu tout puissant ? Rembobinez encore.
Et encore.

Qu'il présente un écho direct à la société occidentale dont nous sommes les plus fiables représentants, en tant que citoyens votants, actifs et consommateurs ? Pressez la touche play.

L'art, formellement parlant, c'est l'expression d'une époque. Mais on attend encore (encore et encore) de l'art qu'il soit beau, esthétique, romantique, etc, violons, papillons, fleurs et couchers de soleil ; ou qu'il se laisse pénétrer. Comme si nous-mêmes, les citoyens de l'époque 2008, étions impénétrables, ou n'étions pas pourvus de failles que l'art ne sauraient pénétrer lui-même afin de nous décrire de fond en comble ; de dire ce que nous sommes ici bas, ici et maintenant, avec nos téléphones portables, nos ordinateurs, nos ADSL, nos crédits sur 20 ans, nos litres de carburant à 1,50 euros et nos douleurs individuelles.

Pour revenir à Pierre Soulages, je dirais, volontairement maladroitement, que son oeuvre est dépassée depuis 35 ans. Mais je pense, honnêtement, qu'elle est intemporelle et se balance éperdument des pseudo-valeurs dont notre époque nous abreuve (contrairement à Soulages lui-même, qui n'est pas dupe).

Quand on me rétorque que l'art est une affaire de goût, ça me fait marrer (jaune). L'art, il reflète son temps, depuis la nuit de notre temps - humain, et non individuel). Le goût des autres n'y changera rien. J'en connais qui n'écoutent aujourd'hui que Claude François ou les Doors, sous prétexte que ça cartonnait bien quand ils avaient 18 ans.

Condoléances.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par edmond Gropl le Sam 4 Oct - 11:17

Pour qui s'interesse à Duchamp, il faut lire "héresie" de Charles Willeford, dont je ne cesse de clamer haut et fort qu'il est un des meilleurs romancier du XX° siècle.

Il me semble que le seul qui ait dépassé Duchamp est le performeur dont je n'ai plus le nom en tête qui a uriné dans l'urinoir ( et qui a pris une sacré amende).
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Replay le Sam 4 Oct - 12:08

Jean-Michel
Les vitraux de la cathédrale de Conques méritent un petit détour (toute la cathédrale, d'ailleurs).
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Varg le Sam 4 Oct - 12:39

stalker a écrit:110 vitraux de Soulages dans une cathédrale, c'est audacieux, ça change des saints.
Ce qui est tout à fait intéressant, c'est le glissement de sens du vitrail (ou de tout ornement des édifices religieux) qui n'étaient sûrement pas de l'art à l'époque de leur réalisation mais un instrument d'édification populaire dans une société illettrée. C'est d'ailleurs comme tel qu'ils furent considérés lorsqu'on on les délaissa au tournant de la révolution française : ni art, ni même source contemplative. Or, les saints avaient alors un vrai sens populaire, une vraie fonction dans la société et non pas en tant que représentation du vivant mais en tant que projet collectif d'une communauté avec les mêmes aspirations. On peut en dire de même de l'art "primitif" exclusivement lié au sacré.

J'aime beaucoup Soulages mais la cathédrale reste bien plus audacieuse à mes yeux que tout ce que l'on pourra mettre dedans désormais.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Replay le Sam 4 Oct - 12:57

Dans les églises romanes (comme la cathédrale Ste Foy), il n'y avait pas de ces vitraux-BD racontant la vie des Saints... Les vitres de l'époque étaient juste blanc grisaille, et la plupart des vitraux romans a une fonction d'éclairage seulement. Alors, le choix des vitraux de blancs à grège est respectueux de la construction de l'époque.
Les vitraux illustrant la Bible, il fallait que ce soit frappant, bien lumineux et beau quand même, puisque c'était dans la maison de Dieu et que s'y retrouvaient les grands et les petits du monde à la fois. Les maitres verriers étaient considérés comme des artisans, pas comme des artistes.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Replay le Sam 4 Oct - 13:03

Varg a écrit: Les saints avaient alors un vrai sens populaire, une vraie fonction dans la société et non pas en tant que représentation du vivant mais en tant que projet collectif d'une communauté avec les mêmes aspirations.

"une vraie fonction dans la société"
Tu fais bien de parler au passé. J'ai bu de l'eau à toutes les fontaines bretonnes surmontées d'une petite statue du saint local.
Le pouvoir des saints s'est éteint, comme une pile pas rechargeable. Même pour des tout petits trucs de rien du tout, ça ne marche pas. (et si on importait des saints d'ailleurs, encore vaillants?)
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Varg le Sam 4 Oct - 16:17

Replay a écrit:Dans les églises romanes (comme la cathédrale Ste Foy), il n'y avait pas de ces vitraux-BD racontant la vie des Saints... Les vitres de l'époque étaient juste blanc grisaille, et la plupart des vitraux romans a une fonction d'éclairage seulement. Alors, le choix des vitraux de blancs à grège est respectueux de la construction de l'époque.
Il y a eu des vitraux colorés et édifiants à l'époque romane, peu ont survécu à l'outrage des ans et surtout à la manie de la destruction des générations suivantes qui aimaient bien "adapter" à leurs goûts les décorations sacrées (d'où la destruction de pratiquement tous les jubés, de pierre ou de bois et de pas mal de verres colorés). Le plus connu de ces vitraux survivants a été remonté à Chartres (Notre-Dame-de-la-Belle-Verrière)...

Que le choix des vitraux gris de Soulages soit respectueux du lieu, je ne l'ai à aucun moment contesté. Le début de la conversation n'était pas là.

Les vitraux illustrant la Bible, il fallait que ce soit frappant, bien lumineux et beau quand même, puisque c'était dans la maison de Dieu et que s'y retrouvaient les grands et les petits du monde à la fois. Les maitres verriers étaient considérés comme des artisans, pas comme des artistes.
Oui, et ne pas oublier non plus les fresques, les retables, etc. qui à un moment donné ont été extraits de leur sens originel pour devenir de l'art et leurs fabricants des artistes. A quel moment exactement l'artisan Hieronymus van Aken est-il devenu l'artiste Jérôme Bosch et son œuvre s'est-elle détachée de son origine sacrée et partagée par tous pour devenir objet d'art vu par quelques uns ? C'est la question que je posais via Soulages.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Sam 4 Oct - 16:38

Il me semble que ce basculement est dû à l'intrusion de scènes sacrilèges dans son oeuvre, et à sa dimension caricaturale (grotesque ?). Des représentations divines traditionnelles se sont vues investies par des éléments hérétiques, probablement susceptibles de semer le doute ou le trouble dans les esprits ; de perturber l'ordre divin. Les peintures se sont ainsi déplacées du cadre sacré pour devenir des marques d'engagement, en quelque sorte.

avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Varg le Sam 4 Oct - 20:21

stalker a écrit:Il me semble que ce basculement est dû à l'intrusion de scènes sacrilèges dans son oeuvre, et à sa dimension caricaturale (grotesque ?). Des représentations divines traditionnelles se sont vues investies par des éléments hérétiques, probablement susceptibles de semer le doute ou le trouble dans les esprits ; de perturber l'ordre divin. Les peintures se sont ainsi déplacées du cadre sacré pour devenir des marques d'engagement, en quelque sorte.

Non non... Enfin, c'est ma faute, je n'aurais pas dû prendre Bosch... Il n'y a rien de sacrilège dans la peinture de Bosch... Rappelons que ses œuvres étaient toujours des commandes de congrégations religieuses qui, bien évidemment, n'auraient jamais laissé passer quoique ce soit de contraire aux Écritures. C'est la lecture que nous en avons eu par la suite qui l'a laissé croire. Si l'on en croit l'excellentissime étude du collectif autour de Roger H. Marijnissen (le livre était sorti chez Arcade il y a une trentaine d'années) le seul élément gênant dans la peinture du maître de Bois-le-Duc était la minuscule scène au centre-haut du panneau principal du Jardin des Délices (une scène obscène). Sinon, il s'agit bien toujours d'édification religieuse, avec une spécificité symbolique flamande que nous ne pouvons à présent qu'imparfaitement expliquer.

Les différentes pièces boschiennes ou bruegheliennes que l'on peut voir désormais au Prado ont, a un moment donnée, perdu leur statut pour entrer dans les collections du Roi d'Espagne (qui régnait sur les Flandres) et devenir un objet - soustrait au milieu et à l'élément qui l'avait vu naître - d'art.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par limbes le Mer 8 Oct - 0:52

Varg, est-ce que tu penses que cette extraction, à un moment donné, d’un matériau disons populaire et/ou religieux, partout visible, pour le déposer dans un lieu dédié en l’estampillant « Art », est problématique ?
Est-ce que ça n’est pas aussi, peut-être paradoxalement, permettre d’autres lectures ou visions d’ une "œuvre", selon les époques et les individus qui les traversent, dans une sorte de liberté absolue du "regardeur", comme disait Duchamp ?
Par exemple, pour reprendre Bosch, c’est intéressant aussi, la vision qu’en ont eue les surréalistes (notamment Artaud, qui évoque La tentation de Saint-Antoine dans Le théâtre et son double), pour lesquels ses représentations monstrueuses, démoniaques, deviennent pour eux comme des manifestations de l’inconscient.
Après, ça n'explique toujours pas pourquoi, à tel ou tel moment, "on" décide d'extraire...
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Varg le Mer 8 Oct - 10:11

limbes a écrit:Varg, est-ce que tu penses que cette extraction, à un moment donné, d’un matériau disons populaire et/ou religieux, partout visible, pour le déposer dans un lieu dédié en l’estampillant « Art », est problématique ?
Est-ce que ça n’est pas aussi, peut-être paradoxalement, permettre d’autres lectures ou visions d’ une "œuvre", selon les époques et les individus qui les traversent, dans une sorte de liberté absolue du "regardeur", comme disait Duchamp ?
Par exemple, pour reprendre Bosch, c’est intéressant aussi, la vision qu’en ont eue les surréalistes (notamment Artaud, qui évoque La tentation de Saint-Antoine dans Le théâtre et son double), pour lesquels ses représentations monstrueuses, démoniaques, deviennent pour eux comme des manifestations de l’inconscient.
Après, ça n'explique toujours pas pourquoi, à tel ou tel moment, "on" décide d'extraire...
En fait, je crois que l'extraction s'est faite toute seule (ou plutôt qu'il n'y a pas eu d'extraction), à mesure que le sacré décampait du monde. Le sacré religieux s'entend, car nous continuons à être dans une dimension sacrée/profane où le sacré est autre. Et je crois, comme tu le soulignes, que c'est une vision rétroactive qui a construit ces objets en tant qu'objets d'art et c'est pourquoi aussi, constructions intellectuelles et surtout symboliques, ils échappent à présent au vulgum pecus.

A mon sens, ce que dit également Duchamp, c'est que l'objet d'art n'existe pas, qu'il n'est même pas un sentiment partageable (autrement que par imitation) puisqu'il n'est art que sous le regard particulier.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par stalker le Mar 22 Sep - 0:15

Nouvelle rétrospective Pierre Soulages, au centre Georges Pompidou, prévue pour octobre 2009. A l'occasion de ses 90 ans.
article

avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre Soulages

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum