le serial killer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le serial killer

Message par limbes le Dim 10 Aoû - 0:36

Aujourd’hui, je le mettrai dans un petit paquet, avec le Terroriste (avec un grand T), et le Pédophile (avec un grand P).
Comme trois figures de l’abject (avec un grand A).
C’est comme si ces termes génériques dissolvaient toute réflexion sur les causes, les strates, les différenciations internes aux catégories, et se suffisaient en tant que tels pour en parler (en « vrai », et assez souvent en fiction).
Quoi de commun entre un palestinien de Gaza, par exemple, et un type d’Al Qaeda, ou un basque espagnol (liste non exhaustive) ?
Comme si l’apposition d’une étiquette bien commode, le Mal (avec un grand...), exonérait la société dans son ensemble, et les individus qui la composent, d’une analyse, voire d’un recul critique, sur ces différentes composantes et émanations, et sur l’individu et la société elle-même.
Comme si l’acte similaire impliquait des cheminements équivalents.
Sous-jacente, l’idée d’un ordre des choses, immuable, tiré de l’essence même de l’homme (mais qui, fusse le plus brillant des scientifiques ou des philosophes, extirpera un jour la nature humaine de son fatras de culture ?)
Le serial-killer m’intéresse, mais ce que je reproche à la fiction, en général, c’est à la fois ce côté crasseux et rutilant (on aime se vautrer dans l’horreur, surtout quand on peut facilement penser que ce n’est pas la sienne), un côté foire aux monstres, et aussi cette façon subliminale de légitimer ce qu’on croit être. On s’attache aux actes, plus qu’aux processus, en quelque sorte. On ne déroute pas, on conforte.

Si le mal provient de l’essence de l’homme, pourquoi ne sommes-nous pas tous des serial-killer ?
Et qu'est-ce qui nous différencie de lui? La morale? La couardise du ver de terre? Des circonstances sociales et/ou psychologiques différentes? Autres? (cocher la bonne case)

Une question qui me paraît intéressante, néanmoins, c’est le fait que les SK sont souvent considérés comme responsables de leurs actes, et donc jugés, et donc condamnés. C’est intéressant, parce que c’est quoi, être fou ?
Si on tue méthodiquement, s’il y a une sorte de logique, on n’est pas fou ?
Quel est le critère ?
Si je me mets à tuer anarchiquement n’importe qui, sans rituels particuliers, je serai considérée comme une serial-killeuse ?
Y a –t-il des polars qui évoquent cette question ?

Pardon, ça part un peu dans tous les sens, mais c’était pour lancer le sujet, et puis dans un bazar…
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par txoa le Dim 10 Aoû - 1:05

Qu'est ce que ça veut dire, "serial killer" ? Francis Haulmes, être frustre, tout en pulsions, est il un SK ? Et Fourniret, beaucoup plus intelligent et calculateur, mais aussi tout en pulsions, en est il un ? Et qui a til de commun entre les deux, à part une suite de cadavres d'êtres en situation de faiblesse ?
Rares sont les fois où ce putain de SK m'apparait comme intéressant, au cinoche ou dans la littérature...
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par stalker le Dim 10 Aoû - 4:20

txoa a écrit:Qu'est ce que ça veut dire, "serial killer" ?

ça veut dire : tueur en série.
C'est tout.
Aucune distinction n'existe entre ceux qui tuent des êtres en situation de faiblesse et des êtres en situation de force. La question n'est pas là. La question reposerait plutôt sur le fait que le nombre de tueurs en série a eu tendance à augmenter au cours des cinquante dernières années (davantage ?), ou qu'on s'est mis à en parler beaucoup plus, grâce à des moyens de communication qui le permettent. Ou bien qu'on a tenté d'établir un lien entre ce phénomène et les mutations qui se sont opérées au sein des sociétés, donc au sein des cerveaux eux-mêmes, au cours du siècle écoulé.

Personnellement, ce qui m'intéresse dans ce schéma, c'est le lien étroit qui peut s'établir entre les mouvements sociaux, politiques et culturels, et la sphère psychologique, à l'échelle intime - particulièrement intime, d'ailleurs. Les échos complexes qui ont lieux entre la tête individuelle et la tête massive ; le parcours effectué et les grains de sable qui s'y glissent de façon singulière (toujours), parfois soudaine. C'est le "pourquoi je tue" qui me paraît intéressant, et non le "comment je tue", ni le combien.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par stalker le Dim 10 Aoû - 4:25

Et les putains de SK du cinoche et de la littérature, pour reprendre tes termes, Txoa, font oublier que le tueur en série ne vient ni de la littérature, ni du cinoche. C'est juste une matière marchande potentielle, dans ce cadre. Une matière à spectacle et sensations fortes, en général.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par txoa le Dim 10 Aoû - 20:36

Je ne sais pas, Stalker, s'il y a plus de SK aujourd'hui qu'hier...Loin d'être sûr. Peut être même qu'il y en a moins mais ce sont des supputations invérifiables, restons en là...

Le "pourquoi tue t il ?" est une bonne question. Le cas Francis haulmes m'intéresse particulièrement, mis en parallèle avec mon boulot.
Il me semble qu'il faille sortir des schémas cinoches qui sont faux, pour la plupart. Celui du sacro saint mode opératoire immuable et invariable l'est.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Replay le Mar 12 Aoû - 0:02

Limbes: je crois que la loi fait la différence entre la personne qui agit sous l'emprise de la folie (irresponsable, alors) et la personne qui a des troubles (même très importants) de la personnalité. Les pervers ne sont pas des fous.
Le handicap mental, allié à la solitude, l'abandon, l'exclusion, peut conduire un homme à tuer une fois, puis une autre, puis encore une autre, pour faire taire une victime qui le dénoncerait en cas d'abus, et le ferait punir. Les empoisonneuses de maris successifs, les anges de la mort qui trucident les vieux quasi agonisants, sont ils des serial killers ?
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par stalker le Mar 12 Aoû - 0:46

A partir de trois maris successifs empoisonnés ou de trois vieux quasi agonisants trucidés,
oui, tu es effectivement un tueur en série.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Replay le Mer 20 Aoû - 11:13

Si quelqu'un a lu ci et là des articles, mémoires, essais intéressants sur le phénomène "sérial killer", j'aimerais bien avoir ses pistes ou références...
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

site

Message par stalker le Jeu 28 Aoû - 14:45

Le site Tueurs en série devrait satisfaire ta curiosité, Replay : http://www.tueursenserie.org/

Les portraits de tueurs qui s'y trouvent sont très complets et dépassent de loin la seule échelle médiatique et spectaculaire que le SK occupe couramment au sein des esprits. Dépasser n'est pas le terme exact ; il s'agit plutôt ici de considérer le phénomène à sa racine, et non au niveau du fruit.
Le fait de prendre la littérature ou le cinéma comme point de départ d'une discussion à ce sujet fausse tout. C'est prendre la question à l'envers, la survoler de loin, et la réduire à des postillons marchands ou, au mieux, à des créations - donc des effets conséquents.

Qu'est-ce qu'un tueur en série aujourd'hui, souvent ? C'est un personnage de fiction. Dans le meilleur des cas, c'est un individu ayant existé et que la fiction investit, en respectant des faits historiques et pour retracer un parcours. C'est le cas des films Roberto Succo ou Zodiac, par exemple, où un véritable travail de réalisation s'est auparavant nourri de documents, sans tricher.

Dans le pire des cas, on invente des personnages de tueurs en série (comme si l'Histoire n'en possédait pas suffisamment...) pour fabriquer du spectacle, de l'émotion, de l'action ; pour contenter le public avec des crimes sanglants, etc, puisqu'il semble aimer ça. Cet aspect-là rend des productions médiocres, bien souvent, qui se plagient entre elles, misant sur le "toujours plus violent", "toujours plus psychologique", mais gratuitement ; à des fins divertissantes.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Francis Heaulme

Message par stalker le Jeu 28 Aoû - 14:49

txoa a écrit:... Le cas Francis haulmes m'intéresse particulièrement, mis en parallèle avec mon boulot.
Il me semble qu'il faille sortir des schémas cinoches qui sont faux, pour la plupart. Celui du sacro saint mode opératoire immuable et invariable l'est.



Tout le parcours de l'individu en question est retracé ici : http://www.tueursenserie.org/article.php?id_article=10
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par txoa le Jeu 28 Aoû - 20:09

Pas trop mal fait. Hélas, le portrait clinique est encore parasité par des termes tels que "prédateur" ou "manipulateur".
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par stalker le Jeu 28 Aoû - 23:45

Là, tu t'attaches vraiment à la petite bête, comme d'habitude.

Il suffit de suivre un peu la démarche de la personne qui alimente ce site, pour noter qu'elle ne l'a pas créé par attirance morbide pour les tueurs en série, mais par intérêt pour un phénomène rattaché à un territoire social, culturel et politique. Cette approche n'est pas dénuée d'une dimension morale, ce qui peut expliquer les qualités de "prédateurs" ou de "manipulateurs". Il y a d'autres termes plus forts encore, dans d'autres dossiers.

Cela dit, si tu as l'occasion ou l'envie de parcourir d'autres portraits de tueurs en série sur le site, tu verras toi-même que les mots "prédateurs" et "manipulateurs" sont souvent justifiés. Et d'autres encore. Ted Bundy est un très bon exemple.

Cela dit, en quoi l'usage de ces termes te dérange-t-il ? Est-ce uniquement pour le cas Francis Heaulme ou pour leur usage en général ?
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par txoa le Ven 29 Aoû - 19:40

Non, pas dans l'usage général, ce sont des termes que je peux très bien employer et je les comprends lorsqu'on cause des faits. Par contre, lorsqu'il s'agit de tracer un portrait psychique et clinique d'une personne, ces mots n'ont rien à faire. Un tel exercice suppose une approche scientifique et absolument pas morale. Prédateur renvoie à l'état animal, manipulateur, à l'inverse, suppose une très haute conscience de ses faits avec un recul vis à vis de ses pulsions. Ce qui précède (et ce que je sais du personnage) tend à montrer le contraire. Donc ces deux termes sont douteux dans le fond et dans la forme.
Imagine moi faire un rapport d'un gamin destiné à un service psychiatrique quelconque et glisser dans ce document de tels termes... Ce ne serait pas sérieux. Ce n'est pas ces mots qui me dérangent mais bien à l'endroit où ils sont employés.

Là où on peut, à l'extrême limite, les employer et à condition d'étayer le truc, ce serait pour le trouble psychiatrique nommé perversion, qui n'a pas grand chose à voir avec une notion morale.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Varg le Sam 30 Aoû - 15:54

Je trouve tout à fait étonnant le glissement sémantique prédation <-> animalité. D'abord parce que la prédation correspond bien à un comportement humain (le TLF nous renvoie même à pillard, à la satisfaction violente d'un besoin), ensuite parce que la prédation animale, contrairement à l'humaine, ne s'exerce en survie qu'à l'égard d'autres espèces. L'éthologie nous a confirmé que l'homme était bien la seule espèce à ne pas savoir contrôler sa propre violence (à l'égard des siens) et même à l'exercer sans que ses besoins vitaux soient menacés - donc en toute gratuité.

De fait, nous sommes - nous humains - tous des prédateurs, seulement certains ne respectent pas l'interdit social de ne pas tuer leurs semblables, en dehors des moments fixés par la règle du jeu*. C'est bien pour cela que le SK peut également être manipulateur, parce que ses crimes ne le ramènent pas au rang d'animal (bête ?) comme le commun le véhicule parfois.

* La règle du jeu change naturellement selon les époques.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Replay le Sam 30 Aoû - 17:37

C'est la faute aux documentaires animaliers!

"prédateur" évoque la chaîne alimentaire. Entendu récemment: "l'ours n'a pas de prédateur mais un ennemi: l'homme."
Et c'est bien à l'animalité qu'on se réfère quand on parle de "prédateur" (on y entend "proie") à propos d'un Dutroux ou d'un Heaulmes.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Varg le Sam 30 Aoû - 19:46

Replay a écrit:Et c'est bien à l'animalité qu'on se réfère quand on parle de "prédateur" (on y entend "proie") à propos d'un Dutroux ou d'un Heaulmes.
Oui, j'entends bien... Sauf que les animaux ne font pas ce que fait un SK puisque la violence intra-espèce est extrêmement codifiée, ritualisée et enfermée dans une organisation hiérarchique des sociétés et qu'elle n'aboutit jamais (sauf accident) au meurtre. Toute chose qui, bien sûr manque désormais aux sociétés humaines, à de plus ou moins forts degrés (d'où sans doute la propagation du phénomène SK des sociétés les plus individualistes et désacralisées vers les sociétés encore fortement hiérarchisées et religieuses*).

C'est donc de façon abusive que l'on invoque l'animal, d'où l'intéressant glissement que j'évoquais, qui renvoie à une position mythique ou fantasmée méritant qu'on s'y attarde.

* La religion étant ici évoquée comme l'ensemble des rituels visant à neutraliser la violence interdividuelle chez les humains.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par edmond Gropl le Sam 30 Aoû - 20:23

Il reste donc à écrire le roman du tueur en série animal, la bestiole tuerait en transcendant les codes de son espece. On pourrait prendre "maya l'abeille" et inclure un animal tueur. Jimmy Cricket, un privé ombrageux et Maya, la jeune diplomée du FBI mènent l'enquête.

A propos des tueurs en séries, peut-on inclure certains (para) militaires?

ET puis je me dis, sans vraiment savoir, que toute la science du profiling a pour base l'étude des criminels arrétés, donc des (a priori)moins intelligents. N'y aurait-il pas un nivellement par le bas de la science criminologique?
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Replay le Sam 30 Aoû - 20:28

J'aurais du dire "qu'on se réfère actuellement"...
Même s'il n'est pas encore marqué dans le TLF, le Petit Larousse donne: A) qui vit de proies capturées vivantes ; B) personne, groupe qui établit son pouvoir, sa puissance en profitant de la faiblesse de ses concurrents.

Glissement, oui, mais attesté, officialisé..
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Replay le Sam 30 Aoû - 20:30

edmond Gropl a écrit:
ET puis je me dis, sans vraiment savoir, que toute la science du profiling a pour base l'étude des criminels arrétés, donc des (a priori)moins intelligents. N'y aurait-il pas un nivellement par le bas de la science criminologique?


C'est inquiétant.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Varg le Sam 30 Aoû - 20:49

Replay a écrit:Glissement, oui, mais attesté, officialisé..
Que le glissement soit attesté par le PLI, Madame Michu ou par personne n'a aucune importance... C'est le glissement qui est intéressant, la façon de différencier par le langage des comportements socialement non-conformes en les attribuant à une animalité (qui, pour le coup, est bien plus civilisée que nous...). C'était le sens du rapprochement initial de txoa...
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Varg le Sam 30 Aoû - 20:51

edmond Gropl a écrit:Il reste donc à écrire le roman du tueur en série animal, la bestiole tuerait en transcendant les codes de son espece.
Toute la question de la violence humaine est là. Nous, nous avons transcendé, et depuis longtemps. Les bestioles, jamais...
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par txoa le Sam 30 Aoû - 20:56

edmond Gropl a écrit:
A propos des tueurs en séries, peut-on inclure certains (para) militaires?


Question intéressante, morale et philosophique et tout...
Si tuer est interdit pour tout un chacun, il est du devoir du militaire de le faire. Sensément, pas au nom d'une pulsion, mais d'un ordre venu de la hiérarchie. Alors, il semblerait que les militaires ne soient pas des SK. Mais est ce qu'il ne peut y avoir conjonction des deux dans des situations extrêmes (ou non) ? Et dans ce cas ?
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Replay le Sam 30 Aoû - 20:59

Mais la description des criminels, les termes employés, ça renvoie le plus souvent à la sauvagerie (imaginée, fantasmée, nous sommes bien d'accord) des bêtes! ça ne s'applique pas qu'aux serial killers! D'ailleurs, devant les crimes spécialement monstrueux, on dit : ce qu'il a fait là, même un animal ne l'aurait pas fait. Sinon, on parle de comportement "bestial". Satan n'est rien d'autre que "la bête immonde". C'est tout neuf, l'éthologie.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par stalker le Jeu 1 Juil - 14:23

Un article intéressant au sujet des tueurs en série sur le territoire français : ici (Au troisième oeil).
D'autres articles l'ont précédé et d'autres suivront.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le serial killer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum