Contre-enquête - Franck Mankuso (2007)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contre-enquête - Franck Mankuso (2007)

Message par stalker le Lun 4 Aoû - 2:55



Malinowski, Capitaine à la Crim', a l'habitude d'être confronté aux faits-divers les plus durs. Mais lorsque sa propre fille est assassinée, tout bascule. Bouleversés par sa détresse, ses collègues mènent l'enquête au pas de charge et un suspect est bientôt arrêté, puis condamné.
Du fond de sa cellule, celui que tout semble accuser clame son innocence et décide d'écrire à Malinowski. Et s'il était innocent ? Face à la douleur du père qui a obtenu justice, le doute du flic s'installe peu à peu. Pour Malinowski, une contre-enquête solitaire commence...


Une fin à violons, une.
Cela dit, la flûte traversière ou la cornemuse ne produiraient pas le même impact, et les violons riment tout à fait avec le film qui en regorge. Franck Mankuso est aussi l’un des co-scénaristes de 36 quai des Orfèvres, et Contre-enquête est son premier film, qu’il a également scénarisé, d'après une nouvelle de Lawrence Block.

Le début de cette histoire, c’est l’assassinat d’une fillette. Le drame déclenche naturellement le chagrin et la colère. Une colère contenue, mais effective (professionnelle), celle d’un père, qui va déterminer l’ambiance du film jusqu’à la fin – jusqu’aux violons. Le ton ne variera pas. Le film invite à compatir et suivre le père-flic dans le cheminement qu’il entreprend pour découvrir qui est le véritable assassin de sa fille, avec obstination.

Le jeu d’acteur est linéaire, morne, triste à couper la lecture et regarder autre chose. Ceci tant pour Jean Dujardin que pour Laurent Lucas, qu’on a vus en meilleure forme et, surtout, entre de meilleures mains.

Un des points forts qu’on peut retenir repose sur la stratégie d’un homme incarcéré en vue de s’en sortir – soutenu par quelques incohérences, tout de même. Un autre, un retournement de situation qui survient quinze minutes avant la fin (merci Lawrence Block).
Mis à part ces éléments – que Mancuso aurait peut-être dû couver plus longtemps afin d’en nourrir un autre projet de réalisation, dans quelques années – le film est pauvre. Il n’a pas de forme ; ne ressemble à rien du tout, ou presque. Il est impersonnel.

Je me souviens de certains articles écrits à l’époque de la sortie de 36 quais des Orfèvres (et oui, on y revient encore), qui évoquaient à l’occasion la possibilité d’un renouveau du polar français. Si Contre-enquête constitue un maillon de ce renouveau potentiel, alors on n’est pas au bout de nos peines.

Préparez vos mouchoirs.

Violons.


Dernière édition par stalker le Sam 9 Aoû - 15:46, édité 1 fois
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre-enquête - Franck Mankuso (2007)

Message par txoa le Sam 9 Aoû - 15:36

Film que je n'ai pas vu. Mais j'ai lu kekpart qu'il était d'une moralité nauséabonde, cryptofasciste pour être clair.
Vais voir par moi même.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre-enquête - Franck Mankuso (2007)

Message par stalker le Sam 9 Aoû - 16:05

La moralité qui ressort de ce film est semblable à celle qu'on retrouve dans la plupart des films policiers qui voient le jour depuis quelques années en France. Elle est de bon ton ; elle va de soi ; il n'y a même pas lieu de la relever, car le film est amené de telle sorte que cette moralité semble devoir être acquise par le spectateur d'emblée.

Le film enjambe dès la première séquence la question de la moralité, pour nous expédier dans les strates affectives d'un personnage et de son environnement familial. Bien sûr, on peut toujours lire le film sous l'angle moral ; auquel cas il est fort probable qu'on en dise qu'il est nauséabond.
Mais la morale est déjà réglée au départ. Je dirais même que ce genre de film nous recommande fortement (et subtilement) de ne pas discuter cet angle de vue moral. Il est politiquement correct. En tant que spectateur, qui que vous soyez, vous êtes du côté du flic. Vous n'avez pas le choix. Vous êtes de son côté parce que c'est un homme sensible et qu'on vous prend par les sentiments. Vous êtes de son côté, car les individus qu'il doit affronter sont des pervers sexuels, des monstres à expédier sur la chaise électrique, des moins que rien que vous haïssez - et il arrive si souvent qu'on les haïsse parce qu'ils nous ressemblent, pourtant.

Ce qu'on pourrait attendre d'un film policier aujourd'hui, c'est qu'il accorde une chance aux truands d'être porteurs d'un discours (sans pour autant fabriquer des films bavards et militants qui tueraient le cinéma), au lieu d'en faire des vandales finis, des brigands sans âme, sans culture, uniquement assoiffés de fric et de sang. Sans pour autant en faire des tueurs en série surdoués, on peut peut-être espérer des nuances.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre-enquête - Franck Mankuso (2007)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum