Prothèse - Andreu Martin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prothèse - Andreu Martin

Message par stalker le Mar 15 Juil - 17:01



Ce roman est moite, dès qu’on l’ouvre. Il l’est encore quand on le referme et il n’a pas cessé de l’être tout au long de la lecture. C’est Barcelone, ses rues percutées par un soleil de plomb, ainsi que les corps qui s’y déplacent.
Nous sommes en 1984 et Miguel Vargas Reinoso n’a qu’une idée en tête : se venger du flic qui lui a démoli la mâchoire à coups de crosse alors qu’il n’avait pas vingt ans.

Entre temps, Miguel a fait de la taule, puis a dégoté quelques boulots à sa sortie, lui permettant de se ranger, de se refaire le corps, de se refaire une vie – en apparence, car il n’a qu’une idée en tête et rien d’autre ne compte plus ; ni la liberté, ni le fric, ni la Nena, la petite putain qui n’a pas oublié Miguel pendant toutes ces années.
Galeigo non plus, n’a pas oublié Miguel. Le face-à-face entre l’ex-inspecteur et l’ex-voyou s’annonce sanglant. Il le sera et il sera bien pire que ça encore sous la plume d’Andreu Martin. Car huit années à ruminer, à examiner les formes de la vengeance sous tous les angles, rendent des pages où les mots et les méthodes narratives de l’auteur projettent parfaitement les pensées, les corps et les mouvements mis en scène dans cette atmosphère poisseuse de l’Espagne en plein mois d’août.


Série noire n°2360

.


Dernière édition par stalker le Jeu 21 Aoû - 14:56, édité 1 fois

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prothèse - Andreu Martin

Message par Replay le Lun 18 Aoû - 18:04

J'ai lu ce livre presque jusqu'au bout, et j'ai trouvé cette lecture de plus en plus pénible.

C'est hyper mal écrit, hyper violent, hyper prévisible et, j'y reviens, mal écrit, vraiment trop mal écrit. Trouvez le nombre de fois où est employé l'adjectif "maculé" dans le roman. Le héros est antipathique et inintéressant au possible, ses copains idem, la fille est une idiote et l'auteur ne s'est pas cassé la tête pour l'intrigue.

Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prothèse - Andreu Martin

Message par txoa le Lun 18 Aoû - 19:22

Pas tout à fait OK avec toi. C'est vrai que c'est pas très bien écrit (ou traduit), je trouve néanmoins qu'il y a dans ce roman, une sacré tension.

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prothèse - Andreu Martin

Message par stalker le Mar 19 Aoû - 2:40

J'ai trouvé que cet auteur (à travers sa traduction, comme le précise Txoa) avait une patte. Pas forcément une plume, mais une patte qui collait très bien à l'univers qu'il a choisi pour mettre en scène son histoire. C'est moite et ça colle à la tête. On a envie de mettre le nez dans cette Espagne, juste quelques heures, pour vérifier à quel point ça colle de toute part.
Ce qui m'apparaît intéressant, c'est tout le processus de vengeance que cet homme met en place, avec les maladresses que ça implique, et les détours, et les gestes, et les détails insignifiants, a priori. Et l'auteur possède des petites méthodes propres pour rendre ce qu'il a décidé de rendre.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prothèse - Andreu Martin

Message par Replay le Mar 19 Aoû - 20:50

Wep, il a bon dos, le traducteur.
Stalker: tu sais bien que cette moiteur, cette ambiance, c'est du décor!
Pas d'accord (j'ai reparcouru le roman et j'ai lu la fin.) avec toi, ni avec Txoa.
pour moi, c'est un livre de baston. Esthétique de la baston, du gore ? Bof bof. Il n'y a pas le souffle et la puissance pour habiter tout ça.... (enfin, à mon avis).
On se taillade au rasoir, on se pète les doigts, on s'arrache les dents (une par une, s'il vous plait), on crache du sang partout. Le héros, le vengeur fatal, c'est quand même une petite frappe bas du plafond antipathique au possible. Le genre ouais je viole et j'aime ça chuis un mec une crapule qu'en a. Les détails insignifiants, je veux bien mais il faut les piocher dans les détails un peu trop signifiants. Je ne marche pas. Dans la baston final, les mecs se massacrent et s'arrachent tout, waouh, quel feu d'artifice. "Son pénis et ses testicules roulèrent sur la route". J'ai du mal à visualiser la scène. Elles sont si rondes et dures que ça, les testicules des voyous espagnols (sans même parler de leur zizi)? Dures assez pour pouvoir rouler comme des billes ? des billes en bois de buis ? en acier ? en bakélite ? Désolée, ce genre de trucs flingue une scène et fait sombrer le bouquin dans le ridicule. Olé!

Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prothèse - Andreu Martin

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:02


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum