La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Varg le Mer 2 Juil - 16:55




Lors d'un orage qui détruit une partie de son mur d'enceinte, trois jeunes habitants de Mexicó réussissent à pénétrer dans la Zona, une enclave pour riches protégée jour et nuit par des vigiles et qui jouxte leur bidonville. Ils sont surpris, en plein pillage, par la propriétaire d'une maison qu'ils assassinent juste avant que la bonne ne donne l'alerte. Les habitants de la Zona, armés jusqu'aux dents, font alors trois victimes - deux des voleurs et un vigile, abattu par un résident - tandis que le dernier intrus réussit à s'échapper. De peur de perdre le statut d'autonomie de la Zona, l'assemblée des résidents décide de faire disparaître toute trace des meurtres et part à la recherche du survivant, alors qu'un policier trop curieux tente de faire son travail.

Le point le plus intéressant du film est l'accentuation rapide, au sein de cette collectivité de riches, du sentiment paranoïaque qui, déjà, les a fait vivre à l'écart de ce monde. Devant ces agressions du dehors - car s'ajoute à l'entrée des jeunes pauvres celle d'un policier têtu, tenace et... revanchard - qui menacent sa tranquillité, l'assemblée élue de la Zona édicte coup sur coup plusieurs règles qui ont tout du coup d'état fasciste (suspicion puis isolement des minoritaires, militarisation de la société via des milices armées en plus des vigiles pour abattre l'enfant, contrôle permanent des déplacements endo et exogènes, encadrement de la jeunesse, etc.). Rien que de très classique dans tout système dictatorial (les exemples historiques sont nombreux et très accessibles).

La résistance à ces méthodes, à cette suspension des "libertés" et "droits" de chacun sera très faible, parce que prime un fort sentiment de classe qui va diluer les personnalités de tous dans la défense du groupe. Le premier minoritaire d'ailleurs ne se battra pas pour faire triompher ses idées, il se met tout simplement à l'écart. La seconde voudra bien dénoncer les crimes à la police mais, trop tard... Seul le personnage d'Alejandro, qui va découvrir le fugitif puis entamer le dialogue avec lui et enfin rompre avec sa classe d'origine et la Zona, peut être qualifié de résistant - mais Rodrigo Plà nous laisse quand même dans l'incertitude sur les modalités et le devenir de cette révolte adolescente.

On comprend bien que le film peut fonctionner au niveau mexicain (réaliste) comme au niveau métaphorique, à tous les endroits où les riches et privilégiés peuvent s'organiser (contrôle de l'appareil policier et militaire) pour rejeter la pression d'un pauvreté de plus en plus insoutenable (à l'intérieur d'un pays ou à l'échelle du monde). Maintenant, tout ceci n'est pas neuf pour qui se tient un peu au courant de ce qui l'entoure, autrement qu'en lisant ou écoutant des médias approximatifs et mensongers et qui possède un minimum de mémoire historique ou, par exemple, de culture littéraire : Orwell, Huxley et tant d'autres pour les dérives totalitaires, Taibo el Segundo - pour la misère urbaine et l'histoire du Mexique - ou les communiqués de l'EZLN pour les populations pauvres ET indiennes du Chiapas... A ceux là, La Zona n'apportera pas grand chose d'autant que le film - s'il est effectivement noir - est plutôt moche et qu'il n'exclut pas une pesanteur didactique et des personnages archétypiques. Aux autres, il rappelera quand même que ce monde est plus proche qu'ils le croient de leurs misérables existences.
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Varg le Jeu 3 Juil - 10:41

Pour ceux qui douteraient encore :

Un décret publié le 1er juillet 2008 au Journal officiel institue un nouveau fichier dénommé EDVIGE, organisant le fichage généralisé et systématique de « toutes personnes âgée de 13 ans et plus » « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». En clair, tous les citoyens ayant un jour souhaité s’investir pour leur cité.

Il est également prévu de ficher tout individu, groupe ou organisation dont l’activité est susceptible de troubler l’ordre public et de permettre aux services de police d’effectuer des enquêtes administratives pour l’accès à certains emplois ou à certaines missions, sur la base des éléments figurant dans le fichier EDVIGE.

La suite de ce communique du Syndicat de la Magistrature ici
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par limbes le Jeu 3 Juil - 14:25

Merci Varg pour le topo sur ce film, que j’avais bien envie de voir…

Ce que tu écris me fait penser que la privation de libertés n'est pas le triste apanage de sociétés ouvertement totalitaires, mais qu'elle se marie fort bien avec la démocratie à notre sauce; et ça fonctionne d'autant mieux que la majorité le demande. Huxley plus proche de nous qu'Orwell, en un sens.

Concernant Edvige, le « est susceptible de » est terrible, puisqu’il s’agit de mettre en place une sorte de fichier quasiment prédictif.
Cette rage du fichage n’est pas si éloignée de la manie du classement et du biologique qui existait au XIXè siècle, où l’on cherchait à isoler les stigmates de la criminalité.
Bientôt on ne se penchera plus sur le bébé au berceau en y cherchant les traces du pif de tonton Robert, mais on mesurera son crâne pour déceler le profil d’un futur délinquant.

Le progrès ?
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Hurlu le Jeu 3 Juil - 14:39

Au Moyen-âge on pouvait condamner à mort les enfants de sept ans. Il y a eu des sorcières de dix ans sur le bûcher. Allez, Sarko, encore un petit effort!
avatar
Hurlu

Messages : 20
Date d'inscription : 18/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Varg le Dim 6 Juil - 11:19

limbes a écrit:Concernant Edvige, le « est susceptible de » est terrible, puisqu’il s’agit de mettre en place une sorte de fichier quasiment prédictif.
Cette rage du fichage n’est pas si éloignée de la manie du classement et du biologique qui existait au XIXè siècle, où l’on cherchait à isoler les stigmates de la criminalité.
Bientôt on ne se penchera plus sur le bébé au berceau en y cherchant les traces du pif de tonton Robert, mais on mesurera son crâne pour déceler le profil d’un futur délinquant.
Le progrès ?

Oui, Limbes, tu as tout à fait raison, ce qui illustre bien que ce que nous vivons est le triomphe de la réaction, qui ne se contente pas de seulement gommer 68, les acquis du CNR (ou ceux d'une société égalitaire, désirée et non obtenue en 89 mais toujours présent en idées) mais qui cherche à tout prix à légitimer idéologiquement sa position dominante en distinguant le bon grain choisi par Dieu de l'ivraie du criminel né...

A lire avec bénéfice les différents bouquins des sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot sur la grande bourgeoise. Il est toujours bon de savoir QUI sont ceux que l'on doit combattre ;-)
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Replay le Dim 6 Juil - 16:16

Dans un numéro de Science et Vie d'été 2007, (donc récent) si ma mémoire est bonne, il y a une série d'articles sur "le sens moral est-il inné chez l'homme?."
Il y est question d'une toute petite zone du cerveau, l'amygdale, qui, si elle est lésée (naissance, accident), rend inefficient le sens de l'empathie. Ce qui caractérise le pervers est qu'il est dénué d'empathie.
Et si c'était vrai ?
S'il y avait des pervers congénitaux, des gens fatalement pervers ?
L'idée n'est pas plaisante mais la nature se fiche parfois de nos penchants innés (ça aussi, c'est dans le Science et vie) à l'équité et à l'empathie. Il y a bien des fous ou en-devenir-fous (maladies génétiques) de naissance.
Oui, mais ?
Est-ce que ça justifierait le fichage des enfants ? L'eugénisme ? Si le petit Armand qui suce son pouce en rêvassant dans sa poussette était un futur Fourniret et qu'on puisse s'en douter ? Bienvenue à Gattaca !

Enfin: vous souveniez-vous du logiciel Ardoise, ce merveilleux outil qui permettait (entre autres ) à la police de ficher des personnes homosexuelles ? Il a été dénoncé par un syndicat de policiers qui en craignait les dérives, et retiré de la circulation.

Qui doit-on remercier, pour Edvige ?

Et spécialement pour Varg: le crime n'est-il qu'un phénomène de classe ? (héhé)
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Varg le Dim 6 Juil - 16:35

Replay a écrit:Et spécialement pour Varg: le crime n'est-il qu'un phénomène de classe ? (héhé)

Oh non, et je n'ai jamais affirmé cela. La pulsion criminelle - du moins la propension à la violence envers sa propre espèce - est humaine, spécifiquement humaine d'ailleurs dans sa dimension (non contrôlée) mortelle (la propension à ficher les gens par contre est de classe, de classe dominante, peu importe qu'elle soit celle des propriétaires ou des pseudos avant-gardes du prolétariat).

La vraie question est peut-être celle de la différenciation sociale entre individus (ou groupe d'individus) nécessaire pour assurer la non-propagation de cette violence (qui repose alors, hypothèse inverse au sens commun, sur la trop profonde ressemblance entre les êtres) à l'ensemble de la société. Dans les sociétés à castes, cette différenciation (symbolique) était rattachée à une transcendance externe, sacrée, divine. Mais, le religieux ayant été dissout dans notre modernité, mission a été confiée à la science (et à la monnaie, mais c'est moins facile à expliquer/comprendre) de donner à présent sens au monde alors qu'elle même - mais elle ne l'avoue pas ou très peu - en est fondamentalement incapable.

Je ne suis pas certain non plus que l'état balbutiant des recherches et des connaissances sur le cerveau permettent d'affirmer que tel endroit plutôt que tel autre joue tel rôle mais je comprends l'intérêt qu'on a à le faire accroire.


Dernière édition par Varg le Dim 6 Juil - 17:16, édité 1 fois
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Replay le Dim 6 Juil - 17:00

Il y a en France, de nos jours, une minorité ethnique dont les origines françaises, pour beaucoup, remontent au onzième siècle environ. Jusqu'en 1969, ils avaient un carnet anthropométrique qui a été remplacé, non pas par une carte d'identité, mais par un carnet de circulation qui doit être visé toutes les trois semaines par un commandant de gendarmerie. Ce ne sont pas des sans papiers, non, ce sont des papiers spéciaux, ce qui constitue une injustice qui ne préoccupe pas grand-monde.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Replay le Mar 8 Juil - 13:04

Varg: "je ne suis pas certain non plus que l'état balbutiant des recherches et des connaissances sur le cerveau permettent d'affirmer que tel endroit plutôt que tel autre joue tel rôle mais je comprends l'intérêt qu'on a à le faire accroire."

Il y a longtemps qu'on connait le siège de telle ou telle fonction, activité, dans le cerveau! on s'en rend compte quand ces zones sont endommagées, détruites, non fonctionnelles.
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Varg le Mar 8 Juil - 15:32

Replay a écrit:Il y a longtemps qu'on connait le siège de telle ou telle fonction, activité, dans le cerveau! on s'en rend compte quand ces zones sont endommagées, détruites, non fonctionnelles.

Longtemps non... De plus, on sait que ces fameuses zones endommagées sont très souvent compensées par d'autres zones sans que cela puisse être expliqué. Et il suffit d'ailleurs de lire l'article amygdale sur le Wikipédia pour voir que cela n'est pas aussi simple que cela. Lire également l'extraordinaire La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit de Julian Jaynes qui, bien qu'ancien, propose un axe de recherche éclairant sur ce thème des compensations et sur le rôle respectifs des zones (en anticipation des découvertes de la science expérimentale). :-)

Egalement, très intéressant, le site de vulgarisation : Le cerveau à tous les niveaux


Dernière édition par Varg le Mar 8 Juil - 16:57, édité 3 fois (Raison : Ajout du lien vers le site Le cerveau à tous les niveaux)
avatar
Varg

Messages : 1263
Date d'inscription : 15/06/2008
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Replay le Mar 8 Juil - 17:45

Oui, pour les compensations, mais ces zones existent bel et bien. Quand une tumeur a endommagé une certaine zone du langage, par exemple, la personne pourra lire et écrire, mais sans mettre aucune signification aux mots qu'elle déchiffre. Certaines autres zones sont le siège d'inhibitions: atteintes , la personne n'aura plus de retenue, fera des avances sexuelles à ses enfants, à ses parents (alzheimer, épilepsie). Je veux bien scanner ces articles de Science et Vie.
Ce n'est pas pour ça, évidemment, qu'il faut croire à un fatum ni chercher à mettre en évidence un quelconque gène du crime. Je vais faire un tour sur tes liens
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par limbes le Lun 14 Juil - 0:09

Replay ça m'intéresse cet article sur l'empathie (d'autant que je connais pas mal de gens qui en sont manifestement dépourvus et qui n'ont a priori aucune amygdale lésée..)

Moi je crois comme Varg qu'il faut faire attention à une tendance quasi-idéologique mais souvent masquée d'une partie de la science, relayée par les medias, souvent conduite par des enjeux financiers colossaux, qui vise à réduire l'homme à des gènes, des neurones, des organes, voire des lésions...
Un homme est aussi une personne, il est le produit permanent d'interactions complexes qui ne cessent de le façonner, il s'inscrit dans une culture, une histoire, une éducation, un langage, des symboles.
Il y a certainement une donne initiale que la science peut ou pourra peu ou prou décrire, mais après, il y a le jeu lui-même. Si on oublie le jeu, on oublie l'être humain.
Ce qui est dangereux, ce n'est pas tant que la science décrypte, c'est qu'elle se prenne pour Dieu, sous la bénédiction des foules d'abord ravies (c'est pas moi, c'est mon gène) et sous l'oeil désespérément passif des hommes politiques trop anxieux de rater le train de la modernité pour ne pas se soumettre aux Experts de tout poil.
Cet engouement scientifique me semble faire écho à cette volonté grandissante de nos sociétés non pas d'expliquer ou de tenter d'approcher la complexité des choses, mais de tout maîtriser, normaliser, sécuriser, marchandiser, simplifier.

Je ne suis pas sûre qu'il faille laisser aux seuls scientifiques le soin de définir l'être humain...
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Replay le Lun 14 Juil - 20:32

Ok, Limbes, je branche mon scan et je t'envoie cet article.

Oui, pour ce que tu dis, mais on peut aussi soutenir l'inverse. Ou dire qu'il n'y a pas de quoi s'affoler. Ce n'est pas un péché contre l'être humain que de dire qu'il peut être mal fichu, malade, bancal de naissance.. Les localisations de zones du langage ou de zones affectées à telle ou telle fonction dans le cerveau, ce n'est pas de la phrénologie. Il n'y a rien de mal à tenter d'expliquer, de savoir, de chercher à comprendre.
Il y a quelque chose de si étrange (et de pas soignable) dans le cas de ce qu'on appelle les grands pervers, les gens qui sont absolument dénués d'empathie, que ce n'est pas absurde d'essayer de se poser la question: "et s'il y avait un truc à la base qui manque, qui ne fonctionne pas bien ?" sans que s'y collent des ombres de "solution du problème".
C'est aussi un forçage idéologique que d'écarter d'emblée toute hypothèse d'explication de défaillance autre que culturelle et politique. C'est la société qui fabrique les fous, les assassins et les pervers, changeons les rapports de force et tout ira bien, ayons confiance en l'homme et refusons d'en démordre. Comme si c'était trop douloureux, comme si c'était mal.

Les neurosciences ne sont pas forcément ennemies de la philosophie et de la psychologie expérimentale...
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par limbes le Lun 14 Juil - 23:59

Replay, je crois que je suis d’accord avec ce que tu écris. Ce que je voulais critiquer, c’est la manière dont certaines disciplines, à un moment donné, dans une société donnée, s’établissent en dogme, dans un mouvement de balancier historique (un coup tout est biologique, un coup tout est culturel et/ou social, un coup tout est psychologique etc.). C’est cette outrance qui me paraît simpliste et néfaste ; pas que la science trouve des choses, puisque c’est bien son objet que d’en chercher.
Il me semble juste que le champ de la réalité humaine ne peut être rétréci à un seul domaine, ou une seule version d’un seul domaine.
Par ailleurs, la science est un état des lieux à un moment T, elle avance par à coups, elle tâtonne, elle se réfute, elle n’est pas une, ni certaine absolument. Puis elle est aussi traversée par des préoccupations de rentabilité économique et d’honneur bien loin de l’objectivité absolue qu’elle revendique…
Pour toutes ses raisons, je crois que la science, n’importe laquelle, n’est pas une fin en soi. Qu’est-ce qu’on en fait ? Pourquoi ? Comment on la pense ? Comment on la décrypte ? Quel projet pour l’être humain ?

Par ailleurs, il y a sûrement des êtres bancals « dès le départ », mais bancals par rapport à quoi ? A quelle norme écrite ou non écrite ? Que doit-on être initialement pour être admis dans notre société ?
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Replay le Mar 15 Juil - 0:02

C'est ce que nous disent les personnages de Harry Crews !
avatar
Replay

Messages : 528
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par limbes le Mar 15 Juil - 0:04

Oui, c'est sûrement pour ça qu'ils me plaisent tant...
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Zona

Message par stalker le Jeu 15 Jan - 23:46

Dans sa critique, Varg précise que, formellement, ce film est moche. Je m'en tiendrai à l'aspect formel, puisque l'essentiel a déjà été dit au sujet du fond, des intentions, pour ne pas dire du message. Mais de ce point de vue là, je vous trouve bien unanimes, tout de même. Ce qui me questionne dans le phénomène que développe La Zona, c'est le "comment" nous en sommes arrivés là. Je repense au film Le village, par exemple, qui développe un schéma au fond similaire, mais qui aborde le propos sous un autre angle et n'engage aucune ethnie, ni classe sociale (ou indirectement) - laissant penser que le problème, la cause, ne se situent pas ici, mais ailleurs. Où ? La question est posée bien plus subtilement dans Le village, car La Zona nous mâche le travail de réflexion et nous n'avons plus, en tant que bons citoyens civilisés et moralement irréprochables, qu'à répondre "amen".

D'un point de vue formel, le film est médiocre, en effet. La réalisation, la mise en scène, tout comme la mise en lumière et le montage, sont loin d'inciter à poursuivre, d'autant qu'on sait très vite où veut en venir le film. Les comédiens semblent tirés d'une série TV mal dirigée et ne dégagent rien. Mais, même si tous ces éléments s'étaient associés pour rendre un film de qualité, le message n'en demeurerait pas moins évident, d'entrée de jeu.

La seule séquence intéressante, à mon avis, c'est la dernière. Elle est muette, filmée en plan fixe, elle a l'air tellement insignifiante - mais rejoint par ailleurs vos points de vue, tout en restant susceptible de les contrarier, en suggérant que c'est bien joli ces belles idées, mais qu'elles ne sont pas viables, ici bas, ici et maintenant. Et qu'il faut faire avec, parce que c'est le sens du monde à présent.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Zona - Rodrigo Plà (2007)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum