Hostel, chapitre 2 - Eli Roth (2007)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hostel, chapitre 2 - Eli Roth (2007)

Message par stalker le Mer 24 Nov - 14:01



Beth, Whitney et Lorna sont trois étudiantes parties prendre des vacances en Europe pendant l'été, avec la ferme intention de se rendre à Prague. Pendant un voyage en train pour le moins mouvementé, elles font la connaissance d'Axelle, une belle italienne, qui leur propose de l'accompagner en Slovaquie pour un week-end dans un établissement de cure. Attirées par cette offre, les trois jeunes femmes la suivent et tombent au coeur d'une horrible machination.

Ce chapitre deux s’annonce peu étonnant, sans réelle surprise dans sa trame, même si différentes scènes assez remarquables s’y incrustent ; même si le gore n’y apparaît pas seulement excessif, mais bien chargé de sens.
Précisément pas gratos.

De richissimes individus s’offrent des victimes à torturer. On leur met un lieu à disposition pour cela (un grand bâtiment industriel abandonné) et la victime en question, du premier choix : une étudiante. Et des outils de tortures, multiples, à la mesure de vos vices. Plus vous êtes riche, plus vous avez de chances de l’obtenir ; c’est une vente aux enchères organisée à distance via la téléphonie mobile. Plus vous êtes riche, plus vous serez méchant. Vous en aurez pour votre argent : vous allez pouvoir faire souffrir cette créature que vous avez achetée à prix d’or. En quelque sorte, plus vous l’aurez payée cher, plus vous aurez envie de lui faire mal.

Nous sommes donc dans la trame d’Hostel 1. Le même processus se reproduit, nous savons où le scénario nous mène, nous devinons assez facilement comment. Ce qui varie, ce sont les personnages et leurs statuts dans l’histoire : leurs provenances sociales. La question du pouvoir obtenu par la fortune est également au centre de ce chapitre 2. Si ce pouvoir ne tient qu’aux chiffres, et non à l’intelligence, alors il pourrait bien se retourner contre vous (par exemple lorsque votre propre victime s’avère plus riche que vous).

Le début du film (presque la première moitié, en fait) pourrait paraître long, d’autant qu’on sait où l’on va, alors pourquoi s’attarder comme ça sur l’introduction ? Mais ce début interroge à différents niveaux ; il semble conçu pour nous interroger nous-mêmes, spectateurs. Pour nous dire : si vous aviez la possibilité de torturer l’un des personnages de ce début de film, lequel choisiriez-vous ? Nous avons l’embarras du choix. Le scénario a soigné ses profils. Gros débile, minable crétin, machiste puant, j’en passe…

Hostel 2 pourrait illustrer aussi cette phrase, que j’avais employée aussi dans la chronique du film Vorace sur le forum : Le capitalisme est la forme la plus aboutie du cannibalisme.
Elle sonne assez juste. Eli Roth a choisi le genre gore pour l’exploiter. Premier ou second degrés, au choix. La touche Tarantino (le producteur) apparaît aussi vive et discrète que dans le chapitre 1 d’Hostel ; plusieurs clins d’œil apparaissent (les mêmes, distribués autrement). Roth et Tarantino semblent nous dire : on a oublié de vous dire certains trucs importants dans le 1, alors on vous a concocté un 2. Vous êtes prêts ?

.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum