Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par txoa le Mar 2 Nov - 1:33



Fritz Brown est un détective privé spécialisé dans la récupération de voitures dont les traites sont impayées. Jusqu'au jour où un caddy obèse l'engage pour surveiller sa jolie soeur ; elle vit en compagnie d'un homme qui pourrait être son père. C'est alors que Brown plonge dans l'univers noir et désespéré des bas-fonds californiens.

Brown's Requiem est le premier roman de James Ellroy.


Brown's Requiem s'inscrit dans la tradition du Hard boiled américain (californien même), sous genre qu'Ellroy abandonnera par la suite. Mais, fantaisie de l'auteur, le privé se retrouvera à enquéter sur son client, un fou furieux.
C'est assez curieux parce que on ne peut s'empêcher de chercher dans cette première oeuvre les prémices de ce qui fera la réputation de l'auteur: la violence, la noirceur, la folie de L.A, le désespoir des hommes, le réalisme cru. Il y a tout ça, déjà, dans Brown's requiem, mais c'est encore balbutiant, comme bridé. On sent que Ellroy se cherche. Brown annonce le héros Ellroyen: ancien flic alcoolique, il apparaît tour à tour violent, cynique, sentimental, moraliste, amateur de musique romantique, en recherche de rédemption, paranoïaque.
Ellroy, à la réputation d'écrivain réactionnaire (en partie fausse à mon sens), fait presque de "Brown's requiem" un roman de gauche. Il y a une compassion pour ses personnages qu'on ne retrouvera plus par la suite. Il est bienveillant avec la contre culture californienne, avec des personnages que plus tard dans son oeuvre, il noircira (Cf. le richissime Kupferman. Il n'y a pas encore le "no one is innocent" qui le caractériseront ultérieurement). Même le pire des criminels apparait ici comme une victime. La narration à la première personne confère au roman une subjectivité qu'on ne retrouvera plus guère que dans "un tueur sur la route" mais pour une raison différente et presque inversée (se mettre dans la peau d'un tueur en série).
Je ne sais pas si ce que raconte Ellroy sur le milieu des caddies et des golfs de L.A colle à la réalité, mais il décrit un milieu symbole de tous les excès et les contrastes de L.A, où la plus vulgaire des opulences côtoie la plus grande des misères, où les caddies sont vus comme le lumpenprolétariat de ces messieurs de la Haute.
Au niveau du style, Ellroy n'a pas encore atteint sa plénitude; c'est un peu brouillon, pas encore très personnalisé mais malgré tout c'est un roman d'Ellroy et on sent les prémices d'un style en devenir.
De toutes façons, même un roman moyen d'Ellroy est un grand roman noir mais ce n'est peut être pas celui qu'il faut lire en premier ou alors en se disant qu'on en lira d'autres.

Une adaptation de "Brown's Requiem" a été réalisée il y a quelques années. Paraît il c'est un navet.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par Ernest Kurtz le Mar 2 Nov - 9:18

Il y a trop longtemps que je l'ai lu pour pouvoir vraiment argumenter, mais les commentaires de txoa me semblent très très justes. Tout à fait d'accord avec l'idée que c'est à la fois pas encore du Ellroy, mais déjà du Ellroy. Bon, et puis si tous les premiers romans étaient de ce niveau.
Pour ce qui est du milieu des caddies de golf à Los Angeles, j'inciterais volontiers à lire le très bon roman noir de Pete Dexter appelé Train. Je sais, a priori, le golf, on s'en fout, mais concernant ce bouquin, on aurait tort...
avatar
Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par Chewie le Mar 2 Nov - 11:21

Oui, c'est une analyse qui me semble très juste également.

Brown's Requiem contient déjà beaucoup d'éléments significatifs chez Ellroy (facilement identifiables a posteriori) mais qui nécessitent encore une certaine maturation (le personnage du flic ancien alcoolique est un cliché du genre, le style est ici encore embryonnaire, assez loin de ce qu'il deviendra par la suite...).

C'est un premier roman authentique, où l'on sent poindre le grand auteur, le page-turner formidable, la noirceur implacable, à travers quelques petits errements "de jeunesse".

Ce qui m'a aussi frappé, c'est qu'Ellroy parle dix ans avant tout le monde de tueur sexuel sadique. Là encore, c'est la patte du "grand".
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par Manuel le Mar 2 Nov - 11:51

Ernest Kurtz a écrit: Je sais, a priori, le golf, on s'en fout,
Le golf, peut-être, mais pas le base-ball : les Giants de San Francisco viennent de gagner le championnat en battant les Rangers du Texas (ah, vous vous en foutez aussi ? Tant pis, on parlera de pétanque).
avatar
Manuel

Messages : 311
Date d'inscription : 23/04/2009
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://manuelruiz.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par edmond Gropl le Mar 2 Nov - 11:53

Un autre avis lu ces jours ci:Clique la dessus[img]
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par txoa le Mar 2 Nov - 14:20

"Train" est un roman formidable, comme tous les romans de Dexter que j'ai lu, d'ailleurs (ça se limite à un autre, "paperboy")
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par Ernest Kurtz le Mar 2 Nov - 17:14

Pas lu Paperboy, mais lu Deadwood en revanche. Mais je suis passé complètement à côté, l'ayant lu juste après m'être fait toutes les saisons de série éponyme. Tiens, ça me fait penser que j'ai God's pocket en attende depuis bien longtemps. Va falloir aller y voir.
avatar
Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brown's requiem - James Ellroy (1981, Rivages 1988)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum