Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par edmond Gropl le Mer 22 Sep - 20:25



Retraité précoce, un fonctionnaire rencontre une jeune femme par petite annonce et l'emmène vivre dans une ferme de Sologne.
Mais le fils qu'elle a déjà, sous des dehors charmants, est une petite frappe inquiétante et perverse.
Elle-même...
- En somme, vous êtes heureux ?
- C'est un grand mot...
- Elle paraît gentille. Peut-être un peu trop, non ?
Dans un climat d'érotisme et de peur, de cupidité et de haines contenues, Frédéric Dard nous montre, avec sa cruauté baroque jusqu'où peut conduire l'asservissement sexuel.
Et c'est terrible.


Ce résumé est chipé sur le site fleuve noir. Ca n'est pas le résumé publié en 4° de couv. de ma version de 1978 lequel est : Mina m'a pris la main et l'a pressée avec force. Cette brutale caresse est entrée en moi comme un aiguillon de feu.

La photo de L'édition originale vient du site de Papy Dulaut, bouquiniste vers Toulouse spécialisé dans le polar qui a l'époque ou je l'ai rencontré (une quinzaine d'année) ressemblait au chanteur de ZZ top.

Etant invité au festival de Cognac du polar dont le thème principal sera l'oeuvre de Frédéric Dard, je vais en lire ou relire quelques uns, histoire d'être en phase.

j'ai adoré Frédéric Dard dans mon adolescence, du moins ses livres (parce que lui...je sais pas trop), c'est certainement lui (avec G.J. Arnaud et d'autres du gang fleuve noir) qui m'ont poussé vers le genre noir.

Trente ans plus tard, évidemment ça a vieilli, ça a pris la poussière.
Le héros, après quelques années en Afrique rentre en France suite à une indigestion de nègres. Je sais pas qui dirait ça comme ça. (enfin j'ai bien une idée). D'un autre coté, c'est explicite et Frédéric Dard ne fait pas dans la dentelle. (mais ca ne me le rend pas sympathique pour autant)

Une fois dépoussiéré, ça se révèle un polar à l'intrigue fastidieuse mais l'efficacité du style de Dard nous ferait avaler n'importe quoi. Ce style, en revanche, n'a pas pris une ride. Avec 300 mots de vocabulaire (comme il le disait lui même, les autres il les a inventé), il parvient a me happer dans cette histoire un peu vieillotte et tirée par les cheveux. Il a l'art au détour de quelques paragraphes, d'envoyer des missiles noirs à pointe radioactive, des missiles qui touchent leurs cibles. Je reste admiratif.

Je sais pas si parmi les amateurs de Dard, celui-ci est considéré comme un bon ou un moyen Dard.

J'ai quand même trouvé une similitude avec "la fille de Nulle part" de F. Brown, paru en 1951, c'est une similitude de lecteur.


Dernière édition par edmond Gropl le Mer 22 Sep - 20:46, édité 1 fois

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par stalker le Mer 22 Sep - 20:36

Papy Dulaut est une mine de connaissances, en particulier de la période en question et des collections poussiéreuses qui la caractérisent.
Il a un site que je vous recommande : http://www.papy-dulaut.com/

Gropl, aurais-tu la couverture du roman en question en plus grand format ? Elle est trop petite pour le bandeau...



Dernière édition par stalker le Mer 22 Sep - 21:45, édité 1 fois

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par edmond Gropl le Mer 22 Sep - 20:47


edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par stalker le Mer 22 Sep - 21:02

Fameux...

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par Manuel le Jeu 23 Sep - 11:04

Je ne connais pas. Parmi les "Dard non-San Antonio", mon préféré est "On n'en meurt pas", un polar qui se passait dans les milieux de la boxe. Il m'avait mis KO, c'est le cas de le dire. Je m'en suis d'ailleurs (très vaguement) inspiré pour mon histoire sur le base-ball.

Il y avait aussi celui (j'ai oublié le titre) dans lequel un mari découvrait que sa femme le trompait et lui écrivait des lettres anonymes.

Manuel

Messages : 311
Date d'inscription : 23/04/2009
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://manuelruiz.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par edmond Gropl le Ven 24 Sep - 2:25

Je rajoute quelques considerations :
- Je n'ai pas cessé de penser, durant la lecture au roman de F. Brown "la fille de nulle part". Ces deux romans utilisent le même décor (une maison où il s'est passé des choses, (la même chose dans les deux livres), le même personnage central (un type à la dérive) et il y a dans les deux une femme à personnalité trouble.
Ensuite les deux auteurs traitent le sujet de manière totalement differente et ça donne un chef d'oeuvre de la littérature chez Brown, et chez Dard, un chef d'oeuvre de sous littérature. (c'est pas pejoratif, c'est juste qu'il a du mettre trois semaines à l'ecrire et on sent bien que c'est fait à la va vite, qu'il y a des contraintes de temps et d'espaces, tant de pages, tant de chapitres, tant de livres à ecrire dans l'année etc..)

Alors ce qui est tres fort chez Dard, c'est que tout tient par son ecriture. J'ai l'impression que tout les personnages(de ce livre) ont déjà disparus. Il y avait tres peu de description psychologique, rien qui fasse qu'on puisse vraiment d'attacher aux personnages, l'enchainement des situations est improbable, ecrit par un autre, ca ressemblerait a un scénario de telefilm, mais ecrit par Dard, ca devient un recit totalement dévastateur. Tout ça avec trois cents mots et quasiment aucun artifice de style ou de surexploitation de quoi que ce soit.


edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par limbes le Ven 24 Sep - 3:08

Le dernier que j’ai lu de lui, assez récemment, c’est celui-là (essentiellement pour le titre, je dois dire):



Et il m’a fortement intéressé, peut-être aussi parce qu’il a une histoire étrange (la fiction précède voire organise la réalité… je vous laisse chercher)

Sinon, mon père en avait pas mal, et j’ai souvenir d’avoir pensé que c’était vraiment chouette, de faire ce qu’on voulait avec les mots, un truc un peu ludique, désacralisé (il disait noir sur blanc des trucs qu’il n’y avait dans aucun livre, ailleurs… ça me fait penser à mon fiston qui, lisant un bouquin d’Oppel pour la jeunesse m’a dit c’est super, il dit des gros mots, dedans)

Pour moi c’est un auteur plutôt important, en fait, sous des dehors primitifs

limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par txoa le Ven 24 Sep - 9:00

A moins qu'il ne soit un auteur primitif sous des dehors importants. Un peu comme Michel Audiard, franchouillardement incontournable, littérairement insignifiant.

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par edmond Gropl le Ven 24 Sep - 11:00

txoa a écrit:A moins qu'il ne soit un auteur primitif sous des dehors importants. Un peu comme Michel Audiard, franchouillardement incontournable, littérairement insignifiant.

J'ai hésité à utiliser ce terme "franchouillard", il y a une franchouillardise latente dans ce livre. Là est peut-être une des caracteristiques de son talent (en dehors du style), aller chercher des trucs tres malsains dans l'inconscient collectif français et les mettre en scène dans des dramaturgies à suspense, (et en évitant de donner des leçons). Dans ce livre, les pulsions criminelles du narrateur sont tres profondes, tres ancrées dans l'histoire française. Le seul, d'après mes lectures et mes lacunes qui arrive à ce degré, c'est G.J. Arnaud. (que je comparerais en terme d'importance polardeuse) Pierre Pelot aussi, certainement d'autres.






edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cette mort dont tu parlais - Frederic Dard (1957)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum