Le dernier match - John Grisham (2003)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le dernier match - John Grisham (2003)

Message par txoa le Dim 22 Aoû - 0:49

Eddie Rake va mourir. Pendant trente ans, il a été le coach de l'équipe de foot du lycée de Messina, petite ville du sud des Etats-Unis. Tandis que la nouvelle de son agonie se répand, les joueurs qu'il a entraînés au cours de sa longue carrière reviennent en ville en prévision des funérailles. Ils se souviennent alors de leurs belles années qui furent aussi les plus dures de leur vie. Et une question surgit : faut-il aimer ou haïr Eddie Rake ? Lui doivent-ils le meilleur ou le pire de leur existence ? Dans le stade vide de Messina où ils se sont donné rendez-vous, Nelly, Nat, Jesse et les autres seront transformés par ce 'dernier match'.

Recommandé par Chewie.
Je ne suis pas amateur des histoires d'avocats, de multinationales et autres complots de cols blancs, c'est pourquoi je ne connais rien de Grisham. Mais là, il s'agit bien d'autre chose, d'un court roman émouvant où on a l'impression que Grishalm se laisse aller à parler de lui, de sa jeunesse, de ces petites villes du sud des USA encore empreintes de ségrégations et de préjugés, entièrement dévouées à une équipe de foot de jeunes lycéens. Les souvenirs affleurent, les blessures de jeunesse aussi, les regrets avec, de façon émouvante.
Nombre d'entre nous qui ont pratiqués un sport à un niveau moyen de compétition ont connu de ces personnages durs, terribles, tyranniques, injustes. C'est mon cas. Et comme le personnage du roman, en tant qu'adulte, je ne sais toujours pas quoi penser d'eux.
Eddie Rake a été terrible, un esprit d'adjudant appliqué à des ados, "marche ou crève" fut son credo tout au long de sa vie, jusqu'à l'aveuglement s'apparentant à de la saloperie jusqu'au boutiste, jusqu'au drame. Mais Eddie Rake fut aussi un homme qui imposa les noirs dans l'équipe et dans la vie adjacente de celle ci dans une ville du sud marquée par le racisme, il fut aussi un homme de tolérance envers l'homosexualité de l'un de se joueurs ce qui permit à celui ci de continuer à vivre là.
Un bon roman, sincère et attachant, qui n'a d'autre ambition que de nous accrocher avec des questions qui demeurent sans réponse et c'est très bien comme ça, ça s'appelle l'être humain et il est très complexe. Et accessoirement, on pénètre par la petite porte au coeur d'une ville US, on explore son fonctionnement communautaire, ça aide à la compréhension de ce pays complexe.

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum