Dérive mortelle - Hans Horn (2006)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dérive mortelle - Hans Horn (2006)

Message par stalker le Sam 12 Juin - 0:03

Un groupe d'anciens camarades de lycée se retrouve en croisière pour un week-end festif à bord d'un somptueux yacht. La chaleur et le champagne aidant, ils décident de piquer une tête pour se rafraîchir. Mais ils ont oublié de déplier l'échelle et il leur est donc impossible de remonter à bord. Le courant les éloigne et pire encore, la jeune maman de la bande, Amy, a laissé son bébé seul sur le bateau. Alors que la fatigue et la panique gagnent le groupe, le week-end de rêve vire définitivement au cauchemar.



L’ouverture présente des bouts de vidéo filmée cinq ans auparavant par des étudiants en vacances. Ils sont entre eux, c’est la joie, la vie est belle. Une bande de jeunes crétins, en fait, à l’humour naze et gras. Difficile de faire plus lamentable. Prochain arrêt : la débilité mentale. Belle ouverture. Quand on a lu le synopsis, on n’attend qu’une chose : que des requins leur règle leur compte.

Cinq ans plus tard, donc, la bande se retrouve, agrémentée de nouveaux membres. L’une des filles emmène son compagnon (qui n’a pas la gueule de petit minet des autres) et leur fille, âgée de quelques mois. L’un des minets (qui a toujours su qu’il serait millionnaire avant 30 ans) est accompagné de sa petite amie du moment, qui n’est pas si stupide qu’elle en a l’air, puisqu’elle sait lire l’heure.
En avant pour une balade à bord d’un yacht : le Godspeed. Il y a de l’alcool, de la musique, du soleil et des nanas en maillot de bain. On n’est pas aussi débile qu’il y a cinq ans, mais il reste des traces, tout de même.

Le synopsis l’indique : tous vont se retrouver à l’eau (sauf le bébé), mais l’échelle n’est pas dépliée. Le défi est ici : tenir un peu plus d’une heure avec six personnes à la flotte, qui s’épuisent peu à peu, cherchent une solution pour atteindre le pont, espèrent qu’un bateau va passer dans les parages et les localisera, s’agacent, s’emportent.
Il n’y a pas de requin dans ce film. Il y a juste une coque de bateau, lisse à souhait, et pas une seule prise pour remonter à bord. L’heure s’écoule et on attend de voir dans quel ordre les membres de la bande vont disparaître, et qui va s’en sortir. Toujours un peu la même histoire, au fond. Reste à voir comment elle est organisée.

On se serait passé des souvenirs d’enfance traumatisants de Amy, la mère du bébé, qui occasionnent des flash-back ennuyeux et permettent de boucler le film de façon assez pathétique. Il y a néanmoins quelques scènes réussies, et une tension indéniable, mais qu’on a déjà ressentie dans d’autres films. On la ressentira encore, à coup sûr. Le filon n’est pas épuisé. Espérons seulement que dans cette masse de productions oubliables parviennent à se glisser de temps à autres des films étonnants.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum