Paranormal activity - Oren Peli (2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paranormal activity - Oren Peli (2009)

Message par stalker le Lun 31 Mai - 4:35

Katie est poursuivie depuis son enfance par un esprit ou un démon. Durant son sommeil celui-ci se manifeste à elle de différentes façons. Installée depuis trois ans chez Micah son petit ami, ce dernier décide de filmer la vie du couple jour et nuit afin de chasser cette manifestation qui hante Katie depuis des années.



Huis-clos, caméscope numérique, budget dérisoire. Le film a été tourné en vingt jours dans l’appartement du réalisateur. On m’avait prévenu que l’intérêt de Paranormal activity, à l’instar du Projet Blair Witch, c’est qu’on ne voyait rien. Ce qui sous-entendait qu’aucune manifestation inquiétante ne prenait forme au cours du film. C’est bien le cas, et il faut admettre que c’est efficace. Nous sommes aux antipodes de The grudge, dont je parlais tout récemment, et qui se déroule de même dans une banale maison, en centre-ville. Paranormal activity a lieu dans un vulgaire pavillon.

Ailleurs sur le forum, nous parlons de peur, d’effroi et de terreur, et le fuseau débute par : Une question toute simple : qu'est-ce qui vous fait peur ? Dans les bouquins, les films, la vie... enfin en général ?
C’est un peu la question que nous pose le film (qu’on se pose) pendant une heure et vingt minutes, à de nombreuses reprises. Tout commence timidement, par un détail de rien du tout, puis une deuxième manifestation étrange survient et nous avons déjà compris que jusqu’à la fin la situation va empirer. D’où cette question : que nous réserve le scénario la prochaine fois ?
Nous sommes vissés à l’image, elle est fixe, nocturne : une chambre où dort un couple. Le compteur de la caméra tourne, nous attendons. Et ça survient, et ça empire. Et on ne voit pas grand-chose, mais ça fonctionne : Qu’est-ce qui est susceptible de me faire peur dans cette image fixe au cours des secondes qui suivent ?

Filmé avec des bouts de ficelles et deux comédiens tout à fait crédibles dans leurs rôles, mais surtout bâti sur des idées et des observations. Tout se déroule à l’intérieur de ce pavillon et simultanément dans nos têtes. Et si nous sommes très loin d’une super-production, en revanche nous sommes très près du film lui-même, ou inversement. Le caméscope familial n’y est pas pour rien, c’est un outil intime, tout comme la qualité sonore, brute de chez brute, vient encore supprimer des distances entre soi et le film. D’autres distances tombent grâce aux mouvements manuels du caméscope, aux incidents techniques, à l’absence de mise en lumière extérieure à l’outil. Les personnages sont jeunes, en bonne santé, ils possèdent du beau matériel hi-fi, vidéo et électroménager (et une belle bagnole coupée décapotable) ; Katie est étudiante en anglais (elle aime bien fabriquer des colliers en perle) et vit depuis trois ans avec Micah qui est trader en free-lance (et possède un humour assez plouc). Quelque chose d’extérieur vient ravager la vie ordinaire de ce gentil petit couple normal qui avait tout pour être heureux.

Les intentions du réalisateur étaient les suivantes :
réaliser un film qui symbolise la tendance du cinéma de genre de la génération actuelle, tout comme on a dit qu'après Psychose, on ne pourrait plus jamais prendre de douche, ou qu'après Les Dents de la Mer ou Open Water, on ne pourrait plus nager dans la mer, ou encore qu'après Le Projet Blair Witch on ne pourrait plus camper dans les bois. Je me suis dit qu'on ne pouvait pas ne pas dormir dans sa maison. Par conséquent, si j'arrive à faire en sorte que les gens aient peur de se retrouver chez eux, j'aurai réussi mon coup.
(Wikipedia)

A chacun de voir.


Dernière édition par stalker le Lun 31 Mai - 4:44, édité 1 fois
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paranormal activity - Oren Peli (2009)

Message par stalker le Lun 31 Mai - 4:39

Une distance supplémentaire tomberait si les phénomènes effroyables n'étaient pas d'ordre irrationnel.
A méditer.

Et la production de Paranormal activity 2 est en cours, il semblerait.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paranormal activity - Oren Peli (2009)

Message par limbes le Lun 31 Mai - 17:44

Je me demande s'il n'y a pas quelque chose qui joue beaucoup, sur le fait d’avoir peur, qui est le fait qu’on pense qu’on va avoir peur. Je veux dire, un tel titre, une telle affiche, une telle bande –annonce (il me semble bien que c’est pour ce film qu’on voit les gens hurler dans leurs fauteuils de ciné) fait qu’on est dans une telle attente, qu’à la limite, il n’est presque pas nécessaire qu’il se passe quelque chose (enfin disons trois fois rien pourrait suffire, ce serait peut-être même encore plus flippant, que ce soit un film « normal », derrière les effets d’accroche). C’est presque plutôt la prévision de la peur, qui fait peur, et nos tendances paranoïaques à voir le mal partout, plutôt que la confrontation directe à quelque chose qui fait effectivement peur. Souvent, confronté à une peur réelle non prévisible, on affronte relativement les choses, il me semble (on est parfois étonné de soi).

Et il y a parfois des états préalables, dans lesquels on peut se mettre, volontairement ou pas, qui font que tout, absolument tout, peut devenir objet de terreur. Comme s’il n’y avait pas d’objets de peur en tant que tel, mais simplement un conditionnement d’être qui induira la peur. Certains films savent nous mettre dans cet état préalable.

Et beaucoup de ces films fonctionnent sur le dérèglement progressif de situations qui ont l’air normales voire heureuses et tranquilles ; comme si la peur ultime, c’était celle de l’instabilité, de la perte de repères et des habitudes qu’on a du monde perçu d’une certaine manière (la nôtre) et cette manière se décompose, ne tient plus la route, n’est plus adéquate. Je me dis que c’est une peur qui renvoie à la peur de se perdre ; de perdre le monde et soi dans un même mouvement, dans le prolongement de ces contes atroces qu’on aime tant, petit, où les parents pauvres perdent leurs enfants dans la forêt. Et le soulagement qu’on éprouve à la sortie d’un film de ce genre n’est que la reconnaissance que le monde autour de soi n’a pas changé et qu’on y a toujours sa place..

C'est pour ça que les plus fortiches, à mon avis, ce sont ceux où on n’est pas soulagé, à la fin, quand l'écran s'éteint.
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paranormal activity - Oren Peli (2009)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum