La foire aux monstres - Berni Wrightson et Bruce Jones (1984, Albin Michel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La foire aux monstres - Berni Wrightson et Bruce Jones (1984, Albin Michel)

Message par stalker le Dim 30 Mai - 16:19

Allemagne, 19ème siècle - Un homme, Valker, recueille dans sa roulotte toutes les personnes victimes de malformations physiques. Une jeune femme trouve également refuge chez lui. Il se prennent d'affection l'un pour l'autre et sont sur le point d'avoir un enfant quand le vieux démon de Valker, l'alcool, le rattrape et lui fait commettre l'irréparable…



C’est l’époque où les cirques débarquent dans les villes, exhibant créatures humaines difformes, hommes-troncs, femmes à barbe et autres freaks. Clak clak clak clak font les roulottes sur le pavé des cités, avant de s’immobiliser sur une place où, sans tarder, la population accoure, friande de curiosités, prête à jeter quelques pièces de monnaies afin que le rideau s’ouvre et révèle le spectacle.
Nous avons tous en tête Freaks, de Tod Browning, et Elephant Man, de David Lynch.

C’est un conte noir. Le synopsis est assez simple : sur cette place publique où il pleut abondamment, un personnage s’apprête à dévoiler un monstrueux spectacle à une foule de badauds agglutinés autour de sa roulotte. Mais, auparavant, il leur raconte une histoire : c’est tout l’objet de l’album. A la fin, nous reviendrons au présent et le spectacle, abominable, sera dévoilé.

C’est avant tout l’histoire de Valek, comme le précise le synopsis, qui se révèlera plus monstrueux encore que ses propres monstres de foire. C’est ce que l’album envisage de nous dire, un peu maladroitement par moments, de façon plus ou moins crédible, en fonction des séquences du récit. Mais c’est bien de morale dont il s’agit : le monstre ne réside pas nécessairement là où l’on croit, mais parfois là où on ne l’attend pas, là où on le renie, c’est à dire en nous-mêmes.
Les faiblesses de la forme narrative (en partie dues à la traduction, je pense) ne gâchent en rien l’univers graphique et l’atmosphère de cet album, très noir, troublant, qui marque. Pièce rare, non rééditée, on doit néanmoins pouvoir le dégoter chez certains libraires, avec un peu de chance.

Et si l’univers des freaks vous intrigue, je vous recommande la visite du blog d’Alexis Horellou, qui offre de nombreuses illustrations sur ce sujet : ici


stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum