La colline a des yeux - Alexandre Aja (2006)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La colline a des yeux - Alexandre Aja (2006)

Message par stalker le Lun 24 Mai - 16:03



Pour fêter leur anniversaire de mariage, Big Bob Carter, un ancien policier de Cleveland, et sa femme Ethel ont demandé à leur famille de partir avec eux en Californie. Big Bob est sûr que faire la route tous ensemble les aidera à resserrer des liens familiaux un peu distendus.
Même si tout le monde vient, personne n'est vraiment ravi d'être là. Lynn, la fille aînée, s'inquiète du confort de son bébé. Son mari, Doug, redoute de passer trop de temps près de son beau-père. La jeune Brenda regrette de ne pas être allée faire la fête à Cancun avec ses amis. Et Bobby ne s'intéresse qu'aux deux chiens de la famille.
Une route désertique va conduire les Carter vers le pire des cauchemars...


Ce remake a été produit par Wes Craven, qui a réalisé la première version en 1977. A l’époque, Craven avait écrit, réalisé et monté son film. Je n’ai pas encore vu la version de 1977 et je ne connais aucun autre film d’Alexandre Aja (Piranha 3-D, Mirrors, Haute tension…). Je vais tacher de combler ce manque.
Et n’ayant pas vu la version de 1977, me voici bien forcé d’isoler celle de 2006 pour la considérer.

La séquence d’ouverture, puis le générique, donnent le ton. Cette histoire se déroule dans un désert de caillasse où on ne croise personne. Il fait très chaud. Mais il y a une station service, tenu par un vieux édenté, au comportement suspect, qui parle tout seul, ou plutôt s’adresse à un certain Jupiter.
C’est ici que la famille Carter fait une halte. Un 4x4, une longue caravane, sept humains, dont un bébé, et deux berger allemands à bord. On sait déjà ce qui va se passer, soit parce qu’on a vu la version de 1977, soit parce qu’on a lu des articles sur le film, ou simplement parce que La colline a des yeux est considéré comme un film culte dans le genre, dont chacun connaît le synopsis.
On sait ce qui va se passer, mais reste à savoir comment.

Tout au long du film, le principe du titre sera repris par la caméra : les lieux sont dotés d’yeux. On n’est pas seul ici, dira plus tard le jeune Bobby. La région est marquée par l’histoire : des essais nucléaires y ont eu lieu au début des années 70 ; des familles entières de mineurs ont refusé de quitter leur cité à cette époque. Quarante années plus tard, dans la station service, le vieux édenté dira : Il ne fallait pas faire d’enfants.
Quarante années plus tard, on possède des téléphones mobiles qui ne captent aucun réseau depuis cet endroit désertique inquiétant ; sur cette route de terre qui, soit disant, était un raccourci pour rattraper l’autoroute.
Quarante années plus tard, Alexandre Aja dispose de moyens techniques qui auraient pu lui permettre de gaver son film d’effets spéciaux, mais à quoi bon ? Tout fonctionne sur un savoir-faire élémentaire en terme de mise en scène, de maîtrise de caméra, de direction d’acteurs et de montage. Inutile d’en rajouter. Inutile par ailleurs de peupler le film de monstres insensés, puisque l’Histoire a déjà générés des humains suffisamment monstrueux, bien mieux en mesure de nous terroriser que n’importe quelle créature globuleuse et rampante.

En terme de réalisation, le film est réussi. On n’est pas en présence d’un remoulage surfait à l’attention des foules friandes de spectaculaire-plein-les-yeux. Seules quelques invraisemblances se glissent par endroits, ainsi que des scènes prévisibles, mais qui appartiennent aux codes du genre horrifiant. Des faiblesses sur lesquelles on peut choisir de passer, mais sur lesquelles on peut aussi buter.

Un décor a particulièrement retenu mon attention : une sorte de carrière dans laquelle des dizaines de véhicules ont été entreposés, tous abandonnés, plus ou moins carambolés et anciens. Un deuxième est, à mon sens, mal exploité : le village des mineurs, sur lequel le réalisateur passe un peu trop vite pour s’attarder plutôt sur l’intérieur des masures.

Au programme, dès que possible : la version de 1977.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La colline a des yeux - Alexandre Aja (2006)

Message par stalker le Lun 24 Mai - 16:05



Trop peu de vautours dans ce film. Un seul, à vrai dire. Sans doute parce que ces charognards ont des rivaux, mais tout de même.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum