Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par Chewie le Ven 21 Mai - 20:03



Gene Morgan est né de père inconnu et de mère prostituée, qu'il na plus revu depuis l'âge de onze ans. Il vit de petits boulots de manoeuvre dans le Sud profond des Etats-Unis après la première guerre mondiale, trimballant son mal de vivre et une rage intérieure malsaine.


Ce premier roman de Caldwell, aussi bref qu'intense, est considéré comme l'un des fondateurs du roman noir américain, aux côtés de Moisson Rouge de Hammet et de Le Petit César de W.R. Burnett, tous trois publiés en 1929.

Pour les puristes, disons d'emblée qu'il ne s'agit pas d'un authentique roman noir puisqu'il s'il comporte des crimes, il n'y a aucune forme d'enquête, ni aucune volonté d'entretenir un quelconque suspense. C'est plutôt un roman naturaliste et moderne, avec une tension et une sexualité exacerbée sur fond de peinture sociale sans concessions des couches les plus populaires de la société sudiste.

La narration est extrêmement tendue (le roman fait moins de 150 pages, préface et postface incluses), pas toujours équilibrée (un changement radical surgit de façon un peu incongrue dans la dernière partie), on sent l'auteur qui manque encore de maturité littéraire mais la force de frappe est telle qu'on ressort de la lecture un peu sonné, légèrement déboussolé.

Bien sûr, en 2010, tout cela est bien loin et la lecture du Bâtard n'apporte rien de particulier mais ce bref cri de révolte mérite un coup d'oeil, ne serait-ce que par son intérêt historique en tant que précurseur.



La précédente couverture au LdP

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par edmond Gropl le Sam 22 Mai - 11:34

C'est un de mes ecrivains favoris, c'est la première fois que je lis qu'il est considéré comme un des "pères" du roman noir. C'est ce que je crois mais ou as tu lu ça?

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par Chewie le Sam 22 Mai - 16:26

Bonjour Edmond,

J'ai été mis sur la piste d'Erskine Caldwell par ces deux articles :

http://noirfiction.info/

(deuxième page du lien What is Noir ?)

Ici, le bloggeur parle de Charles Williams et de son Bye, bye Bayou dans ces termes : "River Girl also is a classic example of backwoods noir, which uses an Erskine Caldwell type setting to heighten the sexual overtones of the story. "

http://www.allanguthrie.co.uk/pages/noir_zine/articles/200_noirs.php

Là, l'auteur écossais cite directement Le Bâtard dans sa liste des meilleurs romans noirs (tout en précisant bien la subjectivité de la chose).

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par edmond Gropl le Sam 22 Mai - 18:36

Enfin une liste qui inclue Charles Willeford et Andrew Vacches.

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par M.L. le Lun 24 Mai - 18:40

Avec Poor fool, publié en 1930, peu avant de connaître le succès, The Bastard est écrit avec les couleurs les plus virulentes qui marqueront la manière de Caldwell de traiter (et même de fonder, avec d'autres) le genre "noir", ça ne fait aucun doute (l'histoire a retenu Hammett, mais Caldwell - ou sa descendance, je ne sais plus exactement, peu importe - a longtemps reproché à Hammett de s'être fortement inspiré de ses textes. En plus des classiques, je tiens Jenny toute nue et Le doigt de dieu pour les meilleurs romans noirs jamais écrits. Peut-être notamment parce qu'ils sont d'une troublante actualité, des décennies après avoir été publiés. A lire et à relire.

M.L.

Messages : 3
Date d'inscription : 22/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par edmond Gropl le Mar 25 Mai - 9:51

M.L. a écrit:A, mais Caldwell - ou sa descendance, je ne sais plus exactement, peu importe - a longtemps reproché à Hammett de s'être fortement inspiré de ses textes.


Hé Hé...
Mais d'ou tenez vous toute ces informations..

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par M.L. le Mar 25 Mai - 10:42

Je crois avoir entendu ça de la bouche de C. Mesplède.

M.L.

Messages : 3
Date d'inscription : 22/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par Manuel le Mar 25 Mai - 10:42

M.L. a écrit:(l'histoire a retenu Hammett, mais Caldwell - ou sa descendance, je ne sais plus exactement, peu importe - a longtemps reproché à Hammett de s'être fortement inspiré de ses textes.
MDR. La série "Les envahisseurs" fut accusée d'avoir tout pompé sur une autre série américaine : "Au-delà du réel". Laquelle fut accusée d'avoir tout pompé sur "La quatrième dimension". Laquelle fut accusée d'avoir tout pompé... etc. Mais il faut bien s'inspirer de quelque chose.

Manuel

Messages : 311
Date d'inscription : 23/04/2009
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://manuelruiz.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par edmond Gropl le Mar 25 Mai - 10:47

Bon, ben ça doit être vrai (pace que j'ai un peu du mal à voir le rapport entre Hammet et Caldwell)

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par Chewie le Mar 25 Mai - 11:31

parce que j'ai un peu du mal à voir le rapport entre Hammet et Caldwell

Là, je plussoie Edmond.

Non seulement je ne vois guère de rapport entre l'approche littéraire des deux auteurs (en tous cas sur les deux ouvrages parus en 1929). Là ou Moisson Rouge invente simultanément un genre et une école stylistique (le hardboiled comportementaliste), Le Bâtard est surtout une approche réaliste, voire naturaliste, du sous prolétariat sur fond de manque absolu de transcendance.

Ensuite, si Caldwell débute en 1929, Hammett écrit déjà depuis plusieurs années à cette époque. Enfin, Moisson Rouge et le Faucon de Malte précèdent tous les deux le premier succès d'Erskine Caldwell en 1932...

Là pour le coup, les ayant-droits de Caldwell me semblent pour le moins de mauvaise foi.

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par M.L. le Mar 25 Mai - 12:20

A vérifier donc, peut-être dans le Dictionnaire de Claude Mesplède ou auprès des spécialistes de Hammett (dont je ne suis pas). D'autant que ma mémoire est défaillante (et sélective), j'ai peut-être inversé les rôles. J'ai une nette préférence pour Caldwell, ça doit venir de là. J'essaie de me renseigner de mon côté.
Ceci étant dit, Jenny toute nue et Le doigt de dieu restent de très grands romans.

M.L.

Messages : 3
Date d'inscription : 22/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par Chewie le Mar 25 Mai - 13:24

J'ai trouvé cette anecdote racontée par la fille d'Hammett :

Papa était précis dans l'utilisation des mots et méprisait les écrivains qui ne l'étaient pas. Il me raconta une fois sur un ton sarcastique que la femme d'Erskine Caldwell s'était vantée que son mari ne réécrivait jamais une ligne. Et mon père de rétorquer: «Ça se voit».


Petite rivalité entre auteurs ? Cela pourrait expliquer que la famille de Caldwell ait répliqué qu'Hammett n'était qu'un vil copieur...

Edit :

Claude Mesplède écrit sur son site :

On notera aussi combien Le Petit arpent du Bon Dieu, le célèbre roman d’Erskine Caldwell est proche du Faucon de Malte de Dashiell Hammett dont il constitue une variation bouffonne.

En tous cas, Marin, j'ai pris bonne note de tes références concernant Caldwell.

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bâtard - Erskine Caldwell (1929)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum