"Beauté du crime" Jacques Verges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Beauté du crime" Jacques Verges

Message par edmond Gropl le Mar 11 Mai - 15:00



Par la multiplication des émissions sur la justice et les affaires criminelles, la place de plus en plus importante qu'elles prennent au journal télévisé, les avocats sont devenus des personnages médiatiques de premier choix et à ce titre, leurs pratiques de la langue de bois, leurs propos démagogoques, leur mauvaise foi et la perfidie de leurs saillies verbales les mettent au niveau des politiques, voir au dessus. (et je ne parlerais pas de leurs honoraires, de leur caste dominatrice et, pour en frequenter quelques uns, par malchance, de leur humour hautain). Mais bon, comme dirait Didier Super "y'en a des biens". (j'aurais tendance à leur preferer les huissiers, un huissier: tu payes ou tu payes pas, les choses sont simples.)
Parmi ce ramassis de citoyens de seconde zone, Jacques Vergès se distingue. Il a une vie exceptionnelle et un parcours historique tres interessant, (au coeur d'un demi siècle d'histoire). Je ne sais pas si parmi ses confrères, il est le pire ou le meilleur.
Toujours, il écrit des livres et trouve des bons titres: Serial-plaideur, le salaud lumineux, et celui-ci "beauté du crime".

Bon, pour la forme, je le dis comme je pense, Jacques Verges n'est pas un ecrivain de premier plan. Ses phrases sont trés sinueuses, c'est bourré d'effets de style grossiers, de sentances de biscuitiers (vous savez, ces biscuits ou il y avait des phrases énigmatiques du genre "ou vas tu?"). Sans doute qu'à l'oral, ça passe mieux.
Il faut dire que ce livre est en fait un journal dans lequel J. Vergés note ses rencontres, quelques bribes sur son travail, quelques courts portraits mais aussi beaucoup de considerations sur les hotels et les restaurants dans lequel il passe beaucoup de temps.
Bref, c'est pas terrible, mais ça se lit facilement.

Sur le fond, je ne suis pas sur d'avoir saisi le fil du recit. Bon, je pensais en apprendre un peu plus sur le personnage. Tout ce que j'ai appris, c'est que dans ses livres, il cultive encore plus l'ambiguité. (Ca, c'est un peu sa marque, l'ambiguité).
Il y a quand même des bons passages, surtout ses visites en prison à G. I. Abdallah, Magdelena Kopp, Klaus barbie, et c'est la que son propos me semble être le plus pertinent, dénué d'intrigue, c'est là qu'il se révèle humain, proche de ses clients et habité par sa mission. Il est la et bien la. On saisit à travers le masque un réel investissement, un engegement profond. Dommage qu'après il nous décrive l'andouillette de son repas suivant. Enfin, je dis dommage, mais peut-être qu'après ses visites carcérales, visites intenses (incontestablement les épisodes les plus interessant du livre) il a besoin d'ecrire sur la bouffe ou le pinard, ça se comprend.

Ce livre a été écrit durant la préparation du procès Barbie. Un des axes de la défense de Vergès était de mettre en balance ce procès avec le fait que les crimes de l'état français durant la guerre d'Algerie n'aient pas été jugés. Pour appuyer son propos, J. Verges truffe chaque début de chapitre par une liste de meurtres ou assassinats de maghrébins dans la France des années 90. C'est a dire que chaque chapitre relate un mois de l'activité de l'auteur et que chaque fois il recense ces crimes "racistes", contemporains au mois en cours (sans que l'on connaisse exactement la réalité de ces crimes, c'est un peu grossier comme procédé, pas forcement illégitime mais grossier).

Une partie du livre relate son travail avec des personnages africains ( on ignore le fond des affaires). Ce que l'auteur ne dis pas, du moins pas dans ce livre, c'est son histoire avec ces personnages qu'il a défendu durant la décolonisation et qui sont devenus, pour certain d'entre eux, des dictateurs. On aimerait connaitre son point de vue.

Bon, je crois que malgré ma deception (on apprend vraiment pas grand chose), je lirai d'autres ouvrages du bonhomme, ne serait-ce que pour savoir jusqu'ou on peut "cultiver l'ambiguité"), en attendant qu'il publie ses mémoires, des mémoires ou il dirait les choses.

Je n'ai pas compris pourquoi ce livre s'intitulait "beauté du crime".
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Beauté du crime" Jacques Verges

Message par txoa le Mar 11 Mai - 22:44

Voir le très bon film de Barbet Schroeder, "l'avocat de la terreur".
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Beauté du crime" Jacques Verges

Message par limbes le Ven 14 Mai - 22:18

Je dévie un peu, mais un truc assez génial à voir, c'est le doc que Schroeder a fait sur Amin Dada, si vous avez l'occase...
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Beauté du crime" Jacques Verges

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum