Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Jeu 22 Avr - 15:04




Bob et Lee ont grandi dans le Sud rural des Etats-Unis sous le regard implacable d’un père autoritaire, vétéran de la seconde guerre mondiale. Si Lee, l’aîné, est le préféré, le « beau gosse » qui fait tourner les têtes des filles du coin, Bob a dû s’exiler à l’Université, après une brouille définitive avec le paternel, pour tenter sans succès de devenir joueur de football professionnel. Lorsque le fils maudit revient au pays après le décès du grand-père pour récupérer sa ferme, c’est pour découvrir que son frère, bien que marié, s’est entiché d’une fille de ferme qui vit recluse sous la coupe d’un père bouilleur de cru clandestin. Loin d’être une passade, l’attirance de son frère vire à l’obsession maladive et le cadet constate avec effroi que Lee s’enfonce de plus en plus dans l’alcool au risque de mettre son mariage et même sa vie en danger : dans l’Amérique rurale d’après-guerre, les fermiers ne plaisantent pas avec l’honneur de leurs filles…


Ce roman de Charles Williams, son premier, est la pierre angulaire d’une trilogie magistrale (Hill Girl, River Girl, Big City Girl) qui sera cataloguée comme relevant du backwoods noir, « le roman noir de la cambrousse ». Loin du mépris et de l’outrance kitsch de Jim Thompson dans 1275 âmes, la campagne américaine ici décrite est celle des gens rustres mais authentiques, de la vie rude des champs, de la solitude des fermes isolées, des parties de chasse en automne.

La galerie des personnages est simplissime : deux frères que tout oppose et une fille de rien. On s’attend à une bête histoire de rivalité amoureuse alimentée par la garce de service et on se retrouve plongé jusqu’au cou dans une histoire poignante et pleine d’humanité. Un drame intemporel où les rêves brisés des protagonistes sont mis à nu et où l’amour est beau parce qu’il est simple.

Le style de Williams est déjà là, bien présent : ce dépouillement trompeur, cette sincérité au service permanent de la narration. On envisage à un moment donné une fin au récit encore plus sombre mais l’auteur est certainement loin de toute considération relative aux codes du genre, alors on se retrouve à freiner des quatre fers, histoire de prolonger encore un peu cette histoire, ces moments passés auprès de la Fille des Collines.

Une fois le livre refermé à regret, on comprend mieux, même trois générations plus tard, pourquoi ce premier roman s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires dans sa première édition chez Gold Medal aux USA et pourquoi M. Guérif a souhaité à l’époque lui accorder une place de choix dans sa collection débutante chez Rivages : c’est un chef d’œuvre, tout simplement.
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Delcroix le Dim 25 Avr - 21:21

Ça donne envie ! Hop, c’est commandé.

Est-ce que les deux autres tomes de cette trilogie sont aussi bons que celui-ci ?
avatar
Delcroix

Messages : 6
Date d'inscription : 21/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Lun 26 Avr - 10:13

Bonjour Delcroix,

Merci pour ton intérêt. J’apprécie beaucoup Charles Williams, aussi je serais tenté de te dire « oui, bien sûr »…

Maintenant si River Girl (Bye, bye, Bayou) est également très bon, Big City Girl (l’Ange du Foyer) est peut-être un cran en dessous des deux précédents : il reprend en partie les thèmes de Hill Girl (le Sud profond, deux frères, une femme) mais en les inversant, ce qui fait que quelque part ce roman souffre de la comparaison avec la Fille des Collines, et d’autant plus que le suivant sera Hell Hath No Fury (Je t’attends au Tournant), un petit bijou de roman noir lui aussi, et faisant partie de mon Top 5 personnel.

Williams est un auteur qui mérite vraiment d’être découvert (cf. nos discussions en MP), et pas seulement pour son Fantasia chez les Ploucs. Il possède le don d’écrire de bonnes histoires assez prenantes, un peu comme J.H. Chase, mais avec une certaine grâce et une émotion (voire une sensibilité) qui généralement échappe à Chase et ses confrères stakhanovistes des années 50.

On ne le cite pas toujours dans les anthologies du roman noir américain des 40’s et 50’s, et quand c’est le cas c’est toujours après Jim Thompson, David Goodis, J.H. Chase ou même des auteurs comme David Karp, Day Keene ou Fruno Fischer, (eux assez méconnus en France), et c’est bien dommage. Nul n’est prophète en son pays, et c’est là encore tout à l'honneur de la collection Rivages/Noir que d’avoir su remettre au goût du jour des oeuvres comme La Fille des Collines.

C'est d'ailleurs la meilleure collection de romans noirs à l'heure actuelle en France, n'hésite pas à "taper" dans son catalogue, les choix éditoriaux sont généralement assez sûrs et le hasard n'y a pas sa place face au style et à la qualité d'écriture.

Bonne lecture !


(Bon, c’est la fin de mon quart d’heure de groupie de C.Williams)
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Ernest Kurtz le Dim 2 Mai - 10:54

Inconnu de moi, mais un petit tour sur l'IMDb révèle qu'il a pas mal été adapté au ciné et pas que par des mauvais (René Clément, F Truffaut, Dennis Hopper -vu Hot Spot, polar assez hot justement-, Max Ophuls, presque Orson Welles ...). Va peut-être falloir voir à voir... un nom noté en tout cas.
avatar
Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par txoa le Dim 2 Mai - 21:07

Emprunté en bibli.
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par txoa le Mer 12 Mai - 20:15

Je ne connaissais de Williams que "Fantasia chez les ploucs" (très bon dans son domaine) et "calme blanc" (bon mais pas extraordinaire mais je trouve ce genre limité), du coup, "la fille des collines" est une découverte. Merci Chewie car effectivement c'est un chef d'oeuvre, un livre poignant qui dit beaucoup de choses d'un thème qui me tient à coeur, la jalousie.
On découvre un peu tard que la littérature US d'après guerre a accouché de véritables pépites, entre Williams, Fast (ah, "Sylvia"...), Thompson...
avatar
txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par edmond Gropl le Jeu 13 Mai - 10:36

Chewie a écrit:[ Loin du mépris et de l’outrance kitsch de Jim Thompson dans 1275 âmes, ]

Saperlipopette!

La comparaison entre ce livre (que j'ai lu il y a trop longtemps) et le Williams (que je n'ai pas lu, enfin celui là) serait peut être plus pertinente si tu le mettais en balance avec "fantasia chez les ploucs" dans lequel il y aurait aussi cette "outrance Kitsch" (je ne les ai pas lu en V.O. mais je crois que les traducteurs de la SN appuyaient cet effet, du moins chez Thompson). Mais je ne crois pas qu'on puisse parler de mépris, enfin peut-être que si mais ce "mepris" qu'il aurait pour ses personnages , je le vois comme une traduction du mepris qu'il avait pour lui même.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par edmond Gropl le Jeu 13 Mai - 10:39

txoa a écrit: "calme blanc" (bon mais pas extraordinaire mais je trouve ce genre limité...

pas extraordinaire mais presque.. Hyper anxiogène ce huis clos marin.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Jeu 13 Mai - 12:48

edmond Gropl a écrit: La comparaison (...) serait peut être plus pertinente si tu le mettais en balance avec "fantasia chez les ploucs" dans lequel il y aurait aussi cette "outrance Kitsch" (...).

L'objectif n'était pas de comparer Thompson et Williams dans leur approche ironique de la campagne. C'est simplement que comme j'avais écris "roman noir de la cambrousse", je ne voulais pas qu'on pense que c'était un roman parodique style 1275 Ames. C'est à cause de ma traduction trop approximative, le terme cambrousse est trop péjoratif par rapport au terme backwoods. Il aurait peut-être été plus pertinent de comparer cette évocation de la campagne avec celle qui suivra dans Fantasia, sauf que je ne l'ai pas lu.

edmond Gropl a écrit:Mais je ne crois pas qu'on puisse parler de mépris, enfin peut-être que si mais ce "mepris" qu'il aurait pour ses personnages , je le vois comme une traduction du mepris qu'il avait pour lui même.

Ah bon ? Les types qui se gaussent des beaufs, des jackys, des touristes en short, des supporters de foot ou des paysans, ils ne s'incluent pas dedans en général. Ils se croient au-dessus., Leur esprit supérieur les place loin au-dessus des basses contingences commerciales de TF1.

1275 âmes ne m'a pas fait rire, pas même sourire. C'est juste un peu puant, cette vision du monde rural, ce mépris grossier. Comme si à la campagne, il n'y avait que des débiles et des dégénérés. Quand des supporters du PSG déploient une banderole "Chômeurs, assistés, consanguins, bienvenue chez les Ch'tis", toute la France fait semblant de s'indigner et on parle de "bas du front", de "d'idéologie nauséabonde". Quand Thompson le fait pendant 200 pages surfaites et lourdingues à propos des paysans, toute l'intelligentsia social-bobo du roman noir français en fait son livre de chevet.

Je te propose un truc : écris un bouquin qui s'appellera 22 750 Ames. Les personnages seront tous des crétins, des analphabètes, des voleurs, des menteurs, des trafiquants, des types qui bastonnent leurs femmes, qui arnaquent l'aide sociale, qui se droguent ou picolent comme des cons, qui ont des gamins attardés, des filles qui font le trottoir. Et le tout se passera à Clichy-sous-Bois.

Quand tu auras épongé tes dettes contractées suite aux procès de la LICRA, du MRAP, de la HALDE et que tu auras été obligé de déménagé à l'étranger suite aux 222 750 menaces de mort que tu auras reçu, je serais ravi que tu me montre ton press-book où les critiques encenseront ton génie, et souligneront avec justesse que derrière cette attaque outrancière des pauvres et des immigrés, c'est surtout de toi-même que tu voulais te moquer.
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par edmond Gropl le Ven 14 Mai - 2:57

A.D.G. fait pareil. C'est pas une question de dualité politique.

Mais Jim Thompson ne fait pas vraiment rire, et je te rejoins sur deux choses, c'est que oui, 1275 ames n'est pas le meilleur roman de Thompson ( qu'à mon avis on a tort de considerer comme un auteur de polar, ou même strictement, de roman noir, c'est un auteur universel), du moins dans sa version SN, et que oui aussi, il manque dans le paysage polardeux francais, un type à la Jim thompson qui écrirait sur Clichy sous bois ou sur Neuilly, ou ailleurs.. c'est a dire un type qui en écriture, n'a peur de rien.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Ven 14 Mai - 12:41

edmond Gropl a écrit:(...) il manque dans le paysage polardeux francais, un type à la Jim thompson qui écrirait sur Clichy sous bois ou sur Neuilly, ou ailleurs.. c'est a dire un type qui en écriture, n'a peur de rien.

C'est un axe de questionnement intéressant. Mais il ne faudrait pas que ce soit juste de la provoc'.. La force de certains romans noirs à laquelle je suis sensible en tant que lecteur, c'est l'authenticité, le fait qu'ils viennent des tripes de la part d'un auteur qui, s'il est subversif, ne le fait pas forcément exprès. C'est pourquoi les thrillers me font bailler, le ratio volonté de choquer/authenticité est trop en défaveur du second, quelques soient le ficelage habile du truc. C'est aussi un peu ce qui manque à nos "jeunes" auteurs. C'est très appliqué dans l'outrance pour l'un, très appliqué dans l'écriture behavioriste pour l'autre, très appliqué dans la structure narrative pour un autre... On voit bien le sang, la sueur et les tripes en ce qui concerne les personnages, mais quid de l'auteur ? On a un peu l'impression qu'ils ont pris l'option roman noir dans leur cursus professionnel, comme d'autre auraient pris l'option thriller, l'option autofiction ou l'option romance. Je ne veux pas me résoudre à abdiquer et à me contenter que l'écriture soit juste un business comme un autre...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sinon, pour en revenir à La Fille des Collines, j'ai vu qu'il y avait eu un film français tiré de cette oeuvre de Williams :



Visiblement, ce fut un échec commercial. Peut-être l'un d'entre vous l'a-t-il vu ?

avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par edmond Gropl le Ven 14 Mai - 17:10

Pour revenir à Wiliams, faudra que je lise cette trilogie de la cambrousse.
avatar
edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Ernest Kurtz le Ven 14 Mai - 19:46

Chewie a écrit:Visiblement, ce fut un échec commercial. Peut-être l'un d'entre vous l'a-t-il vu ?
Pas moi en tout cas. Mais à vue de nez, un film de Robin Davis avec Florent Pagny, j'ai du mal à croire au chef d'œuvre oublié.
avatar
Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Ven 14 Mai - 21:57

j'ai du mal à croire au chef d'œuvre oublié

Il y a peu de chances... Rien que l'affiche... Sans compter que visiblement il n'existe même pas en format DVD...
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par limbes le Ven 14 Mai - 22:14

Je ne sais pas, Chewie, mais il me semble que ce que tu dis est vaguement contradictoire : d’un côté tu sembles regretter qu’on parle de certaines catégories de population en généralisant, en les méprisant, en s’extrayant à bon compte, et de l’autre tu as l’air de dire qu’on devrait pouvoir le faire de toutes façons, dans tous les cas. Ou alors, seules certaines généralisations te paraissent admissibles, si je comprends bien (ou mal) ton propos (c’est-à-dire celles que les « bobos » réprouveraient)

Pour ma part, je crois qu’il y a des crétins disséminés un peu partout ( y compris chez les paysans, les immigrés, les pauvres, les footeux, en soi etc. la liste est infinie)

Et est-ce que le fait de présenter un ou des personnages de cette manière vaut nécessairement opinion de l’auteur et généralisation ? Bon, je me pose la question mais je n’ai lu aucun des livres que vous citez, alors bon.

En parlant de Bienvenue chez les Ch’tis, que j’ai vu (gloups), il me semble que derrière il y a un truc qui est vraiment pénible, c’est justement cette idée que se débarrasser des idées reçues, ça veut dire non pas apprécier des gens, une région, un peuple, que sais-je, dans leur diversité et complexité, mais au contraire tout globaliser (en gros, passer des gens du Nord sont affreeeeux à tous les gens du Nord sont forrrrmidables, puis encore, avec la banderole, à l’inverse).

Sur cette question-là (le ch’ti remplacé par l’immigrée), je conseille un film français récent mais passé un peu inaperçu : Les invités de mon père. On n’est justement pas là dans le manichéisme (tolérant ou raciste), mais bien dans l’infini complexité du réel. En général, ça dérange plus (c’est pour ça qu’on en parle moins, peut-être).
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Ven 14 Mai - 22:43

mais il me semble que ce que tu dis est vaguement contradictoire

C'est le contre-exemple par l'absurde donné en réponse à edmond qui est sans doute responsable de cette sensation (mais je peux me tromper et présenter effectivement des contradictions)...
Je ne "regrette" pas la vision outrancière et kitsch de Thompson, je la trouve juste pénible et un peu facile. Ce que je regrette, c'est qu'on a porté au pinacle cette oeuvre assez anecdotique, alors qu'il existe des dénonciations de l'esprit mesquin des petites villes, de la cruauté de l'esprit de clocher, bien mieux senties et bien mieux écrites que cette bouffonnerie lassante. J'ai vraiment dû me forcer pour finir 1275 âmes, attendant en vain l'étincelle ou la lumière.
Quant à écrire une version moderne de cette farce sur les pauvres et les immigrés des cités, j'en vois pas l'intérêt (je voulais juste souligner qu'en France il y a des gens qu'on peut moquer impunément et d'autres auxquels il ne vaut mieux pas trop toucher). Non pas que ce ne serait pas moral de se moquer du lumpenprolétariat de la banlieue, mais ce serait tout simplement trop facile. C'est ce qui ressort du livre de Thompson : un manque de classe flagrant. Taper sur la populace, je trouve que ça manque singulièrement de panache.

Sur cette question-là (le ch’ti remplacé par l’immigrée), je conseille un film français récent mais passé un peu inaperçu : Les invités de mon père.

Je l'ai vu avec mon épouse. Il était très bon dans la dénonciation du charity business et de la bobo attitude, mais je l'ai trouvé un peu vain sur la fin, comme s'il n'avait pas su dépasser ce stade qui n'aurait dû être qu'un background...?
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par limbes le Ven 14 Mai - 22:52

Oui, je comprends mieux (et je vais lire le bouquin de Thompson, et Williams, plutôt que parler dans le vide en disant n'importe quoi)
Et sur ce film, j’ai eu la sensation que la fin était un refus de parti-pris, mais qu’on peut aussi voir comme une facilité (refuser d’aller plus loin), effectivement.
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Chewie le Ven 14 Mai - 22:56

et je vais lire le bouquin de Thompson

Si tu veux, je peux te l'envoyer (version Folio, TBE).
avatar
Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par limbes le Sam 15 Mai - 19:16

Je veux bien mais je te l'échange contre un autre bouquin, alors
avatar
limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Williams, Charles - La Fille des Collines (1951-Rivages 1986)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum