Carmen Cru, T4 : Ni Dieu ni maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carmen Cru, T4 : Ni Dieu ni maître

Message par stalker le Jeu 22 Avr - 2:02



Carmen Cru se fiche complètement des aristocrates ratés et s'adresse à eux au même titre que les autres crétins de ploucs qui font office de voisins. Elle se fiche aussi que toutes ces choses qui encombrent le passage (son passage) soient des baldaquins Louis XIII ou des crédences Renaissance. Ce sont des trucs qui gênent et il faut les enlever tout de suite. Ou bien ça partira en fumée.

Carmen Cru estime qu'elle vit dans un quartier peuplé de malpropres et de feignants qui se complaisent dans la saleté et les parasites. Et, contre tout cet ensemble de choses absolument inadmissibles, il existe une solution assez radicale. Le reptile grouillant.

La troisième histoire courte de ce recueil relate une journée ordinaire de Carmen Cru. Autrement dit, ce jour-là, mieux vaut ne pas se trouver sur son passage.

Dans la famille de Carmen Cru, tous les hommes sont morts ou ont débarrassé le plancher. Les femmes, en revanche, pètent la forme, mais ne peuvent pas se sentir. Carmen Cru exècre autant les étrangers douteux (à commencer par ses plus proches voisins) que ses propres descendants et aïeuls. Tous des incapables et des profiteurs.
J'ai jamais gaspillé mon temps et y a que les imbéciles qui ont le temps de le gaspiller.
Et en matière d'imbéciles, nous voici servis, il y en a partout, à toutes les pages et à tous les coins de rues. Le pire, c'est qu'ils se reproduisent et qu'on ne leur dit rien. On les laisse même se promener en liberté et s'exprimer. Il faut constamment faire en sorte de les éviter, détourner le regard, se boucher le nez, parfois, même. Difficile de les ignorer. Et on ne les ignore pas, puisqu'en évitant de croiser leur trajectoire, on ne peut s'empêcher de jurer pour nous-mêmes et de songer à des méthodes pas catholiques susceptibles d'en venir à bout. On ne les ignore jamais, c'est faux. Il faut vivre avec, la vie est ainsi faite.

Mais accordons tout de même un mérite aux imbéciles : sans eux, Carmen Cru n'aurait pas existé.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carmen Cru, T4 : Ni Dieu ni maître

Message par Searclaw le Lun 26 Avr - 22:32

J'adore le titre...

Searclaw

Messages : 312
Date d'inscription : 04/08/2009
Localisation : Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum