Un roman noir au XXIème siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un roman noir au XXIème siècle

Message par stalker le Jeu 15 Avr - 2:33

limbes a écrit:Chewie, que verrais-tu dans un hard-boiled version XXIème siècle ?
Chewie a écrit:En ce qui me concerne, je cherche désespérément un roman noir français moderne qui parle de la société dans laquelle nous vivons, avec ses angoisses, ses travers et ses obsessions, le tout dans une écriture brute, râpeuse et sans concessions. Un Moisson Rouge ou un Linceul n'a pas de poches version frenchie. Un truc qui évoquerait aussi bien le communautarisme et le retour du fait religieux sur fond d'agonie du corpus social français que la politique spectacle, les quotas ethniques, la corruption généralisée, l'hypocrisie des médias, le conflit des générations et la violence DANS les institutions autant que CONTRE les institutions, avec pour trame de fond une crise économique majeure partie pour s'installer dans la durée. Un constat sans phare de la France de 2010, et surtout sans la morale sociale du néo-polar.

Après, peut-être que cette attente n'est pas partagée, ou peut-être que les gens ont trop peur de la violence réelle et préfèrent se réfugier dans la violence fantasmée du thriller, peut-être que les éditeurs sont devenus trop frileux, ou ont perdu contact avec la vie réelle, eux aussi, ou que cette réalité n'existe tout simplement pas pour eux ?
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un roman noir au XXIème siècle

Message par stalker le Jeu 15 Avr - 2:51

A mon avis, l'idée de refuge est à considérer de près. Je pense que beaucoup de lecteurs envisagent leurs lectures comme des moyens de s'évader, de souffler, d'ouvrir et de fermer des parenthèses (de se divertir), de sortir du réel pendant quelques pages de fiction qui leur parlent d'autre chose que du réel. J'en ai marre, je suis fatigué, divertissez-moi. Ça peut se comprendre.

Ensuite, ce qui m'intéresse beaucoup dans le post cité ci-dessus, c'est l'ébauche possible de ce que pourrait / devrait être un roman noir au XXIème siècle. Je pense que beaucoup d'auteurs ne se posent pas la question et écrivent aujourd'hui comme ils écrivaient hier, et continueront ainsi tant que leur livres se vendront et qu'il y aura des lecteurs pour les lire (phénomène qui, en soi, mène souvent à une répétition, ou à un épuisement de technique, de stratégie, à l'infini, jusqu'à ce que mort s'en suive, un peu comme Daniel Buren et ses bandes verticales noir et blanc : c'est rassurant et ça ne comporte aucun risque).

Je voudrais avoir lu tous les auteurs de romans noirs de la planète pour oser affirmer que certains se penchent sur la question, et sont donc à l'écoute de leur temps, et le disent clairement, sans fards, dans leurs histoires, mais je n'en suis pas là, alors je me pose la question : combien s'y consacrent ? Combien se fichent donc des attentes d'un lectorat conforme, adepte de produits divertissants ou calibrés, conçus dans des moules, dotés de synopsis qu'on a l'impression d'avoir déjà lus quatre-cents fois ?
Tant dans le fond que dans la forme (la question de la forme demeurant une énigme pour beaucoup), combien se consacrent à écrire des romans noirs qui ressemblent à s'y méprendre à notre époque ?
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un roman noir au XXIème siècle

Message par stalker le Jeu 15 Avr - 3:03

Chewie a écrit:En ce qui me concerne, je cherche désespérément un roman noir français moderne qui parle de la société dans laquelle nous vivons, avec ses angoisses, ses travers et ses obsessions, (...)
Ce que je cherche se situe là : angoisses, travers, obsessions. Et autres affinités.
Une chair humaine palpable, immédiate, pas périmée. Pas atteint d'une jaunisse de 1974, mais plutôt d'un mal moral de 2010. Et pas pour faire croire. Pas pour se la jouer contemporaine avec des références à deux balles (le commissaire machin possède un téléphone mobile, le truand truc possède un ordinateur portable). De la chair*. Juste ça. Mais j'ai l'impression qu'on la redoute, la chair. Ou qu'on ne la sent pas. Qu'elle nous échappe.






*Ceux qui n'auront lu dans le mot "chair" que des macchabées et des côtelettes grillées peuvent passer leur tour.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un roman noir au XXIème siècle

Message par Ernest Kurtz le Jeu 15 Avr - 10:33

stalker a écrit:A mon avis, l'idée de refuge est à considérer de près. Je pense que beaucoup de lecteurs envisagent leurs lectures comme des moyens de s'évader, de souffler, d'ouvrir et de fermer des parenthèses (de se divertir), de sortir du réel pendant quelques pages de fiction qui leur parlent d'autre chose que du réel. J'en ai marre, je suis fatigué, divertissez-moi.
Je voudrais avoir lu tous les auteurs de romans noirs de la planète pour oser affirmer que certains se penchent sur la question, et sont donc à l'écoute de leur temps, et le disent clairement, sans fards, dans leurs histoires, mais je n'en suis pas là, alors je me pose la question : combien s'y consacrent ? Combien se fichent donc des attentes d'un lectorat conforme, adepte de produits divertissants ou calibrés, conçus dans des moules, dotés de synopsis qu'on a l'impression d'avoir déjà lus quatre-cents fois ?
Tant dans le fond que dans la forme (la question de la forme demeurant une énigme pour beaucoup), combien se consacrent à écrire des romans noirs qui ressemblent à s'y méprendre à notre époque ?
Attention, je trouve que ce n'est pas aussi simple que cela; ou disons, il y a peut-être 2 ou 3 trucs à ajouter:
Je pense que tout auteur (toute œuvre artistique) parle du présent (plus ou moins bien, plus ou moins intelligemment, de façon plus ou moins calibrée commercialement, etc... mais du présent). Parfois, il faut peut-être décoder.
Ainsi, je ne connais pas les chiffres de vente, mais ok, admettons que le thriller soit le genre à la mode aujourd'hui. Je trouve que la question à se poser est pourquoi ce genre ? Qu'y trouvent les gens dans ce genre ? -et là, pas d'accord avec vous, il ne s'agit pas uniquement de distraction, même pour les lecteurs déclarant ne chercher qu'à se distraire; des auteurs médiocres, il en existe dans tous les genres, alors pourquoi le genre thriller marcherait-il plus que les autres ?

Mon hypothèse (n'hésitez pas à la tailler en pièces, ça fera débat, j'aime ça) pour autant que j'y connaisse quelque chose du genre (peu ou quasiment pas lu):
1) Le thriller fait vivre au lecteur un sentiment de peur, d'angoisse. Question: pourquoi le lecteur veut-il avoir peur ?
2) le thriller raconte, je crois, des complots, des gens agissant dans l'ombre, et in fine, donne une explication du mal qui est la cause de cette peur. Question: les gens ressentent-ils donc (dans leur vie) quelque chose ayant à voir avec le mal et en cherchent-ils l'origine ?

Je crois que l'engouement du thriller permet aux gens (à des gens), à travers le filtre de la fiction, de lire quelque chose sur le monde tel qu'ils le ressentent : un monde qu'ils ne comprennent plus trop et qui leur fait peur (Quoi, j'ai bossé 40 ans dans la même boite et je peux être foutu à la porte du jour au lendemain ? Quoi, si je consomme tel ou tel produit, je risque de choper une maladie ? Quoi, si je me promène dans tel ou tel quartier, je risque de me faire attaquer par une bande ? Quoi, la situation économique, l'avenir économique de mes enfants -=de mon patrimoine génétique- pourraient être moins bons que pour moi, donc menacés ? Quoi, je ne suis pas à l'abri d'une catastrophe écologique ? etc, etc...). Je crois sincèrement au fort sentiment d'insécurité (pas au sens sécuritaire gouvernemental, hein, mais dans une acception plus profonde et intime) fortement répandu -sentiment d'insécurité qui est ce que véhicule le thriller-. Et je crois donc au fort besoin d'explications, de recherche des causes de cette insécurité, du mal à l'origine de cette insécurité, comme un moyen de comprendre, de rationaliser l'origine de l'angoisse. Qui sont les "méchants" qui font que je suis viré de ma boite ? Où sont les "méchants" qui empoisonnent mon alimentation ? Qui sont "les méchants" qui font qu'à 30 ans, mon enfant ne trouve pas de quoi être économiquement autonome ? etc... Le thriller donne à lire des "méchants". Je crois qu'on a tous du mal à comprendre comment fonctionne le monde, à trouver l'origine, les responsables de tout ce qui peut nous tomber sur la gueule à tout moment et que certains, dans le thriller, se rassurent parce que l'angoisse y trouve son explication. Fondamentalement, je ne blâme pas les lecteurs de mauvais thrillers et qu'il y en ait tant, cela me dit quelque chose sur le monde d'aujourd'hui.

Bon, maintenant, passons à un autre genre: pourquoi les bouquins de Levy ou Musso marchent-ils ? Euh...
avatar
Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un roman noir au XXIème siècle

Message par stalker le Dim 18 Avr - 13:41

Je trouve tes questions pertinentes, notamment celles liées à la peur.
Elles demandent réflexion, point par point.
Peut-être cherche-t-on à se faire peur parce que les produits supposés inspirer la peur tendent à se banaliser : trains fantômes, thrillers plus ou moins vraisemblables, films d'épouvante absolument pas crédibles... Des peurs divertissantes, par opposition à des peurs procurées par des attentats terroristes, des catastrophes naturelles ou des visions d'accidents graves.
On cherche à se faire peur pour se prouver des choses, aussi. Pour trouver nos limites, ou pour les repousser. On doit certainement chercher à côtoyer la mort de près, que ce soit en pratiquant des sports à sensations, en faisant des expériences risquées, en se confrontant à des situations tendues, angoissantes : marcher seul dans une forêt la nuit, dans un château abandonné, dans un cimetière ; en se retrouvant dans un lieu, la nuit, et en se demandant ce qui, là, pourrait bien survenir, susceptible de nous faire hurler ou seulement de nous hérisser les poils comme il faut. Pas mal de films d'épouvante ont exploité des origines de peurs multiples, qu'on a retrouvés ensuite reproduits, déformés, recyclés, au point de les rendre prévisibles, d'en faire des codes épuisés.

Pour simplifier, je dirai que le roman noir fait davantage appel à des peurs liées au présent, à notre époque, et que le thriller sollicite plutôt des angoisses profondes, intemporelles. Les unes n'excluent pas nécessairement les autres. C'est un point de vue très résumé que je donne là, mais je le perçois de cette façon. Et les deux combinées peuvent donner des résultats intéressants. Sachant que l'intention de procurer des peurs, de l'angoisse, n'est pas forcément au centre des intentions de tous les auteurs de romans noirs et de thrillers.

Notes en vrac, discutables... Il y a d'autres choses à dire, évidemment.
avatar
stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un roman noir au XXIème siècle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum