Fables amères (de tout petits riens) - Chabouté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fables amères (de tout petits riens) - Chabouté

Message par stalker le Dim 11 Avr - 15:37

…Incidents dérisoires, broutilles ordinaires, terribles futilités…



Futilités, broutilles, incidents dont la vie quotidienne est truffée. On pourrait ajouter imposture, indifférence et méchanceté légalisées, sans s’éloigner des intentions de Chabouté dans ce petit recueil d’histoires courtes, mais aussi dans l’ensemble de son œuvre.
Des histoires courtes qui nous frappent, nous montrent du doigt, nous accusent sans citer de noms. Des petites séquences, comme des faits divers ou des flashes infos pour nous dire : voilà le monde ; voilà dans quel corps social vous vivez, bandes d’égoïstes ; voilà à quoi vous ressemblez.

Voici à quoi nous ressemblons – dans le métro, dans un jardin public, dans un avion, dans un supermarché, dans un restaurant, dans la rue, chez nous. Voici le portrait craché de notre époque, brossé en noir et blanc dans des pages où le silence règne souvent, car Chabouté est peu bavard ; il confie adroitement l’expression aux visages de ses personnages, à leurs regards, aux cadrages, au découpage, à l’ombre et à la lumière. Le temps passe dans les pages de Chabouté. Là où la bande dessinée fait du coude au cinéma.

Là où la bande dessinée s’engage à témoigner, et pas simplement à suivre un courant d’artifices obéissant aux lois du divertissement et de l’indifférence généralisée.

Bourgeois, immigrés, personnes âgées, enfants, caissières, vigils, pères de famille, loosers, balayeurs, banquiers, politiques, clochards, noirs, blancs, quidams entrent en collision dans les pages, et hurlent. Ou se taisent, parce qu’ils n’ont pas le choix.

On ne rigole pas avec Chabouté. On ne se détend pas. Ce recueil (proches de Purgatoire et de Pleine lune, parmi les albums de l’auteur) ne nous instruit pas non plus, puisque nous savons déjà ce qui s’y dit. Chabouté met plutôt en scène ce qu’on n’a pas très envie de voir, ou ce qu’on a coutume d’entrapercevoir, de supposer, à travers les bousculades médiatiques qu’on ingère au quotidien, à notre insu ou pas.

Encore une fois, on est libre d’être en colère, mais comment l’exprimer ? Comment le faire savoir ?

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum