Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Lun 13 Sep - 23:21

Je pense que tu es de mauvaise foi.
Tu ne gardes que les angles qui sont susceptibles de nourrir ton intention de départ : casser la Série noire. Tu négliges les autres, dont je cite certains dans mon message précédent. Pourquoi ? Plonge-toi dans la lecture de Bois mort, de James Sallis, par exemple. Et si ton opinion (car ce n'est qu'une opinion) ne varie pas d'un iota, c'est qu'elle est fossilisée.
Après, oui, bien sûr, on peut discuter de certains aspects (choix ou contraintes imposées ?) des romans des auteurs que tu cites. On est là pour ça.
Pour la métaphore, alors disons la locomotive à vapeur et le nouveau train d'Alstom ?

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par limbes le Lun 13 Sep - 23:59

Oui, je suis d’accord, Chewie, sur l’option marketing, en général, des mastodontes (qu’ils organisent ça en vue de ça) ; je dis juste qu’en matière de bouquins, je ne suis pas sûre qu’il y ait une recette miracle (malgré la prévisibilité sûrement totale de la fille CSP +), et je pense que pour certains, c’est plus compliqué que ça, même à l’intérieur de grands groupes (à la fois une logique disons industrielle, et une logique littéraire ou de prototypes).

Globalement, et on se rejoint, je pense, je crois qu’il faut fouiner partout, mais malheureusement, ce n’est pas si simple (du genre petit éditeur = qualité et gros éditeur= production de merde).

Et sinon, les gars, réveillez-vous et lisez des bouquins (l’avenir du roman noir en dépend), puisque les nanas sont des pauvres connes à qui on peut fourguer n’importe quoi pour les divertir (parenthèse, provocation à deux balles, je sais que ce n’est pas vraiment le débat, mais quand même, il faut bien réagir un peu à ça)

limbes

Messages : 640
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par txoa le Mar 14 Sep - 0:16

Il y a un deuil à faire d'une collec populaire avec une série de prestige qui la remplace avec des textes pas à la hauteur toujours. Je l'ai déjà dit. Mais James Sallis, c'est très bon. Mais je n'ai jamais trop aimé la SN, son ton enjoué et ses traductions bidons (souvent).

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par txoa le Mar 14 Sep - 0:17

Et les nanas, faites pas chier, vous avez Fred Vargas !!

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Chewie le Mar 14 Sep - 0:22

Je pense que tu es de mauvaise foi.
Moi, je trouve assez surprenant qu'en l'espace de deux messages assez rapprochés sur le même sujet tu n'hésites pas à verser par deux fois dans une forme d'attaque mesquine qui n'est ni coutumière chez toi, ni avantageuse pour toi... et tout ça pour défendre une collection phare avec laquelle tu n'as pas apriori de lien et qui se moque bien d'un message scribouillé sur un forum de fans hardcore du roman noir qui ne sont pas représentatifs du lectorat mainstream. Etrange.

Tu ne gardes que les angles qui sont susceptibles de nourrir ton intention de départ : casser la Série noire.
Le simple fait de m'être déplacé pour acheter un roman de la Série Noire d'un auteur que je ne connaissais pas et dont je n'avais pas entendu parler montre justement que je n'avais pas de dent contre cette maison prestigieuse, et qu'au contraire j'ai réalisé mon achat sur le seul gage de qualité que représentait pour moi le nom de cette collection.

J'ai également acheté la nouvelle traduction de Moisson Rouge, le roman de Chainas que je t'ai envoyé, le Citoyens Clandestins de DOA en version poche, sans compter un Ed McBain, un Chester Himes ou d'autres glanés ici ou là en occasion. Tout ça pour un type qui n'aurait pour seul objectif dans sa vie virtuelle que de "casser la SN", c'est pour le moins contradictoire également.

Plonge-toi dans la lecture de Bois mort, de James Sallis, par exemple. Et si ton opinion (car ce n'est qu'une opinion) ne varie pas d'un iota, c'est qu'elle est fossilisée.
Et permet moi de te renvoyer le compliment sur la mauvaise foi... J'ai écrit guère plus haut :

"Il ne viendrait à personne l'idée de contester ici la grande majorité des traductions étrangères de la Série Noire."

...et tu as parfaitement lu cet argument, de même que tu as bien remarqué je faisais référence aux auteurs français de la "jeune" génération (moins de 45 ans). Jusqu'à preuve du contraire, Sallis est américain et a plus de soixante balais...

Visiblement, le conformisme des auteurs français modernes de la SN, ce n'est pas un sujet à mettre sur le tapis du Bazar.




Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par edmond Gropl le Mar 14 Sep - 2:30

De toute façon, ça n'a plus beaucoup d'importance, la série noire d'aujourd'hui. Ce n'est plus une collection-phare.

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mar 14 Sep - 3:40

Autant pour moi, au sujet des traductions de la SN.
Je me suis concentré sur un autre message pour te répondre, où il s'agissait d'auteurs français exclusivement.
Il n'empêche que tu t'acharnes un peu. Tu t'en prends à des auteurs français de la SN, spécifiquement, dont tu n'as lu, si j'ai bien compris au départ, qu'un seul roman. C'est aussi mon cas, pour Férey, Ledun et Chainas. Férey, je ne le relirai pas, j'ai eu ma dose (je ne suis même pas arrivé au bout du roman), mais Ledun et Chainas, je vais y revenir jeter un oeil. Je ne vais pas répéter ce que j'ai trouvé de pertinent dans leurs romans, je le dis déjà ici (en fin de page 2) et .
Alors je pourrais aussi bien te laisser continuer à casser virtuellement la grande vitrine sans réagir, mais je ne suis simplement pas d'accord avec toi.


stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Ernest Kurtz le Mar 14 Sep - 9:36

Une collection qui passe d'un prix de vente de quelques francs à une vingtaine d'euros, même en tenant compte de l'inflation, s'il n'y a pas derrière une modification de la cible marketing (et donc du contenu)...

Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par edmond Gropl le Mar 14 Sep - 10:36

Il faut reconnaitre, à la décharge du nouveau Boss; que cette entourloupe avait beneficié d'un terrain favorable puisque déjà, P. Raynal avait crée "La noire" (je crois que c'est lui). Le ver était dans le fruit.



edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Bibelou le Mar 14 Sep - 11:18


J'aimerais pouvoir rédiger des chroniques sur les deux livres que j'ai cités, mais je n'ai pas une assez bonne plume et j'avoue que je préfère lire celles des autres.. Mais j'essaierai pourquoi pas ?

Je parlais d'une rumeur pour le prochain Moisson Rouge "Moi comme les chiens", et oui en effet c'est vrai que je ne suis pas directement alimenté en infos par Saint-Germain-des-Prés ! Sérieusement ce que je voulais dire c'est qu'il ya déjà pas mal de chroniques sur internet, que j'ai lu sur des blogs que des gens l'attendaient à cause de ces dites chroniques. Moi je ne l'ai pas lu et j'attends comme tout le monde.


Sinon je me retrouve bien dans la vision de Chewie.

Désolé je ne voulais vexer personne pour la lectrice type, mais ce sont les éditeurs qui pratiquent du sexisme en éditant des "bonnes femmes" pour faire "bonne femme". C'est comme la parité en politique !

Bibelou

Messages : 3
Date d'inscription : 13/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mar 14 Sep - 13:34

Bibelou a écrit:
Désolé je ne voulais vexer personne pour la lectrice type, mais ce sont les éditeurs qui pratiquent du sexisme en éditant des "bonnes femmes" pour faire "bonne femme". C'est comme la parité en politique !
Ben oui, c'est bien connu... Ils n'ont aucune autre raison de le faire.
D'ailleurs, sur le forum on a fait pareil, on a recruté Limbes juste pour la parité.

Il y a un fuseau "présentation" sur le forum, Bibelou. Tu devrais y faire un tour et nous parler un peu de toi. Je suis certain que tu as plein d'autres choses brillantes à nous raconter.


stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mar 14 Sep - 13:44

Ernest Kurtz a écrit:Une collection qui passe d'un prix de vente de quelques francs à une vingtaine d'euros, même en tenant compte de l'inflation, s'il n'y a pas derrière une modification de la cible marketing (et donc du contenu)...
La SN n'existerait plus si elle n'avait pas fait ce choix. Elle se serait faite dévorer toute crue par des fabricants de best-sellers. Elle serait devenue invisible. On peut n'y voir que du marketing, évidemment, mais dans une jungle pareille c'était plutôt une question de survie, à mon sens. Et je ne parle pas ici de ligne éditoriale, mais bien de produit.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Ernest Kurtz le Mar 14 Sep - 17:56

stalker a écrit:La SN n'existerait plus si elle n'avait pas fait ce choix. Elle se serait faite dévorer toute crue par des fabricants de best-sellers. Elle serait devenue invisible.
Tu as sans doute raison. Et de toute façon, ça doit correspondre au changement de la sociologie du lectorat de polars; aujourd'hui, c'est effectivement une littérature pour classes moyennes/moyennes supérieures (qui sont censées disposer de plus de moyens financiers...); (je parle du polar, pas du thriller ou autres best-sellers). Avant, le polar, c'était du roman de gare, de la "sous-littérature" (comme la SF). Et à changement de la sociologie du lectorat, changement de l'origine sociologique des auteurs ?

Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par edmond Gropl le Mar 14 Sep - 18:18

La question de savoir si elle aurait disparue ne se pose pas, elle a disparu

La nouvelle serie noire est une création génétique, on a récuperé quelques gènes de l'ancienne auquel on a rajouté quelques OGM résistants aux lois du marché. L'experience tend a prouver que ces clones ne vivent pas tres longtemps.
C'était sans doute une opération de survie.
mais on aurait pu aussi la laisser mourir dignement.

(bon, je suis tres remonté contre La Nouvelle série noire pour des raisons affectives, mais je trouve tout autant navrant, la collection suite noire, qui joue aussi sur l'hértage SN, dont je n'ai pas étudié le profil génétique, mais qui me semble pas mieux lotie)

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mer 15 Sep - 3:39

edmond Gropl a écrit:
(bon, je suis tres remonté contre La Nouvelle série noire pour des raisons affectives, (...)
Tu as l'honnêteté de le dire, mais ce sentiment n'atteste pas la disparition d'une collection. Il ne tient qu'à toi. On s'est déjà pris la tête sur la question du rock, tout récemment, et je pense qu'on se retrouve sur le même terrain, exactement : une réticence à l'égard de l'évolution. Et ta réticence n'empêche pas la planète de tourner, que tu le veuilles ou non, que tu adhères ou pas, que tu saisisses ce qui se passe ou pas, que tes idées ressemblent ou non à celles qui caractérisent notre temps.
Et cette évolution, ici, touche autant à des nécessités (le marketing, l'aspect des livres eux-mêmes et le changement de direction éditoriale - ce n'est pas le premier, ni le dernier) qu'à des formes d'écriture et des points de vue, éthiques, politiques... et donc de nouveaux auteurs. Et comme le dit très justement le Colonel Kurtz : Avant, le polar, c'était du roman de gare, de la "sous-littérature" (comme la SF).
On devrait se réjouir que les choses aient l'air de changer - ou s'en attrister et ainsi rester vissé sur des valeurs passées.
D'autre part, personnellement, si la SN avait continué à publier les mêmes auteurs que dans les années 80, j'aurais trouvé ça regrettable et inquiétant.


stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par txoa le Mer 15 Sep - 11:29

Ta dernière assertion est vraie mais on peut regretter un monde, en terme global, qui ne va certainement pas vers le meilleurs. Toujours spectateur ? Si on en reste à cette posture contemplative, et je ne parle pas que de "l'accessoire" (des bouquins, de la musique), les enfants perturbés seront "soignés" à la Ritaline et ceux dits normaux seront accueillis en écoles privées pour ceux qui ont les moyens les autres dans des sous-établissements sous équipés avec des instits pas formés et sous payés. C'est pour ce qui me concerne. On continuera à perdre le maigre bénéfice de 150 ans de lutte sociale au profit d'actionnaires toujours plus gras et vous savez bien que si j'image, je ne caricature pas.
Je ne suis pas aussi engagé, enragé qu'à une époque, une part de fatalité m'a rattrappé et c'est pas plus mal, ça repose mais jusqu'où peut on se permettre une attitude purement attentiste et contemplative d'un monde qui déraisonne (enfin, ce sont les hommes qui déraisonnent) ? Le paravent de l'esthétique n'est il pas un peu fragile ?
Rien à voir avec la SN, me direz vous....

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par edmond Gropl le Mer 15 Sep - 12:45

Totalement d'accord avec Txoa. (bien que l'esthétisme, s'il me semble être un paravent bien fragile dans le cas de la nouvelle SN-light, n'en demeure pas moins tres solide chez Stalker)

- Concernant l'aspect Marketing.
Le Marketing est un concept satanique, je suis contre, je suis un adepte de la décroissance, plus un auteur vend de livre, plus il accélere la destruction de la planète.
Bon, entropie mise à part, ce qui s'est passé est de l'ordre du vandalisme, rien d'autre, sous la bannière du Marketing, c'est une mise a sac, un pillage barbare, c'est le bombardement de Dresde, le sac de Beziers (tuez les tous, dieu reconnaitra les siens), la destruction des boudhas par les talibans, une destruction définitive sans sépulture. (parce que c'est ça qui est barbare, l'absence de sépulture.. que la série noire s'arrête, ça se comprend si ca ne marche pas, mais dans ce cas la il faut proceder à une cérémonie funéraire, base de toute notre civilisation)
(et puis Gallimard pulie folio-policier, le concept poche n'est pas en cause)

Concernant les textes:
Je n'ai rien a dire si ce n'est que tout ce que j'ai lu entrait parfaitement dans le concept série noire, c'est à dire du bon et du moins bon, du polemique et du consensuel, pollué par cet habillage marketing dont était dénué la série noire (la vraie)
Ensuite, j'ai parlé avec un auteur de l'ancienne qui m'a raconté comment s'était déroulé son "eviction", quelqu'un que nous connaissons en commun, alors ou j'ai mal interpreté ses propos, ou ce qui m'a été décrit en terme de rapport humain était plus proche de la scientologie que de Marcel Duhamel.

A present le mal est fait et je sais que j'ai enormement de mal à m'interesser a cette nouvelle série noire (de même que je ne m'interesse pas à "suite noire"), je suis dans le post traumatisme. Tu ne peux pas me dire "il n'en tiens qu'a toi" (ca c'est un discours scientologue), tu dois respecter mon deuil (la prochaine fois que je viens chez toi, il faut que tu m'amenage un lieu avec toute tes series noires, des bougies, une bouteille de vin rouge et une bible
(seul point positif, ca va donner de la valeur aux anciens).



edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Ernest Kurtz le Mer 15 Sep - 12:49

stalker a écrit: On devrait se réjouir que les choses aient l'air de changer - ou s'en attrister et ainsi rester vissé sur des valeurs passées.
Hum... tout changement ne signifie pas pour autant une amélioration. (Je parle de façon globale; pour ce qui est spécifiquement de la SN, pas d'opinion...).
Attention à la novlangue ambiante qui veut faire croire que toute réforme est un progrès et que ceux qui s'y opposent sont des réacs...

Ernest Kurtz

Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Banlieusard

Voir le profil de l'utilisateur http://onemoreblogintheghetto.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Chewie le Mer 15 Sep - 14:06

Attention à la novlangue ambiante qui veut faire croire que toute réforme est un progrès et que ceux qui s'y opposent sont des réacs...

Oui, là franchement, Stalker, je me demande si ton corps n'a pas été cloné par un Profanateur.

C'est justement le rôle de l'intellectuel, et donc de l'écrivain, de jeter un regard critique sur ce qui l'entoure pour faire le tri, entre ce qui est un réel progrès et ce qui n'est qu'une arnaque commerciale ou politique vite drapée de "progressisme", non ?

Alors il ne faudrait pas déplorer la nouvelle SN au prétexte que c'est le progrès, que c'est comme ça, qu'on y peut rien, tout est marketing désormais ? Alors pourquoi manifester contre la réforme des retraites ou le dumping social ? Pourquoi déplorer la précarité croissante des travailleurs ? Pourquoi déplorer les délocalisations ? La situation dans les banlieues ?

C'est le progrès, la modernité, on y peut rien.

----------------------------------------------------------------------------------

De toutes façons, comme l'a dit edmond, la nouvelle SN est devenue anecdotique.

Avec le maître du roman noir contemporain chez Rivages (Ellroy) et quelques uns de ses meilleurs lieutenants (Leonard, Burke, Hillerman...) le leadership a été perdu par Gallimard depuis déjà longtemps sur ce secteur éditorial...

Avec le retour annoncé de Dantec chez Guérif, et donc du seul auteur francophone dont l'apport au genre est notable sur les vingt dernières années, c'est carrément l'enterrement de première classe !

Maintenant, si chez Gallimard on croit rivaliser sur le terrain du roman noir face à Ellroy et Dantec avec Ingrid Astier, et bien... comment dire...hum.


Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mer 15 Sep - 15:26

Devant des propos aussi nostalgiques, Gropl (presque émouvants, si si), je n'ai pas grand-chose à ajouter, mais je te préparerai cet autel dans un coin de ma maison la prochaine fois que tu viendras. Je planquerai aussi mes nouvelles Séries noires pour que tu n'attrapes pas une jaunisse.

Txoa, je partage le climat de ton regard sur notre époque. Je situerais mes inquiétudes et mon pessimisme sur d'autres terrains, mais ils rejoignent les tiens. J'attends précisément d'un roman noir qu'il témoigne de ces états, de différentes façons, en fonction des angles de vue qu'un auteur a choisi.

Attention à la novlangue ambiante qui veut faire croire que toute réforme est un progrès et que ceux qui s'y opposent sont des réacs...

Je me balance de cette novlangue. Je fais des constats, c'est tout. Ce n'est pas une règle générale, mais je constate plutôt souvent, ici et surtout autour de moi, ce symptôme qui consiste à s'appuyer sur le passé (plus ou moins récent, mais la plupart du temps il s'agit du deuxième tiers du XXème siècle) pour considérer ce qui est aujourd'hui et le juger.
Si je prends l'exemple de la musique, on pourra me rétorquer que c'est une autre question, et pourtant non, je pense qu'il est tout à fait fiable. Je pense que c'est un échantillon d'étude sociologique potentielle.
Dans le domaine des arts plastiques, qui selon moi est le plus représentatif de tous (selon mon expérience personnelle, j'entends), la marge du deuxième tiers du XXème siècle explose et se répand jusqu'au XIXème. Combien de fois, dans des expos d'art contemporain, ai-je entendu cette sotte remarque de la part d'un spectateur lambda : Je peux faire la même chose tous les matins à mon réveil.
Mais, premièrement, l'individu en question ne le fait précisément pas tous les matins ; deuxièmement, il ne cherche pas à comprendre pourquoi l'art contemporain a pris ces formes qui lui échappent et qu'il ne considère pas comme "de l'art". Pourquoi ont-elles pris ces formes ? Ben oui, mon gars, Van Gogh est en poussière (sauf reproduit sur le couvercle des boîtes de chocolat que tu bouffes sagement le soir du réveillon de Noël), et aujourd'hui on te balance du Wim Delvoy. C'est moins décoratif, c'est vrai.
Le phénomène se vérifie également au niveau du cinéma, et je ne parle pas des films qu'on critique ici, entre amateurs plus ou moins initiés, mais bien à l'échelle d'une société : regardez attentivement autour de vous, et comptez combien de personnes connaissent Lars Von Trier, Michael Haneke et David Lynch. C'est un tout petit pourcentage de la population.

Je distingue nettement le champ des idées et celui des formes, et je m'attache à une observation du monde par le biais de sa transformation formelle (qui est une évolution, mais pas nécessairement dans le sens du progrès, qu'on s'entende bien là-dessus). Désolé, c'est une déformation professionnelle. Ce sont des outils, des moyens, des finalités parfois, mais avant toute chose ce sont des témoins d'un temps déterminé. Les idées, pour leur part, évoluent ou pas, plus ou moins rapidement, mais si on dresse une synthèse des thématiques et des synopsis qui constituent le contenu, par exemple de la littérature, on s'aperçoit qu'on parle toujours un peu de la même chose depuis des siècles. Seules les formes ont changé.

Je digresse un peu, mais pas tant que ça.

Vous parlez de marketing, vous parlez de l'habillage de la nouvelle Série noire, vous parlez de modernité (bien qu'à mon avis l'ère moderne est déjà loin derrière nous, c'est une autre ère qu'on traverse), vous parlez de post-ceci et de post-cela, mais tout ça c'est le présent, que vous le vouliez ou non. En s'y acharnant avec des arguments qui remontent au siècle dernier, vous négligez de le considérer pour ce qu'il est (ce qui ne l'empêche pas de se transformer sous vos yeux, à votre insu).

Chewie, tu dis : C'est justement le rôle de l'intellectuel, et donc de l'écrivain, de jeter un regard critique sur ce qui l'entoure pour faire le tri, entre ce qui est un réel progrès et ce qui n'est qu'une arnaque commerciale ou politique vite drapée de "progressisme", non ?

Tout dépend des arguments de l'intellectuel dont tu parles. Tout dépend des points sur lesquels il s'appuie et de sa propre situation dans le paysage social, culturel et politique. Son regard peut rapidement être faussé par ces paramètres et compromettre la validité de son propos. Ce qui manque, à mon sens, dans ce débat sur la nouvelle Série noire, c'est un brin d'objectivité. L'intellectuel pourrait faire un effort sur ce point, il me semble, et faire en sorte de se déplacer de temps en temps pour considérer le sujet qu'il traite sous des angles différents, sinon il va prendre racine et on va le classer monument historique dans pas longtemps, comme un vieux chêne ou un cyprès au milieu d'un square entouré d'immeubles en verre.

Et puisque ce fuseau est animé par une poignée d'auteurs, ben on ferait peut-être bien d'essayer de faire mieux que ce qu'on passe son temps à critiquer, mais avec nos plumes, de façon active ; pas en bavardant comme ça. C'est lassant et pas très fructueux.



stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par txoa le Mer 15 Sep - 16:09

Mais Stalker, la forme est un moyen au service d'un fond, non ? Quand la forme se substitue au fond, c'est que l'artiste en question n'a plus rien à dire. Ben n'a plus rien à dire, il a à vendre, trousses ou caleçons.
Quand Warhol étale ses boites de soupe, il a à dire. Quand ces boites de soupe sont déclinées à toutes les sauces quarante ans après en tête de gondole, il n'y a rien à dire, juste à dealer, si ce n'est à démontrer par l'absurde et jusqu'à l'écoeurement que Andy avait raison.
Quand un écrivain écrit toujours le même bouquin, fut il publié chez Galligrasseuil, qu'a t il à dire du monde ? Si, peut être la même démonstration par l'absurde.
J'ai commis quelques chansons un peu engagées. Et puis j'ai voulu acheter du matos sono, ai consulté des catalogues de douze ans d'age, ceux de maintenant et me suis rendu compte que les prix avaient diminué de moitié. Pourquoi ? Fabrication chinoise, birmane, à moindre coût, enfantile... Pourtant j'ai acheté ce matos là... J'aurais eu l'air malin à balancer des chansons très de gauche avec du matos fait par un système qui maltraite les hommes. J'ai arrêté les chansons engagées, trop compliqué au profit d'un questionnement, d'un témoignage de la complication du monde.
Mais témoigner de sa complexité n'exclut pas de s'y coltiner et pas que de fabriquer de l'art qui sert qu'à décorer nos cellules.
Van Gogh, de son temps, n'était pas décoratif. Ou alors ses contemporains n'ont rien compris ce qui est un fait.

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par edmond Gropl le Mer 15 Sep - 16:15

Objectivement, la série noire n'existe plus. Voila, c'est dramatique et les auteurs même de la Nlle serie noire vont souffrir de cela, (de l'opulante anarchie presente dans le monde editorial du polar et de l'abscence de collection phare et fédératrice)
Ca laisse le terrain libre à toute l'ecole du thriller post grangé et a leur machine éditoriale.



edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mer 15 Sep - 16:21

txoa a écrit:Mais Stalker, la forme est un moyen au service d'un fond, non ? Quand la forme se substitue au fond, c'est que l'artiste en question n'a plus rien à dire. Ben n'a plus rien à dire, il a à vendre, trousses ou caleçons.
Quand Warhol étale ses boites de soupe, il a à dire. Quand ces boites de soupe sont déclinées à toutes les sauces quarante ans après en tête de gondole, il n'y a rien à dire, juste à dealer, si ce n'est à démontrer par l'absurde et jusqu'à l'écoeurement que Andy avait raison.
(...)
Oui, c'est exactement ce que je dis, d'une autre façon, dans mon post précédent, au sujet des formes qui se transforment (de Van Gogh sur les couvercles de boîtes de chocolat, comme pour les Caleçons de Ben ou les boîtes de Warhol) et de la forme au service du fond.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par stalker le Mer 15 Sep - 16:21

edmond Gropl a écrit:Objectivement, la série noire n'existe plus.
Tu es fatigant.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par edmond Gropl le Mer 15 Sep - 20:07

Ceci dit Stalker, tu ne peux pas dire, ni même penser qu'en matière de polar, je suis "reticent"à l'évolution.,




edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quai des Enfers - Ingrid Astier (2010)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum