Vendetta - R.J Ellory (2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vendetta - R.J Ellory (2009)

Message par txoa le Mer 3 Mar - 18:22

2006, La Nouvelle-Orléans. Catherine, la fille du gouverneur de Louisiane est enlevée, son garde du corps assassiné. Confiée au FBI, l’enquête prend vite un tour imprévu : le kidnappeur, Ernesto Perez, se livre aux autorités et demande à s’entretenir avec Ray Hartmann, un obscur fonctionnaire qui travaille à New York dans une unité de lutte contre le crime organisé. À cette condition seulement il permettra aux enquêteurs de retrouver la jeune fille saine et sauve. À sa grande surprise, Hartmann est donc appelé sur les lieux. C’est le début d’une longue confrontation entre les deux hommes, au cours de laquelle Perez va peu à peu retracer son itinéraire, l’incroyable récit d’une vie de tueur à gages au service de la mafia, un demi-siècle de la face cachée de l’Amérique, de Las Vegas à Chicago, depuis Castro et Kennedy jusqu’à nos jours. Quel est le véritable enjeu de cette confrontation ? Pourquoi Perez a-t-il souhaité qu’Hartmann soit son interlocuteur ? Alors que s’engage une course contre la montre pour retrouver Catherine et que, dans l’ombre, la mafia et les autorités s’inquiètent du dialogue qui s’établit entre les deux hommes, Hartmann ira de surprise en surprise jusqu’à l’étonnant coup de théâtre final.



Je suis de ceux qui avais grandement apprécié "Seul le silence" de cet auteur, j'attendais donc avec impatience que soit traduit et publié son second roman.
C'est un roman très ambitieux car il narre, au long de ses 650 pages, cinquante ans d'histoire de la mafia aux USA, en parallèle de l'histoire officielle de ce pays. Mais l'astuce est que ces deux histoires sont narrées par un homme, tueur à gage psychopathe et cultivé, s'étant livré aux mains de la police. Qui est il, ce gars ? Un mythomane ? Un type sincère qui se repentit ? Cette astuce permet à l'auteur un curieux mélange de fiction et de réalité (un peu comme un autre auteur américain anagramme de Ellory) où il assène ce que l'on croit déjà savoir sur les morts de Kennedy et de Marylin Monroe, où il implique directement son personnage fictif dans la mort de Jimmy Hoffa. C'est très osé.
La Nouvelle Orléans est un élèment clé du roman; on ressent sa touffeur, son côté interlope comme si on y était, une réussite à ce niveau.
Autre personnage important, Hartmann, en proie à des difficultés personnelles qui, à mon sens, prennent trop de place dans le roman (ce n'est pas le sujet) et dont on finit par se foutre un peu.
Il est aussi dommage que Ellory approfondisse des personnages de façon intéressante avant de les laisser tomber (le flic John Verlaine).
mais le personnage clé du roman, c'est bel et bien Ernesto Pérez dont la biographie nous est restituée par le menu. Ellory parvient à nous rendre attachant un homme épouvantable, tueur, traitre, n'obéissant qu'à sa logique de survie et se rêves de devenir quelqu'un. Peu à peu, au fil de son propre récit, l'homme prend de l'épaisseur, s'humanise, admet qu'il a pu faire fausse route et que le jeune désorienté qu'il fût, n'a pas toujours trouvé les bonnes figures tutélaires.
On apprend aussi beaucoup sur le fonctionnement de la mafia, de ces "familles" aux contours flous mais à l'organisation très hiérarchisée et toujours pyramidale.
"Vendetta", ce roman foisonnant et riche nous confirme ce que "seul le silence" avait esquissé, à savoir qu'Ellory est un auteur ambitieux et à suivre.
Vivement le prochain.

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum