Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Chewie le Dim 28 Fév - 13:01

Attention, Searclaw : pas de malentendus. Quand je dis nous sommes en 2010, ça n'implique pas forcément un progrès par rapport à une époque antérieure et je suis parfaitement d'accord avec toi quand tu dis que l'époque moderne n'est pas forcément synonyme de progrès. D'ailleurs, il semble à peu près clair que nous allons droit vers un néo-féodalisme économique qui succédera à l'ultra-libéralisme (le néo-féodalisme en est-il la suite logique, un enfant bâtard, un accident, je n'en sais rien, mes compétences en économie sont limitées).

Ce que je voulais dire, c'est que le monde de 1968 n'existe plus.

En 1968, la grande nouveauté à l'ORTF, c'est... les Shadocks... Les chars soviétiques entrent à Prague...La première bombe H française et l'inauguration du site spatial de Kourou...JC Killy a trois médailles d'or en ski alpin... Maurice Chevalier fait ses adieux à la scène... Appolo 8 survole la Lune...La guerre du Viet-Nam... Coup d'état en Irak où un certain Saddam Hussein figure parmi les putschistes...

En 1968, les ordinateurs font plusieurs mètres cubes pour des mémoires de quelques kilo-octets et se contentent de bandes magnétiques et de papier perforé... Internet n'est encore qu'un rêve lointain... ainsi que les téléphones sans fils, sans parler des portables...ou des consoles de jeux vidéo dans chaque foyer... En 1968, De Gaulle est encore au pouvoir, la France est encore une des premières puissances mondiales et un monde sans URSS et sans guerre froide relève encore de l'utopie... L'IRM n'existe pas et on meurt presque systématiquement d'un cancer...

Les nouveautés du salon de l'auto 1968 :


Le monde de 1968, c'est un monde qui ne connait pas encore la fin de la guerre du Viet-Nam, l'homme sur la Lune, la crise de 1973 et la guerre du Kippour, la guerre du Liban, la guerre en Afghanistan, la révolution islamique en Iran, le mouvement punk, les socialistes au pouvoir en France, la guerre Iran-Irak, le succès mondial de Thriller de M. Jackson, les années chic et fric, la New Wave, la montée du FN, la marche des beurs, le second mandat de Mitterrand, la guerre civile en Yougoslavie, le chômage des jeunes, les facs bondés, les premières émeutes en banlieue, Chirac et la fracture sociale, la coupe du monde 98 et Zidane, la France qui gagne, le 11 septembre 2001, le 21 avril 2002, la nouvelle guerre en Afghanistan, les chinois dans l'Espace, etc., etc., etc.

Ce que j'essaie de dire, ce n'est pas que 2010 est mieux que 1968, mais que ce sont deux mondes complètement différents, avec des joies et des angoisses différentes, une carte politique et économique mondiale qui n'a plus rien à voir avec celle de 1968.

Les gens comme D.D. qui continuent de penser en 2010 selon des schémas et des vieux réflexes de 1968 sont des réactionnaires, au même titre que ceux qui versent leur larme devant le JT de JP Pernaud à l'évocation d'une France des années 50 qui n'existe plus. "Il est interdit d'interdire" ou "L'imagination au pouvoir", tout ça c'est vide de sens désormais, c'est poussiéreux et daté.

Qu'on veuille changer le monde, pourquoi pas, mais qu'on essaie avec des idées modernes et des outils qui ne sont pas obsolètes. Aujourd'hui, le clivage droite gauche ne veut plus rien dire, demandez donc à des jeunes pris au hasard dans la rue les fondements des programmes de l'UMP ou du PS, vous allez bien rire.

Ce n'est même plus de la politique à papa, c'est de la politique à pépé.

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Chewie le Dim 28 Fév - 13:08

Pour ADG, on peut bien le mépriser pour avoir écrit dans Minute ou Rivarol, je le conçois parfaitement, mais écrire qu'il est né trop tard pour s'engager dans la milice, c'est dégueu et diffamatoire.

Personne ne peut présumer de ce qu'il aurait fait en 1942, alors de là à présumer de ce qu'aurait fait un autre... Ce type d'attaque relève du procès totalitaire.

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Gérard Delteil le Dim 28 Fév - 13:50

Chewie a écrit:Pour ADG, on peut bien le mépriser pour avoir écrit dans Minute ou Rivarol, je le conçois parfaitement, mais écrire qu'il est né trop tard pour s'engager dans la milice, c'est dégueu et diffamatoire.
Personne ne peut présumer de ce qu'il aurait fait en 1942, alors de là à présumer de ce qu'aurait fait un autre... Ce type d'attaque relève du procès totalitaire.
Si, on peut le juger en fonction de ses positions et liens politiques avec des collabos... comme Brigneau justement. Le milieu collabos-miliciens-antisémites, c'est sa famille politique. Donc, sauf à supposer qu'il était complètement incohérent, ce n'est pas une calomnie de dire qu'il est né trop tard etc.

Autant, on peut faire preuve d'une certaine indulgence vis à vis d'un très jeune homme qui s'est engagé dans la milice dans les années quarante, sans en comprendre très bien les conséquences, victime de l'influence de son milieu, de la propagande etc. Autant, on ne peut pas manifester la moindre indulgence vis à vis d'un individu, d'un intellectuel cultivé qui ne pouvait rien ignorer des horreurs du nazisme dans les années cinquante.

Gérard Delteil

Messages : 58
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par edmond Gropl le Dim 28 Fév - 18:42

Pour moi ADG est une enigme.
Que recherchait-il et qu'a t il trouvé à l'extrême droite?

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Ham and Jam le Lun 1 Mar - 0:02

Gérard Delteil a écrit: Fajardie - paix à son âme - était le type même de l'opportuniste dont la seule vraie préoccupation était... Fajardie. Il pouvait copiner avec Delon, avec un réalisateur d'extrême-droite et se dire anar le lendemain dans une réunion de la CNT ; dégommer Daeninckx un jour dans son dos et se rallier à lui le lendemain.


Aller ! Un petit coup sur Fajardie maintenant ! En plus c'est pratique il ne peut pas vous répondre.
Et bah dites donc Monsieur Delteil... C'est vraiment pas glorieux vos propos.

Ham and Jam

Messages : 58
Date d'inscription : 06/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par George Weaver le Lun 1 Mar - 0:37

Ham and Jam a écrit:
Aller ! Un petit coup sur Fajardie maintenant ! En plus c'est pratique il ne peut pas vous répondre.
Et bah dites donc Monsieur Delteil... C'est vraiment pas glorieux vos propos.

"Glorieux", je ne sais pas, mais au moins Delteil s'exprime avec franchise, ne s'avance pas masqué et ne se contente pas de balancer des piques faciles. Ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

ADG non plus ne peut pas répondre, et pour moi aussi il représente une énigme, su moins à la lecture de ses premiers bouquins.

Désolé, Ham & Jam, je ne vous connais pas (ni n'ai lu tous vos messages ici, d'accord), mais vous me semblez préférer la polémique virulente à une discussion entre gens qui tentent de s'exprimer de bonne foi.
Parce que quelqu'un est mort, nul de ceux qui l'ont connu ne pourrait plus donner leur avis sur lui ?

Chewie et Stalker, au moins, prennent la peine d'argumenter leur désintérêt pour ce débat (lequel, au fait ?)

George Weaver

Messages : 31
Date d'inscription : 09/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par stalker le Lun 1 Mar - 0:55

Le polar est une grande famille où nul ne se tire dans les pattes et où nul ne jalousera jamais son voisin qui vend pourtant beaucoup plus de livres et dédicace vachement plus sur les salons. Ces propos sont encore d'actualité et c'est aussi l'image que j'ai de ce réseau, d'après ma modeste expérience des salons (sans doute n'ai-je eu la chance de ne fréquenter que des auteurs pacifiques). Et quand je lis ce que je lis ici (et ailleurs), ça me dégoûte. Une vraie partie de billes à la récrée ; querelle à la clé, histoire d'apprendre les règles de la compétition. Et les billes, c'est démodé. Tout comme la Renault 6 et la 504 Peugeot sont des voitures de collection. Et depuis une semaine, vous retournez des idées dignes du monument historique. Ça pue la politique, mais même pas la politique du jour. Non : celle du musée.
J'ai toujours estimé que le roman noir (l'appellation "polar" est en train de se raréfier, peut-être que vous l'avez observé ?) était le registre littéraire le plus propice à refléter son époque et à en transgresser les règles, les codes, les normes en vigueur, etc. Et là, je sens un relent d'eau croupissante. Certains propos de ce débat sont complètement à côté de l'époque. Ils sont invalides. Juste bon pour les archives.
Je vais créer une rubrique "troisième âge" sur le forum, si ça continue.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Gérard Delteil le Lun 1 Mar - 11:57


Ham et Jam
Un petit coup sur Fajardie maintenant ! En plus c'est pratique il ne peut pas vous répondre

Les auteurs de polars, comme tous les auteurs, sont des personnalités publiques. Qui ont souvent pris des positions publiques, littéraires, politiques etc.
Quand on prend des positions publiques, on peut être critiqué publiquement, Fajardie, Jonquet, Daeninckx... et Delteil comme les autres.

Ce n'est pas parce qu'un auteur a disparu qu'on n'a plus le droit de critiquer son oeuvre et ses prises de positions. Sur sa vie privée, bien sûr, c'est autre chose, sauf s'il en faisait étalage.

Jonquet par exemple était un ami très proche pour qui j'ai beaucoup d'estime. Ca ne m'a pas empêché de le critiquer publiquement, de son vivant comme après sa mort, plus récente que celle de Fajardie. Pas le jour de ses funérailles, bien sûr.

Alors, qu'est-ce qui vous choque ? Que Fajardie soit mort récemment ? On pourrait parler d'ADG ou de l'engagement politique de Hammett, ou encore de la capitulation devant le maccarthysme de certains réalisateurs, mais pas de Fajardie ? C'est "sacré" ?

Je ne comprend pas votre point de vue. Bien sûr, mon avis est subjectif, comme celui de tout un chacun, je ne prétend pas détenir la vérité. Fajardie, je l'ai aussi critiqué de son vivant. Si Daeninckx meurt demain, ce que je ne lui souhaite pas, je ne vais pas tout d'un coup me mettre à chanter les louanges de son combat anti-négationniste.

Quand Siménon est mort, on a rappelé son passé collaborationniste, les passages antisémites de ses livres etc. Idem pour Céline ou n'importe qui.

L'expression publique autorise la critique publique. Mort ou vivant. C'est la règle du jeu.

Gérard Delteil

Messages : 58
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par edmond Gropl le Lun 1 Mar - 12:55

Stalker, le "polar" français, de Manchette à Marin Ledun est politisé, c'est ce qui en fait sa spécificité. Je crois que c'est unique dans le monde et certainement apprecié par les polardeux du monde entier, surtout ceux ou le pouvoir en place rend impossible toute publication engagée. On doit sans doute à la génération des néopolardeux le fait que nombre d'écrivains de polar du monde viennent se faire editer en France et trouvent un public. (c'est peut-être un phénomène que je surévalue aujourd'hui, à l'heure ou Marie N'diaye s'en va à Berlin)
Recemment, est paru un essai ardu d'universitaires allemands sur le néopolar (je n'ai plus la réference en tête, je l'ai lu, j'en ai compris le dixième mais ce qui m'a frappé c'est que là où certes, on ne peut voir que des querelles stériles, eux ont conceptualisé le toutim, et seraient certainement tres interessés par le débat actuel et parviendraient bien mieux que moi à en saisir le sens).
Bien sur qu'on peut aussi étudier les qualités littéraires et l'esthétisme des auteurs mais on échappera pas aux questions politiques (ou polticiennes, voir des reglements de comptes) (et à titre personnel, je suis ravi des anedoctes de Gerard Delteil, j'aimerais que d'autres auteurs en fassent autant, il y manifestement beaucoup de choses à démystifier ( et encore beaucoup sur cette histoire avec D.D., baleine et tout le bouzin, y'a un gros abcès à faire peter ))

Maintenant, on peut demander à Chewie de nous pondre une oraison funèbre sur le neo polar et organiser une cérémonie paienne, mais je crois que ce serait une erreur parce que qu'est-ce qu'ils nous resterait (en france)? Quelques bons auteurs, pas si nombreux, quelques alchimistes, quelques individus besogneux et talentueux (nous deux par ex.), quelques oulipiens, beaucoup de polardeux du Dimanche dont certains géniaux (mais tellement dilletante (moi tout seul par ex.) mais tout cela ne peserait pas lourd face au tsunami du neo thriller commercial, tetedegondolisé, cinématographié et televisualisé à outrance, hégémonique et c'est vrai, je suis d'accord que le débat politique devrait plus porter sur ce phénomène et l'idéologie qu'il diffuse (une idéologie Fascizoïde, je parle que de la production française, avec un discours criminologique qui fait fi d'un siecle d'avancée en sciences humaines, des tueurs déshumanisés qui ne sont là que pour justifier un ordre politico-scientifique, etc..)

Certains auteurs actuels de polar dénoncent tout cela, on peut les classer dans les héritiers du néopolar, et ça serait bien pour leur audience que tout les furoncles explosent; c'est la vertu de ce débât, faut encore presser.

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Gérard Delteil le Lun 1 Mar - 13:52

Edmond G
le "polar" français, de Manchette à Marin Ledun est politisé, c'est ce qui en fait sa spécificité. Je crois que c'est unique dans le monde
-Qui est Marin Ledun ?
-Je ne crois pas que ce soit unique au monde. Peut-être que le phénomène est plus accentué en France ? Je ne connais pas assez bien la littérature noire mondiale pour en juger. Il faudrait poser la question à Claude Mesplède.

Le courant du polar gauchiste ou gauchisant, représenté par des auteurs anciens militants de gauche et d'extrême gauche, plus rarement toujours militants, est présent dans de très nombreux pays :
-Espagne : Montalban, Juan Madrid, Ledesma
-Allemagne : Ky
-Etats Unis : Ron Kurz, Thomas Cook, Thomas Kelly (les premiers qui me viennent à l'esprit, il y en a beaucoup d'autres.)
-Amérique Latine : Paco Taibo (Mexique), Rolo Diez, Gardinelli (Argentine), Eterovic, Sepulveda (Chili) etc
En Angleterre et au Japon, en revanche, je ne sais pas...

Gérard Delteil

Messages : 58
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Chewie le Lun 1 Mar - 14:31

Gérard Delteil a écrit:
-Je ne crois pas que ce soit unique au monde.

Là, je suis assez d'accord avec Gérard.

Et Horace McCoy ? Et Jim Thompson ? Charles Willeford ? Joe R. Lansdale ?... Rien que dans le polar américain, la liste est longue de ceux qui ont utilisé le roman noir comme outil de revendication politique ou sociale, dans une démarche clairement progressiste (difficile de dire "de gauche" pour des américains).

Un Linceul n'a pas de poches (1937) me semble tout de même ultra représentatif de ce type d'ouvrage, et préfigure, plus de trente ans avant, tout le néo-polar français, avec le journaliste intègre qui dénonce la corruption politique et le monopole de l'extrême-droite raciste sur la vie locale. C'est même en quelque sorte l'ancêtre du Poulpe si on veut aller jusque là.

Une Fille facile
de Charles Willeford est un roman entièrement construit pour s'acheminer vers le dernier paragraphe et une dénonciation du racisme aux USA...

???

------------------

Pour l'oraison funèbre, désolé, mais ce n'est pas moi qui ai tué le néo-polar. Il est mort de sa belle mort, et si certains ont l'impression que le cadavre bouge encore, c'est uniquement dû aux gazs issus de lé décomposition qui font tressaillir la charogne de temps à autre.

J'admets sans problèmes son apport au roman français, sa nouveauté et sa vivacité à l'époque de son apparition, son rôle social, son rôle éducatif auprès de beaucoup de jeunes lecteurs, mais aujourd'hui il est mort, parce qu'il fut avant tout porté par une génération, et que cette génération n'est plus à l'ordre du jour.

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par stalker le Lun 1 Mar - 16:36

Gérard Delteil a écrit:
-Qui est Marin Ledun ?
L'auteur d'un poulpe et d'une Série noire qui va sortir ces jours-ci, si elle n'est pas déjà sortie : http://www.pourpres.net/marin/

Gropl, quand tu dis que le "polar" français, de Manchette à Marin Ledun est politisé, c'est ce qui en fait sa spécificité, je suis évidemment d'accord, mais si on parvenait à mettre au point un système qui permette aux romans de Marin Ledun d'atterrir entre les mains de Manchette (comme dans L'armée des douze singes, tiré de La jetée, de Chris Marker), Manchette serait complètement dépassé. Il saisirait le dixième des termes employés par Ledun pour témoigner de l'état du monde au XXIème siècle. C'est ce que je veux dire.

N'importe quel propos avancé et développé par un auteur est par nature politique, et il n'est pas nécessaire pour cela de joncher le texte de noms de partis et de politiciens en poste. C'est évident, je crois. Ce qui importe, ce sont les idées et les points de vue (qui, par nature aussi, sont appelées à se déplacer - mais là je rêve un peu, je pense, même si j'en reste convaincu). Le problème, c'est quand on donne des couleurs aux idées. Et c'est ce que fait le débat en cours. L'énorme lacune de la politique telle qu'elle est montrée et pratiquée, c'est qu'elle a de la merde dans les yeux. C'est délibéré. Le partisan, par définition, est dressé pour systématiquement refuser les idées du ou des partis adverses (même si, au fond de lui - très profond - il sait que, parfois, des idées qu'il refuse sont justes et pertinentes). Observez les querelles actuelles des campagnes en région. Observez les socialistes à l'égard du gouvernement Sarkozy, et inversement. A travers les discours officiels, les idées sont stérilisées. Ce qui me semble essentiel, pourtant, c'est le sens des idées elles-mêmes, sans aucune couleur collée dessus.
Si on parvient à admettre ça, encore faudra-t-il ensuite parvenir à se défaire d'idées devenues invalides au fil des décennies.
Mais là, on tourne en rond.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par edmond Gropl le Lun 1 Mar - 18:33

Gerard:
- Oui, il y a tout ces auteurs formidables et de grande qualité. J'y vois une difference. Peut-être que je me trompe mais il me semble qu'ils sont quand même, par rapport au polar francais dont nous parlons, bien moins populaires. C'est un genre different. Ils s'adressent à une intelligentsia (je parle pous les quatres que j'ai lu dans ta liste). Faut une sacré culture politique pour apprecier le grand Montalban dans toute ses subtilités. C'est pas des gars qui seraient publiés au fleuve noir, chez Sanguine, je les vois mal ecrire u poulpe.

Chewie:
Tiens, je me disais que peut-être, c'était le ADG des débuts qui était le plus proche parmi les auteurs français du Jim Thompson sérinoirisé.
Sinon, oui bien sur, il y a Hammet, Mac coy, tous les glorieux, l'immense Willeford (qui était surtout engagé à l'armée).. Reste à voir si le statut d'écrivain la bas est comparable à ici, il me semble qu'il y a quelque chose de fondamentablement differ

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Gérard Delteil le Lun 1 Mar - 19:25

edmond Gropl a écrit:Gerard:
- Oui, il y a tout ces auteurs formidables et de grande qualité. J'y vois une difference. Peut-être que je me trompe mais il me semble qu'ils sont quand même, par rapport au polar francais dont nous parlons, bien moins populaires. C'est un genre different. Ils s'adressent à une intelligentsia (je parle pous les quatres que j'ai lu dans ta liste). Faut une sacré culture politique pour apprecier le grand Montalban dans toute ses subtilités. C'est pas des gars qui seraient publiés au fleuve noir, chez Sanguine, je les vois mal ecrire u poulpe.


Je ne voudrais pas te décevoir, mais le polar français n'est plus un genre "populaire". Ce fut un genre populaire jusqu'à la fin des années soixante-dix ou au début des années quatre-vingt.

Pour te donner un élément de réflexion, n'importe quel roman, même le plus nul de Série noire ou du Fleuve noir était tiré à 50 000 exemplaires environ dans les années soixante. Quand j'ai publié mes premiers romans, au milieu des années quatre-vingt, au Fleuve noir, ce tirage était descendu à 20 000 ex. Aujourd'hui, la Série noire poche et le Fleuve noir polar poche sont morts. Les petites collections qui font du polar poche ne dépassent pas des tirages de 3000/4000, parfois moins. Quant aux ventes, elles sont bien souvent inférieures à 2000, voire à 1000 pour les petits éditeurs.

En grand format, les mises en place dans les librairies ne dépassent bien souvent pas 2000 ex, sauf pour les auteurs connus ou les "opérations". A la fin des années quatre-vingt, je me souviens avoir râlé parce que la mise en place de certains de mes bouquins étaient de l'ordre de 5000/6000, aujourd'hui c'est considéré comme un très belle mise en place.

Par le jeu des rééditions successives (Folio, livre de poche etc), certains auteurs comme Daeninckx et surtout Jonquet atteignent néanmoins des ventes relativement importantes sur certains titres. Il faut aussi se méfier des ventes annoncés par les auteurs eux-mêmes, qui bien souvent ne les connaissent pas de façon précise avant 18 mois, en raison des "retours", et bluffent parfois. Les éditeurs bluffent aussi un peu. Mais pas quand il s'agit de payer les droits d'auteur...

En ce qui concerne Le Poulpe, seuls les 20 ou peut-être (?) 30 premiers se sont très bien vendus et une partie rééditée en librio (50 000 à 100 000) - je ne sais pas combien. Mais les ventes sont aujourd'hui très faibles, pas plus de 2000-3000 maximum, sauf quelques titres, et sans doute moins pour pas mal d'auteurs.

Le Poulpe n'a jamais été une collection "populaire". Les seuls romans encore populaires sont, hélas, les SAS et les San Antonio et les Harlequin pour le public féminin. Le Poulpe a eu pour clientèle essentielle "les branchés de gauche", mais n'a jamais mordu sur la clientèle populaire de jadis. En gros, on peut dire que le feuilleton TV a tué la "littérature populaire" - ce qui ne veut pas dire que des gens de milieux modestes ne peuvent pas être amateurs. Mais c'est devenu une littérature d'amateurs. Sauf pour les best sellers comme Vargas qui touche une large clientèle féminine.

Donc, les éditeurs du Poulpe se la jouaient en parlant de roman populaire.

Dans les autres pays, je ne connais pas les tirages. Il y a une caractéristique que j'ai remarqué aux Etats Unis et en Amérique Latine : tous les romans sortent d'abord en "hard cover" (grand format) avant de passer en poche. En Italie, un auteur "gauchiste" comme Evangelisti (à lire d'urgence) doit tout de même faire d'assez grosses ventes...

Gérard Delteil

Messages : 58
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Chewie le Mar 2 Mar - 0:14

edmond Gropl a écrit:Pour moi ADG est une enigme.
Que recherchait-il et qu'a t il trouvé à l'extrême droite?

Pourquoi l'engagement d'ADG serait-il une énigme quand celui de tous les autres, trop nombreux pour les citer, coulerait de source ???

Que cherchaient-ils et qu'ont-ils trouvé à l'extrême-gauche ?

Je suppose qu'ADG et Daeninckx et Cie cherchaient ou cherchent la même chose dans leur engagement politique : des réponses pour décrypter le monde, des solutions et des projets pour un monde plus juste et une famille de pensée pour ne pas être seul.

Pourquoi envisager l'engagement à gauche comme naturel et celui à droite comme questionnable, comme forcément aventureux ?

Je ne connaissais pas le bonhomme mais à mon avis ce n'est pas lui rendre hommage que de considérer que son engagement puisse avoir été une « aventure », une posture ou une erreur de jeunesse. Toute sa vie d'écrivain, il l'a passé à l'extrême-droite, et plus particulièrement en compagnie d'un mouvement bien défini de l'extrême-droite : le Front National.

74-81 : journaliste à Minute, organe quasi officiel du FN
81-91 : fonde Combat Calédonien et organise les sections locales du FN en Nouvelle-Calédonie
91-94 : à nouveau chroniqueur pour Minute
94-03 : membre de la rédaction de Rivarol, très proche du FN

A ses obsèques se déplacera d'ailleurs une bonne partie de la famille Le Pen.

La vraie question, ce serait plutôt : de tous les courants de l'extrême-droite française (appellation très vague puisqu'elle regroupe aussi bien le Betar juif que les néo-nazis du PNFS, en passant par les bonapartistes, les royalistes, les ultra-cathos, les identitaires, la nouvelle droite, les nationalistes et néo-nationalistes et tous un tas d'autres groupuscules plus ou moins obscurs) pourquoi ADG a-t-il entretenu une relation de trente ans avec le FN - ce mouvement néo-païen népotique dont le grand échec sera finalement d'avoir été seulement démocratique * - et ce jusqu'à sa mort ?

Peut-être parce que ce parti politique représentait pour lui la meilleure synthèse de ce qu'il pensait et la meilleure façon de vivre en accord avec ses valeurs, non ? Pourquoi chercher une réponse fumeuse et abstraite quand il en existe une très simple.

Je sais bien que ça pose quelques problèmes d'ordre métaphysique pour les progressistes de tous poils : comment une personne cultivée et douée pour l'écriture, avec une certaine gouaille, un certain humour, et que tout ses amis décrivent comme chaleureux et fidèle peut-il avoir été un pilier du F.N. ?

Forcément, ça ne colle pas trop avec les clichés sur les « bas du front avinés de mauvaise bière qui bandent comme des teckels à la lecture de F. Brigneau ».

Peut-être que votre vision de l'extrême-droite française est légèrement... caricaturale ?

Peut-être que vos préjugés sur la droite nationale ne valent pas mieux que les préjugés de cette même droite nationale sur les arabes et les banlieues, par exemple ?



* Selon le concept de la révolution nationale, ce groupement, s'il avait été authentiquement fasciste, aurait dû chercher à prendre le pouvoir par les armes, au mépris de la majorité, et non seulement par les urnes comme il l'a toujours fait. Lionel Jospin lui-même a reconnu qu'il n'y avait jamais eu de « menace fasciste » en France en 2002.

Chewie

Messages : 240
Date d'inscription : 13/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

réponse

Message par Venner Yann le Mar 2 Mar - 0:38

TOUT à fait D'ACCORD avec DIDIER et les signataires. Quand un mec s'est permis de dénoncer par miliciens interposés un citoyen résistant, il y va de l'honneur d'un homme - témoin de son temps- de le dénoncer à son tour et de refuser de faire partie de la même maison d'édition que lui. Un traître reste un traître et Brigneau a du sang sur les mains, un cerveau qui dégouline de peste brune. Brigneau est un assassin et il faut, comme l'écrivait Kafka "bondir hors du rang des assassins!"
La littérature n'est pas qu'un artefact. elle engage sans but moral ni pédagogique cependant - l'homme à rester et devenir un homme : libre, responsable, citoyen d'un monde et porteur de l'étendard de la paix.
MERCI Monsieur Daeninckx !
Yann Venner, écrivain, venneryann@orange.fr



Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Je viens d’apprendre que les éditions Baleine viennent de mettre à leur catalogue un bouquin de François Brigneau (né en 1919). Je leur ai fait parvenir ce courrier :

Dans la famille, il y a un oncle dont le nom figure sur des plaques émaillées, dans une rue de Dugny.

Résistant déporté suite à dénonciation des potes politiques du milicien François Brigneau.

Mort dans un camp.

Son histoire a forgé pour partie la manière dont je regarde le monde et m’a rendu intransigeant sur certains "détails" du siècle passé.

J’ai publié à Baleine, maison qui s’est construite sur une prise de parole antifasciste.

Je me suis battu quand Serge Quadruppani, qui faisait équipe avec Hervé Delouche, y a introduit un de ses affidés, Gilles Dauvé alias Jean Barrot, l’un des concepteurs du négationnisme d’ultra-gauche.

J’ai consacré dix ans de ma vie à mettre à plat les menées de ces gens, et hormis le temps prélevé à mes amis et aux miens, cela a eu des effets considérables sur mon travail d’écrivain.

J’ai la conscience de quelqu’un qui a fait tout simplement ce qu’il devait. Ce n’est pas pour accepter de figurer dans une décharge, ce que sont à mes yeux devenues les éditions Baleine après avoir mis l’ex-milicien Brigneau à leur catalogue, sans avoir le courage d’assumer la biographie d’ultra-droite de leur nouvelle recrue.

Je rompt donc à ce jour toute relation avec les éditions Baleine. Je me félicite du fait que mes trois "Poulpe" soient sous contrat Folio. J’ai signé un contrat pour l’écriture d’un nouveau Poulpe. L’encre en restera dans le stylo.

Baleine pourra se rembourser de l’avance en prélevant une somme identique sur le versement Folio prévu pour la sortie d’Ethique en toc en Folio.

Didier Daeninckx



http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1551


http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/02/20/un-fasciste-dans-la-maison-du-poulpe-guerre-dans-le-polar-139557


Baleine : droit de retrait

Les éditions Baleine sont nées en 1995 avec la création du personnage du « Poulpe » défini comme un enquêteur « libertaire et antifasciste ». Ce personnage est sorti des livres pour devenir un véritable protagoniste des luttes contre le Front National, pour les sans-droits, les sans-papiers. Quinze ans plus tard, par la seule volonté de son directeur et contre l’avis de ses auteurs, les éditions Baleine ont décidé de mettre à leur catalogue un livre de 1949, Faut toutes les buter, dont l’oubli avait sanctionné le racisme et la médiocrité.

Il est signé de François Brigneau, l’un des créateurs du Front National, également auteur de Si Mussolini m’était conté, de Xavier Vallat et la Question juive, et d’une apologie au titre faussement interrogatif : Mais qui est donc le professeur Faurisson ?.

Compte tenu de son histoire, cet ex-Milicien souvent condamné pour antisémitisme n’avait pas sa place aux éditions Baleine, compte également tenu de leur histoire.

En conséquence, les auteurs soussignés demandent le retrait immédiat de leur nom et de leurs œuvres du catalogue des éditions Baleine.

Premiers signataires : Didier Daeninckx, Patrick Raynal, Roger Martin, Sylvie Rouch, Lionel Makowski, Gérard Streiff, Maud Tabachnik, Chantal Montellier, Gilles Vidal, Sébastien Doubinsky, Romain Slocombe, Sophie Képès, Nila Kazar, Francis Mizio, Xavier Mauméjean.

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1553
[/quote]

Venner Yann

Messages : 1
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Searclaw le Mar 2 Mar - 0:48

Peut-être que votre vision de l'extrême-droite française est légèrement... caricaturale ?

Peut-être que vos préjugés sur la droite nationale ne valent pas mieux que les préjugés de cette même droite nationale sur les arabes et les banlieues, par exemple ?

Peut être. Sauf que mon préjugé sur la droite nationale découle de leurs préjugés sur les arabes des banlieues. Entre-autres.

Searclaw

Messages : 312
Date d'inscription : 04/08/2009
Localisation : Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par edmond Gropl le Mar 2 Mar - 0:59

Chewie, je crois que je connais bien l'extrême droite. Hélàs.
Ils ont pris le pouvoir dans ma commune dans les années 90, je confirme, c'était bien une bande d'abrutis avinés qui paradaient dans les rues avec leurs fusil de chasse.
Après il y a quelques bourgeois moisis, antisémites ou colonialistes, quelques pharmaciens et docteurs pestants contre la CMU, et quelques idéologues intellos qui jouent la posture et qui l'assument tres bien.

Mais c'est vrai que j'y ai rencontré deux ou trois franc-tireurs, du genre qui seraient fusillés bien avant moi si le FN prendrait le pouvoir, des types interessants, loin des clichés.

Si c'est une enigme, ils sont pas nombreux les auteurs de talents dans cette configuration, je ne vois que lui..

edmond Gropl

Messages : 1434
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.orange.fr/edmond-gropl

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par txoa le Mar 2 Mar - 3:07

Malgré le talent que l'on peut reconnaitre à ADG, on ne peut pas qualifier de novateur ni son style, ni ses idées. Il est inscrit dans la tradition d'une droite française dite "anar de droite"(Arf, cette appellation), elle même inscrite dans une tradition antidreyfusarde, colonialiste faite de préjugés de supériorité raciale (qu'il me semble qu'ADG a un peu laissé tomber à la fin- cf "kangourou road movie"), de virilisme désuet (les mecs qui en ont) et surtout, et ce qui est le plus touchant, d'un pessimisme envers la nature humaine.
Le style, que je peux trouver plaisant, est, malgré tout, loin de Céline ou de Léo Malet, à la noirceur inégalée.

txoa

Messages : 1108
Date d'inscription : 11/06/2008
Localisation : To lose ou presque

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par stalker le Mar 2 Mar - 3:20

Ce qui me semble intéressant et tout à fait révélateur dans ce débat, depuis le début, c'est que beaucoup ne font que rebondir sur les points qui les arrangent et sur lesquels ils possèdent des réponses ficelées. Sur les autres points, nada et yeux cousus. On esquive et on revient à ce qu'on voulait dire au départ, mais pas aux arguments contrariants proposés par les vilains petits canards qui posent pourtant quelques ombres et impliquent des doutes.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Searclaw le Mar 2 Mar - 3:27

Moi je saurais même pas dire sur quoi porte le débat. Daeninkx ? Le monde du polar ? ADG ? L'extrême droite ? Les communistes ? Les cercles littéraires ?
La modernité ?

Searclaw

Messages : 312
Date d'inscription : 04/08/2009
Localisation : Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par stalker le Mar 2 Mar - 3:40

C'est l'histoire d'un cétacé croisé céphalopode qui navigue d'ordinaire total à gauche, mais qui, fatigué d'avoir fait 30 fois le tour du globe (de tourner en rond, si tu préfères), s'est dit que le paysage aurait peut-être une autre gueule s'il naviguait dans l'autre sens. Et sa progéniture n'a pas l'air de l'entendre comme ça. Alors elle organise une petite grève.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Searclaw le Mar 2 Mar - 4:59

C'est un bon début pour un livre pour enfant. Il y a une fin ?

Searclaw

Messages : 312
Date d'inscription : 04/08/2009
Localisation : Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par stalker le Mar 2 Mar - 5:26

J'envisage plutôt le projet sous forme de saga (pour les enfants, oui, ça colle très bien). Précisément parce qu'on n'est pas prêt d'en finir. Et tant mieux.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Gérard Delteil le Mar 2 Mar - 12:24

Yann Venner
Daeninckx
Je me suis battu quand Serge Quadruppani, qui faisait équipe avec Hervé Delouche, y a introduit un de ses affidés, Gilles Dauvé alias Jean Barrot, l’un des concepteurs du négationnisme d’ultra-gauche.

J’ai consacré dix ans de ma vie à mettre à plat les menées de ces gens, et hormis le temps prélevé à mes amis et aux miens, cela a eu des effets considérables sur mon travail d’écrivain.

-Ca ne te choque pas que Daeninckx attaque dans cette lettre deux personnes qui n'ont strictement rien à voir avec Brigneau ?
-10 ans de sa vie, des effets sur son travail d'écrivain - il va nous faire pleurer, on croirait qu'il a passé dix ans dans le maquis ou dans un camp ! Tu ne crois pas qu'il est un peu mégalo et parano ?

Chewie
Forcément, ça ne colle pas trop avec les clichés sur les « bas du front avinés de mauvaise bière qui bandent comme des teckels à la lecture de F. Brigneau ».
Je ne me prononcerai pas sur la qualité du livre de Brigneau, que je n'ai pas lu et guère envie de lire, mais il est clair qu'il existe une tradition culturelle d'extrême-droite de très haut niveau, qui a été occultée depuis 1945 par l'infâmie de sa collaboration. Il suffit d'écouter Radio Courtoisie pour s'en convaincre.

Quoi d'étonnant ? Une grande partie de l'intelligentsia allemande et des artistes a soutenu le nazisme. La culture et le talent ne suffisent pas pour échapper aux pressions sociales. Si tous les gens intelligents et cultivés étaient de gauche ou d'extrême-gauche, ça se saurait...

Gérard Delteil

Messages : 58
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Didier Daeninckx : Lettre ouverte aux éditions Baleine

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:02


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum