12, rue Meckert - Didier Daeninckx (2001)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

12, rue Meckert - Didier Daeninckx (2001)

Message par stalker le Dim 27 Déc - 2:35

Alors que Maxime Lisbonne boucle son enquête sur les " disparues de Châteauroux ", deux journalistes avec lesquels il faisait équipe, dix ans auparavant, sont assassinés. Persuadé qu'il est le prochain sur la liste, il exhume les archives du journal J'enquête qui l'obligent à se pencher dangereusement au-dessus de la fosse commune où gisent les " disparues de Châteauroux ". Dans son périple, il ne cesse de se cogner au fantôme de son homonyme, le colonel Maxime Lisbonne, un Communard unijambiste ami de Louise Michel, déporté en Nouvelle Calédonie, et qui inventa le strip-tease en 1884, rue des Martyrs.



Déçu par ce roman de Daeninckx. Sentiment tout personnel, entendons-nous bien : ni le récit, ni sa forme ne m’ont captivé, et ce dès le départ. Même si une fois encore, Daeninckx joue sur un terrain critique où ses armes sont le cynisme et la colère ; qu’il s’engage clairement et parvient dans un même temps à truffer son texte de subtilités, de descriptions justes et de petits détails résultant à l’évidence d’une observation attentive de ses semblables – ça n’a pas pris. J’avais été plus convaincu par La mort n’oublie personne, par exemple, ou Nazis dans le métro (un Poulpe).
Même si des passages sont dignes d'anthologie, ce 12, rue Meckert ne m’a pas captivé.

Captivé : être impatient au cours de la journée de rouvrir un roman en cours de lecture / y penser quand on fait la vaisselle, quand on prend sa douche, ou y penser pendant que quelqu'un, à l'apéro, vous parle de quelque chose, tandis que vous, vous avez la tête complètement ailleurs – dans le livre – et que vous acquiescez toutes les dix secondes environ pour faire plaisir à votre interlocuteur.

L’impression, peut-être, que l’auteur règle ici davantage de comptes qu’il n’écrit. L’impression encore que ce roman date plus d’hier que d’aujourd’hui. Mais c’est aussi tout le principe du récit que de faire remonter en surface des faits passés, plus ou moins enfouis et digérés. De l’Histoire qu’on pensait fossilisée, mais qui se met d’un coup à remuer et à nous hanter le système. Ici, c’est Paris en Commune qui remonte. Alors des éléments m’ont échappé, je suppose. J’attendais sans doute trop expressément d’ici et maintenant.

stalker
Admin

Messages : 3379
Date d'inscription : 03/06/2008
Localisation : un hameau paumé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum